Le CNRS en défense des études « postcoloniales » et « intersectionnelles »

  • Post category:Société

Le CNRS refuse de suivre la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche qui a mit les pieds dans le plat sur le terrain glissant des valeurs post-modernes.

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) est une sorte d’immense usine à gaz, mêlant cooptation, népotisme, recherches bidons et réel travail de très haut niveau, le tout à la fois au service de l’idéologie dominante et des entreprises. 32 000 personnes dont 11 000 chercheurs, 13 500 ingénieurs et techniciens, œuvrent à étudier dans tous les domaines, avec un budget de 3,4 milliards d’euros, en toute indépendance.

Né en 1939, c’est en effet une entité bureaucratique, s’auto-satisfaisant, payant mal mais prestigieuse, brillante parfois, parasitaire souvent, relevant entièrement de l’appareil d’État moderne. C’est à ce titre que Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, a fait appel au CNRS le 16 février 2021. Elle demande « un bilan de l’ensemble des recherches » sur un thème très particulier : « l’islamo-gauchisme à l’université ».

Le CNRS se veut neutre, au service de l’État et de la population, etc. On fait donc appel à lui pour légitimer l’idéologie dominante.

Or, naturellement, la petite-bourgeoisie intellectuelle du CNRS converge avec ce qu’on appelle improprement l’islamo-gauchisme et qui consiste en réalité en l’idéologie post-moderne. Cette idéologie est née d’ailleurs dans les universités françaises, avec des auteurs comme Jean-Paul Sartre, Michel Foucault, Gilles Derrida, Frantz Fanon, Jean Baudrillard, Jacques Derrida, Roland Barthes, Julia Kristiveva, Jean-François Lyotard, etc.

Le CNRS a donc publié un communiqué exprimant sa fureur idéologique : on ne doit pas toucher à l’idéologie post-moderne !

On lit ainsi :

« L’islamogauchisme », slogan politique utilisé dans le débat public, ne correspond à aucune réalité scientifique.

Ce terme aux contours mal définis, fait l’objet de nombreuses prises de positions publiques, tribunes ou pétitions, souvent passionnées.

Le CNRS condamne avec fermeté celles et ceux qui tentent d’en profiter pour remettre en cause la liberté académique, indispensable à la démarche scientifique et à l’avancée des connaissances, ou stigmatiser certaines communautés scientifiques.

Le CNRS condamne, en particulier, les tentatives de délégitimation de différents champs de la recherche, comme les études postcoloniales, les études intersectionnelles ou les travaux sur le terme de « race », ou tout autre champ de la connaissance.

Le CNRS dit ensuite qu’il est prêt à obéir à la ministre, évidemment, mais dans un autre cadre, celui des « Recherches sur les radicalisations, les formes de violence qui en résultent et la manière dont les sociétés les préviennent et s’en protègent ».

Tout cela est très révélateur. Il rappelle les dénégations de journaux comme Le Monde pour qui « l’idéologie du genre » n’existerait pas. Cela a deux aspects. D’un côté, c’est hypocrite car ces gens savent très bien que la bourgeoisie paye toute une série d’intellectuels pour produire les valeurs post-modernes à la chaîne. L’art contemporain, la psychanalyse, la théorie de la « transidentité », l’écriture inclusive… sont des fantasmagories produites par des universitaires et diffusée par les avant-gardes du turbocapitalisme.

De l’autre, ces gens s’imaginent réellement progressistes en raisonnant en termes de droits individuels. Ils se définissent d’ailleurs souvent de gauche ou s’imaginent s’y rattacher. Ils croient en leurs propres mensonges.

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, a donc mis les pieds dans le plat. On sait bien d’ailleurs comment Emmanuel Macron relève lui-même de l’idéologie post-moderne. Il suffit de se rappeler de la fête de la musique à l’Elysée en 2018. Seulement, le capitalisme a trop ébranlé la société et le gouvernement aimerait essayer de mettre des garde-fous.

Mais comment mettre des garde-fous alors que tout l’appareil d’État a été le support du relativisme, du libéralisme, du scepticisme ? D’où la demande incohérente de la ministre et, inversement, le renforcement sans commune mesure des conservateurs et de l’extrême-Droite ces derniers temps, avec Éric Zemmour, Marion Maréchal, Michel Onfray, Pascal Praud, etc.

Le libéralisme va à son paroxysme alors que le capitalisme va à la guerre et qu’ainsi les nationalistes ont le vent en poupe. Comme dans dans les années 1920-1930. Et face à cela, il y a un seul camp : celui de la Gauche historique.