Les masques ne sont pas adaptés à la morphologie des femmes

Le visage de la plupart des femmes est plus fin que celui des hommes, sans être petit comme celui des enfants, et cela pose problème quant à l’efficacité du masque chirurgical, mais aussi du FFP2.

Avec l’arrivée du variant britannique, qui doit faire voir à la hausse les exigences en termes de protection des masques, on peut constater qu’il n’y a que très peu d’adaptation aux différentes morphologies. Il n’y a que des modèles taille unique de manière accessible, les masques en tissus distribués par l’État et la Région étaient à ce titres de très grande taille. Il a fallu que chacun se mette à fabriquer son masque pour commencer à voir des petits masques pour enfant, parfois à l’échelle de la commune, notamment parce que c’étaient des femmes mobilisées qui les avaient confectionné.

Pour ce qui est du masque chirurgical, on voit très souvent les femmes être obligées de croiser les élastiques pour l’ajuster. Le problème est que cette manœuvre ouvre des tubes d’air sur les côtés, ce qui permet des grandes entrées et sorties d’air sur les côtés.

Les masques FFP2 existent sous plusieurs formes, le plus courant, celui en « bec de canard » (vertical) arrive trop haut presque entre les yeux d’un petit visage de femme et trop bas sous le menton, laissant passer l’air à ces endroits.

Or pour être efficace, un masque doit épouser parfaitement le visage pour que l’intégralité de l’air inspiré et expiré soit filtré.

Ce problème touchant les femmes a été abordé dès le mois de mai 2020 par différentes presses, notamment féminine. Nous sommes en janvier 2021 et on ne voit pas d’évolution dans les standards de masques.

C’est un problème également pour les enfants, bien que leur spécificité soit reconnue, les petits masques médicaux sont plus rares à la vente, chers et surtout complètement absent des distributions institutionnelles aux familles.

On se dit que ce n’est pourtant pas compliqué de faire au minimum trois tailles de masque, S, M et L comme ça peut être le cas dans les gammes de masque FFP2 lavables, conçus pour se protéger de la pollution de l’air.

Tout cela est bien la marque de la déconnexion de la production avec les besoins populaires, mais aussi la passivité des femmes et des gens en général, qui au lieu de rouspéter contre les mesures sanitaires auraient tout à gagner à exiger bien plus.

La Gauche a ici un rôle à jouer en développant cette thématique, en mettant en place des revendications. Cela fait partie de son devoir de reconnexion au réel, de formation de contre-pouvoirs.

Vous aimerez aussi...