Le cinquantième congrès de « Lutte Ouvrière »

  • Post category:Politique

L’organisation trotskiste Lutte Ouvrière a organisé en décembre 2020 son cinquantième congrès, dans un contexte évidemment très particulier.

Le véritable nom de Lutte Ouvrière, c’est l’Union communiste (trotskyste). Lutte Ouvrière est le nom de son journal, un nom qui vient lui-même de l’ancien nom de l’organisation, Voix Ouvrière, née en 1956 et interdite à la suite de mai 1968, comme plusieurs autres structures d’extrême-Gauche.

Cependant, c’est surtout en 1970 que cette organisation a réellement commencé à exister et à s’implanter dans le paysage français. Si les maos français ont eu énormément de mal à se structurer, malgré un grand écho avec la Gauche Prolétarienne, les trotskistes ont su se structurer de manière très rigoureuse et perpétuer leurs activités pendant longtemps.

Ce sont d’ailleurs trois organisations trotskistes qui prédominent à l’extrême-Gauche à partir du début des années 1970 et jusqu’à la fin des années 1990, et Lutte Ouvrière en fait partie. Si on voulait faire du travail syndicaliste à Force Ouvrière ou à l’UNEF, en se tournant vers le Parti socialiste, on allait dans les rangs de l’Organisation Communiste Internationaliste, la plus importante des organisations, vivant cependant à la marge des autres et étant monolithique.

Si on voulait un mode de vie décadent, avec l’amour libre, du romantisme sud-américain en appréciant Che Guevara, avec un activisme débridé en mode blouson de cuir et organisation de bons coup, avec en même temps un droit de tendances très prononcé, on allait à la Ligue Communiste Révolutionnaire.

Si par contre on voulait une approche à la fois sobre et livresque, avec une formation pratique fonctionnant par paliers, un certain sens de la conspiration, l’idée de préparer matériellement le grand soir en se tournant vers les travailleurs, c’était Lutte Ouvrière.

Dans la tête des gens, et même si c’est une caricature, l’OCI c’était une secte, la LCR un bordel efficace, Lutte Ouvrière les moines soldats. Lutte Ouvrière a usé et abusé de cette image en allant recruter à la sortie des lycées les plus prestigieux, avec l’idée de profiter de jeunes bourgeois « trahissant » leur classe.

La fête annuelle à Presles, à 30 km de Paris, relève également d’une mobilisation festive où l’image donnée est celle de quelque chose de très structurée, de très encadrée. Être à Lutte Ouvrière, c’était devoir s’habiller comme les travailleurs, sans aucune extravagance, avec un vocabulaire normé, pour se fondre dans le paysage.

C’était un moule et c’est ce qui fait que de toutes les organisations depuis les années 1970, c’est la seule à disposer d’une continuité impeccable dans sa presse avec Lutte Ouvrière, dans l’organisation des conférences Léon Trotski à Paris, ainsi que dans son organe théorique Lutte des classes ou encore la participation systématique aux élections.

Si ce moule s’est largement libéralisé, les fondamentaux n’ont pas changé. La programmatique reste entièrement fondée sur le programme de transition de Léon Trotski et les réflexes d’ultra-gauche reviennent à la moindre occasion. Lors du 50e congrès, il a été souligné que le confinement face à la pandémie n’était pas une solution, que l’État profitait de la situation pour embrigader et manipuler. De la même manière, Lutte Ouvrière est pour l’amour libre et contre le mariage, rejette la résistance armée anti-nazie pendant la seconde guerre mondiale, rejette l’idée d’un parti dirigeant au profit d’une démocratie ouvrière, etc.

En un certain sens, Lutte Ouvrière est la seule organisation qui a réussi à assurer une continuité depuis mai 1968. C’est d’ailleurs un danger pour elle, car la question qui en découle, c’est : tout ça pour ça ?

Cela n’ébranlera pas les rangs de Lutte Ouvrière, qui s’est toujours posée comme l’organisation en attente que les choses se décantent. Mais était-ce juste ou bien est-ce avoir raté la systématisation du capitalisme dans la société française ces cinquante dernières années ?

Les prochaines années, marquées par la crise, montreront ce qu’il en est : soit Lutte Ouvrière joue un rôle conforme à son orientation prise il y a cinquante ans, soit elle s’effondre pour n’avoir été qu’un accompagnement du capitalisme moderne.