Le général Pierre de Villiers omniprésent en novembre 2020

Encore et toujours présent dans les médias, le général Pierre de Villiers prétend ne pas faire de politique tout en se présentant indirectement comme le seul recours.

Le général Pierre de Villiers n’en finit plus de faire le tour des plateaux de télévision et de la presse. Il était à l’occasion du onze novembre l’invité d’une longue émission sur la chaîne publique France info durant laquelle il a pu s’exprimer en long, en large et en travers. À plusieurs reprise, il lui a été posé la question de son orientation politique, de manière vague d’abord, sur différents thèmes, puis de manière précise ensuite avec Laurent Joffrin (ancien directeur de Libération) mettant les pieds dans le plats en lui demandant s’il est de droite ou de gauche.

Évidemment, Pierre de Villiers ne répond pas, tournant autour du pot, expliquant qu’il est au dessus, et même au-delà, des clivages, que la question ne se pose pas en ces termes selon lui et qu’ils ne fait qu’apporter une « contribution » au débat, etc. Pourtant, il est évident qu’il relève de la Droite, et même de la Droite au sens le plus strict.

Sa vision, qu’il répète à l’envie de manière extrêmement bien formulée, se résume ainsi : ce qui compte avant tout est la nation, il faut l’unité nationale coûte que coûte et l’Armée forme de ce point de vue un modèle idéal qu’il faut appliquer au reste de la société, pour son plus grand bien évidemment. Autrement dit, il faut l’autorité forte venant d’en haut, combinée à la bienveillance sociale de type catholique, afin de maintenir l’ordre social et surtout les hiérarchies sociales.

C’est une formulation de droite tellement classique, tellement « vieille bourgeoisie » si l’on peut dire, que peu de personnes à Droite osaient le formuler aussi ouvertement depuis des années. C’est sa marque de fabrique ; il suffit de voir ses propos sur la radio France Inter, toujours le onze novembre :

« Il faut apprendre aux petits Français à aimer la France »

« Ces jeunes qui partent en vrille, il faut les remettre dans le doit chemin »

Il ne reste plus qu’à chanter la chanson Général, nous voilà… Et c’est bien le message qu’il veut faire passer : je suis consensuel, j’ai l’armée avec moi, je suis capable d’amener une mobilisation en faveur d’une orientation agressive de grande puissance.

Il compte réussir ce que Marine Le Pen n’a pas réussi : former un bloc populaire de Droite, anti-libérale en apparence mais en réalité représentant la haute bourgeoisie et les marchands de canon.

On se rappellera d’ailleurs d’où vient politiquement Pierre de Villiers. Il émerge en tant que figure en 2017, en démissionnant de son poste de chef d’État-Major des armées, assumant un conflit ouvert avec Emmanuel Macron quant au budget des armées. Il a ainsi été le porte-drapeau des militaristes, des expansionnistes, des agressifs.

Mais ce n’est pas tout. Car le sens de la valorisation de l’Armée par Pierre de Villiers, c’est aussi d’empêcher la lutte des classes en mettant la population, et notamment la jeunesse, au rang. C’est pour cela qu’il parle beaucoup de la jeunesse, avec à chaque fois une vision volontairement binaire, présentant deux pôles : d’un côté les « jeunes des cités », de l’autre les « jeunes diplômés ».

Pierre de Villiers le vendéen (frère de Philippe de Villiers) oublie volontairement de parler de la classe ouvrière, c’est la règle, alors que pourtant la Vendée est largement ouvrière, particulièrement dans la jeunesse. C’est révélateur : ce qui compte pour cet homme de la Droite est de neutraliser la conscience ouvrière, au profit du nationalisme.

Son rôle politique, culturel, idéologique est précisément d’empêcher la ré-émergence politique, culturel, idéologique de la classe ouvrière menant la lutte des classes. Son rôle est de prendre la Gauche de vitesse, comme Mussolini, Hitler et Franco hier, comme tous ces mouvements de la Droite populaire venant « restaurer l’ordre », « relever » la nation ou, comme Pierre de Villiers le dit lui-même, « remettre les choses à leur place ».

Vous aimerez aussi...