Décès de Jaques Jurquet, fondateur du PCMLF

Jacques Jurquet a été une importante figure politique en France et une très importante figure politique de la Gauche. Il avait fondé et dirigé le Parti Communiste Marxiste-Léniniste de France, actif en mai 1968 et durant toutes les années 1970.

Jacques Jurquet et Chou-En-Lai lors d’une visite en Chine

Jaques Jurquet, né en avril 1922 et décédé en novembre 2020, avait fait partie du PCF dans les années 1960, où il a fini par soutenir les thèses dites « pro-chinoises ». Il a fait partie du noyau dur des « marxistes-léninistes » et est devenu à ce titre le dirigeant du Parti Communiste Marxiste-Léniniste de France (PCMLF), fondé en 1967. Le PCMLF, qui a toujours rejeté le qualificatif de « maoïste », s’opposait de manière virulente à l’UJCML et à la Gauche Prolétarienne qui correspondent quant à eux à ce qu’on a appelé en France les « maos ».

Le PCMLF entendait reformer le PCF, en restant dans la même perspective et sans en modifier culturellement ou idéologiquement les fondements. Il a obtenu un certain succès et fut tout au long des années suivant immédiatement 1968, devenant l’une des principales organisations de la gauche de la Gauche, avec plusieurs milliers de membres.

Jacques Jurquet

Son élan fut cependant brisé par étapes. Déjà, le PCMLF ne supporta pas vraiment le choc de mai 1968, car il fit partie des organisations interdites. Or, au lieu de simplement changer le nom car cette interdiction n’était que symbolique, il maintint une sorte de double organisation qui l’épuisa. Qui plus est, cette sorte de clandestinité relativement fictive poussa une partie des étudiants l’ayant rejoint après 1968 à le pourrir de l’intérieur et à provoquer une importante scission, donnant le Parti Communiste Révolutionnaire (marxiste-léniniste). Le PCMLF eut toutefois l’avantage d’avoir d’excellentes relations avec la Chine populaire de Mao Zedong et avec l’Albanie d’Enver Hoxha.

Ces excellentes relations se transformèrent cependant en catastrophe. La mort de Mao Zedong en 1976 amena en effet un retournement total de situation en Chine et il était hors de question de valoriser la révolution culturelle. Jacques Jurquet modifia ses propres écrits au sujet de mai 1968, gommant ainsi la révolution culturelle tout en devenant, jusqu’à sa mort, un ardent défenseur du « socialisme chinois ».

Ce courant qui considère encore la Chine comme socialiste, tout en se revendiquant de Mao Zedong, existe encore de manière marginal, notamment avec les Éditions Prolétariennes (il est à noter que cette tendance à voir la Chine comme socialiste est également réapparue dans des courants oppositionnels du PCF ces dernières années).

Le tournant chinois de 1976 affaiblit évidemment le PCMLF, qui dut également endurer une nouvelle scission, puisqu’une partie importante, à partir de sa base de Strasbourg, se tourna à la fin des années 1970 vers l’Albanie comme modèle. Il faut ici savoir qu’après la mort de Mao Zedong, l’Albanie d’Enver Hoxha, pourtant alliée auparavant à la Chine populaire, changea entièrement de ligne, expliquant que Mao Zedong n’avait été qu’un démocrate bourgeois. Elle fut très largement suivie par les « marxistes-léninistes » en Europe, notamment en France et en Espagne.

Ce courant pro-albanais du PCMLF donna naissance en 1979 au Parti Communiste des Ouvriers de France, qui existe encore (et dont l’un des membres fut Pierre, connu pour être présent dans pratiquement toutes les manifestations parisiennes pour vendre son petit journal « Drapeau rouge » et décédé en 2017 en tombant dans un escalier du métro en quittant justement une manifestation).

Le PCMLF avait de son côté assumé la légalité complète en 1978 en devenant le PCML, puis en 1985 le Parti pour une Alternative Communiste (PAC), qui disparut rapidement. Jacques Jurquet continua ses activités sociales et politiques à Marseille ; on trouvera sa biographie (détaillée mais formelle) sur le Maîtron en ligne.

Vous aimerez aussi...