Marion Maréchal appelle à la mobilisation générale contre l’islam en mode «choc des civilisations»

La Droite est en pleine offensive et forcément, Marion Maréchal est là pour donner son avis et tracer des lignes. C’est dans Le Figaro qu’elle publie une longue tribune dans laquelle elle appelle à cogner fort contre l’islam, pour jouer enfin la carte du « choc des civilisations » dont rêve l’extrême-Droite depuis des années et des années.

Marion Maréchal n’y va pas de main morte dans sa tribune publiée par Le Figaro le 22 octobre 2020. Pour elle, il faut viser l’islam en général et pas seulement l’islamisme, la laïcité n’est pas la réponse et les personnes musulmanes issues de l’immigration sont ouvertement désignées.

Quand elle dénonce l’islam, elle ne le fait évidemment pas au nom de la Raison et des Lumières, avec comme référence l’Humanisme averroïste et l’universalisme. Marion Maréchal relève elle-même du romantisme religieux, dans sa version catholique française, et elle considère en fait l’islam comme un concurrent de son propre modèle. C’est la ligne qu’on peut qualifier d’occidentaliste.

Cela est exprimé de manière très claire dans ce passage de sa tribune, qui est absolument fondamental pour comprendre la dynamique actuelle de la Droite française dont elle est devenue une figure très importante :

« Quelle image leur renvoyons-nous? Pour eux nous sommes des mécréants, des jouisseurs, des consuméristes, des athées qui méprisons le sacré ; nous sommes la société du vide, de l’individualisme et du relativisme. Pour eux nous avons tué Dieu, la patrie, la famille. Ils voient une société sans courage, juste bonne à faire des marches blanches, à allumer des bougies et à crier «vous n’aurez pas ma haine». Contrairement à eux, nous avons oublié qu’islam et Europe n’ont cessé de s’affronter depuis 13 siècles. »

Les mots sont choisis avec une très grande précision, de manière très subtile. La description qu’elle fait de l’image renvoyée par la société actuelle aux musulmans n’est aucunement une dénonciation. Marion Maréchal a tout à fait compris que l’islam en France relève d’un romantisme contre la société moderne, d’une fausse révolte puisant de manière romantique dans le passé… Et justement, ce romantisme est exactement du même type que le sien !

La vision de la société qu’elle décrit s’applique mot pour mot tout aussi bien pour la Droite de type catholique, identitaire, etc. Ce qu’elle pense donc, et c’est extrêmement clair dans ce passage, ce n’est pas que l’islam est erroné, que les islamistes ont tort au sens strict, mais qu’il s’agit d’une « civilisation » concurrente avec laquelle il s’agit de s’affronter.

Toute sa tribune relève de cette pensée, qui d’ailleurs n’a rien de nouvelle à l’extrême-Droite française, mais qui est maintenant formulée à grande échelle si l’on peut dire, en parfaite concordance avec l’actualité. Voici plusieurs extraits, afin de bien saisir la dimension offensive de son propos, qui ne souffre d’aucune ambiguïté :

« C’est une œuvre de subversion organisée de l’intérieur et souvent alimentée par l’extérieur. Cette influence extérieure trouve prise dans les allégeances multiples des individus ; en l’occurrence, pour une grande partie des musulmans, dans l’attache à leur pays d’origine, à l’Oumma (l’assemblée des croyants), au sunnisme, etc. »

« Leurs armes: le nombre, la jeunesse, des alliés objectifs islamo-gauchistes qui cultivent la repentance occidentale, l’injonction au vivre-ensemble, les droits de l’Homme dévoyés, un islam en expansion au niveau mondial.

Les nôtres? La laïcité et pas grand-chose de plus. »

« Nous invoquons comme une évidence un concept parfaitement assimilé en Europe mais inconnu de l’islam et des civilisations islamiques: la séparation du public et du privé, du spirituel et du temporel, du politique et du religieux, de Dieu et de César.

La rhétorique est inopérante en particulier auprès d’une grande partie de la jeunesse française musulmane dont je rappelle que 74 % font passer leurs convictions religieuses avant les «valeurs de la Républiques» et 26 % ne condamnent pas les djihadistes (sondage Ifop réalisé en 2020 sur les 15-24 ans). »

« En appeler uniquement à la laïcité pour traiter la question de l’islamisme, c’est une manière de réduire le débat à la question religieuse et d’ignorer le fait social qu’est l’Islam. C’est détourner le regard du sujet de la politique d’immigration, de la délinquance endémique qui est le terreau de la radicalité, du communautarisme islamique lié au nombre, de l’échec de l’assimilation ; bref de la dimension civilisationnelle du problème. »

« Le combat ne peut pas être gagné uniquement par du légalisme. C’est un combat global historique, spirituel, culturel, intellectuel, éducatif. C’est un combat moral qui passera d’abord par l’affirmation et la fierté de ce que nous sommes. C’est un combat de civilisation et quiconque refusera de voir cette dimension a déjà perdu. »

Ces propos sont très violents et relèvent quasiment d’un appel à la guerre civile en France contre l’islam. C’est une tentative de régénération nationale par une sorte de néo-croisade à l’intérieur même du pays.

Il ne faudrait surtout pas croire ici qu’il s’agit d’un simple racisme anti-arabe et qu’on aurait à faire en 2020 à une Droite et une extrême-Droite en mode ratonnade populiste contre les « bougnoules ». Marion Maréchal ne parle jamais d’origines dans le sens ethnique et son propos n’a aucune dimension raciale au sens strict ; ce qu’elle joue, c’est le « choc de civilisation », avec la France catholique et anti-moderne comme place forte de l’« Occident » contre l’« Orient ».

Face à cela, la Gauche doit brandir haut et fort le drapeau de l’universalisme, assumer la Raison contre la haine et les arriérations religieuses, mettre en avant l’Histoire contre les romantismes pillant le passé de manière fantasmée, et assumer le Socialisme comme la seule perspective possible pour l’humanité.

Vous aimerez aussi...