La Loi de Programmation de la Recherche contre la démocratie étudiante

Une nouvelle loi concernant l’université interdit de facto les Assemblées Générales. Cela reflète la marge de manœuvre du libéralisme pour façonner l’université, en l’absence de conscience et d’organisation étudiantes conséquentes.

Le 9 novembre 2020, une loi sur l’enseignement supérieur est passée, elle entend amener des changements dans l’Université. Outre le fait que celle ci soit dénoncée comme rendant encore plus difficile la recherche, il y a un article anti-démocratique, que même la Droite la plus dure n’osa pas passer historiquement.

En effet, un des articles de la loi stipule la chose suivante :

« Le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement supérieur sans y être habilité en vertu de dispositions législatives ou réglementaires ou y avoir été autorisé par les autorités compétentes, dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement, est passible des sanctions définies dans la section 5 du chapitre 1 du titre III du livre IV du code pénal. »

En clair, cela reviendrait à une « intrusion dans un établissement d’enseignement scolaire ». Or, lors d’Assemblées Générales à l’université, il est fréquent que des étudiants d’autres universités participent, de lycées environnants ou encore de travailleurs venus à l’invitation de l’assemblée générale. Sans parler de jeunes désœuvrés, plus ou moins militants ou activistes.

On sait bien évidemment que ces Assemblées Générales ne sont bien souvent, voire la plupart du temps, que des fictions militantes. Mais là c’est la possibilité même d’une véritable Assemblée Générale qui est bloquée.

On doit d’ailleurs noter que les courants gauchistes faisant de pseudos Assemblées Générales culminant en folklore pseudo-radical et nihiliste, avec un vandalisme et un sectarisme érigés en ligne « révolutionnaire », ont joué un très mauvais jeu permettant une telle loi particulièrement agressive.

C’est que les peines encourus sont importantes ; une personne seule, risquera jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 45 000€ d’amende, les personnes venues en groupe risqueront jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende.

D’autres peines sont également encourus : l’interdiction des droits civiques, civils et de familles ou encore l’interdiction de séjour. Autant dire qu’il s’agit de casser la possibilité de tout mouvement étudiant, mouvement étudiant qui en France a souvent joué un rôle important, car comme le dit l’adage les jeunes c’est comme le dentifrice : une fois sortis (dans la rue) ils ne rentrent plus.

Les étudiants ne se sont pour l’heure pas organisé contre cette loi, et pour cause ! L’Université n’étant pas en dehors de la société, elle est à l’image de celle-ci, pétrie dans le libéralisme ambiant, avec le laisser-aller et le repli sur soi. Il faudrait un syndicat étudiant qui assume d’être tourné vers le monde du travail et réfute de se prétendre un « mouvement de jeunesse » ou bien un simple cadre corporatiste.

Il faudrait un syndicat étudiant qui aborde la vie quotidienne : rien qu’en réclamant des plats végétaliens dans tous les restaurants universitaires il y aurait déjà une base revendicatrice ! Tout cela demande cependant d’être en phase avec son époque. C’est l’une des tâches des gens n’ayant pas oublié ce qu’est la Gauche historique.

Vous aimerez aussi...