PMA: Une étape de plus de l’assaut du capitalisme dans la vie humaine

Entre lundi et vendredi soir, l’assemblée nationale doit examiner le projet de loi bioéthique en deuxième lecture. La promulgation de la « PMA pour toutes » est déjà acquise tant il y a une absence de débat démocratique sur le sujet. Le problème c’est que celle-ci n’est vue qu’à travers le prisme des droits homosexuels, alors qu’il s’agit de l’élargissement du capitalisme sur la vie humaine.

Que ce texte soit étudié juste avant les vacances d’été de l’Assemblée Nationale est déjà scandaleux, d’autant plus qu’avec le COVID-19 il n’y avait pas particulièrement de temps-mort. Il y a donc vraiment une volonté de faire vite.

Le débat au sein des députés fait l’erreur de se polariser presque uniquement sur la question LGBT, avec des pro-droits individuels et des anti « famille sans père ». Cette faiblesse des arguments et l’étroitesse du champ de vision est au bénéfice des très grandes entreprises en cours de formation de l’industrie de la procréation.

Les femmes françaises sont un marché à prendre et elles sont déjà une grande part de la clientèle des cliniques espagnoles (pays européen leader du marché mondial, avec le consortium ibéro-américain IVI-RMANJ). Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce ne sont pas en majorité des lesbiennes, mais des femmes seules.

Du point de vue du capitalisme, il n’est alors plus du tout question d’une « inclusion » des lesbiennes à la parentalité mais de savoir comment toucher le plus de femmes possible, y compris hétérosexuelles, y compris en couple, y compris fertiles.

Le plus gros blocage dans la progression de ce marché, c’est cette loi bioéthique qui réserve la PMA aux couples hétérosexuels stériles, un processus bien trop médicalisé pour le capitalisme conquérant, ne permettant pas d’être assez consommateur.

L’idéal du marché, c’est ce qui est entrain de se mettre en place dans de nombreux États aux États-unis avec une multiplication des arguments commerciaux de la PMA. Cela va actuellement jusqu’au choix du sexe de l’enfant, le choix de la couleur des yeux étant déjà possible techniquement, mais pas encore proposé. La clientèle de la PMA se renforce des couples hétérosexuels, car il y a un petit quelque chose en plus qui ne peut pas être maîtrisé par voie naturelle.

On est bien évidemment en plein dans la question de l’eugénisme et de la marchandisation du vivant. Car dans le marché de la procréation, il ne faut pas se mentir, la marchandise c’est l’enfant.

Un des enjeux de cette deuxième lecture, avec entre autre l’absurde remboursement par la sécurité sociale, est l’opposition du sénat à l’autoconservation des ovocytes. C’est un élément capital pour la clientèle « femme seule », avec en arrière-plan une maîtrise de la grossesse face à la baisse de fécondité liée à l’âge.

La libéralisation de la procréation va en effet dans le sens du « féminisme » bourgeois pour qui l’idéal d’émancipation sont des femmes entrepreneuses, PDG de grands groupes, des femmes capitalistes autocentrées qui restent célibataires pour leur carrière, profitent de relations sans lendemain et reculent l’âge de leur première grossesse.

Les « GAFAs » comme Google ou Facebook ont même mis en place au sein de leur entreprise des couvertures santé spéciales pour leurs employées féminines, prenant en charge la conservation de leurs ovocytes, leurs PMA et même le diagnostic préimplantatoire qui permet de choisir l’embryon idéal. Dans la bourgeoisie moderniste, cela passe pour le nec plus ultra du progressisme.

Nous voyons donc là qu’il y a une avancée tout à fait conforme à l’assaut du capitalisme toujours plus profond dans la vie mais toujours plus loin des aspirations populaires.

Le débat aurait dû capter ces aspirations, cela aurait été le rôle de la Gauche, mais la fausse gauche qui occupe l’espace politique ne fait qu’accompagner le libéralisme et céder du terrain à l’extrême-droite.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed