«Le souvenir de la bulle internet de la fin des années 1990 refait surface»

Dans son rapport trimestriel publié lundi 1er mars 2021, la Banque des règlements internationaux (BRI) pointe du doigt une envolée sans précédent sur les marchés financiers et dénonce des coups de folies. Elle fait ouvertement référence à la bulle internet de la fin des années 1990.

La BRI est une société détenue par les plus importantes banques centrales mondiales, c’est une sorte de garant de la coopération de l’ensemble des monnaies. L’une de ses principales mission est de garantir la stabilité monétaire et financière mondiale et il y a justement à ce propos un vent de panique.

La « banque des banques centrales » ne peut en effet que constater à quel point les prix de certains actifs se sont envolés au cours des derniers mois, ainsi que l’augmentation des introductions en bourse. Autrement dit, il y a énormément de spéculation et beaucoup de risques sont pris en conséquence des plans de relances faramineux des États, alors que les entreprises sont extrêmement endettées et que les conditions d’accès à l’emprunt sont extrêmement facilitées.

Il y a ainsi des fondations fragiles, sur lesquels viennent se produire des mouvements financiers irrationnels à grande échelle. Il est par exemple cité dans le rapport, sans le nommer explicitement, l’exemple de Signal. On se rappelle que le patron de Telsa, le très médiatique Elon Musk, avait incité les gens à utiliser l’application de messagerie Signal en lieu et place de WhatsApp. Cela avait immédiatement engendré une flambée de l’action « Signal Advance », de 11 560 % en 4 jours… Sauf que l’entreprise en question n’a rien à voir avec l’application Signal et son cours s’est ensuite effondré de 92 %.

L’entreprise Telsa est d’ailleurs elle-même un cas d’école. Sa valorisation est énorme, son action a bondi de près de 1000 % en un an, mais cela repose essentiellement sur du vent, de la communication, alors qu’elle ne produit que quelques centaines de milliers de voitures contre des millions pour les grands groupes du secteur.

La Banque des règlements internationaux est également très inquiète de la possibilité de grands mouvement financiers coordonnés par des petits investisseurs privés, en fait des boursicoteurs se concertant sur les réseaux sociaux. Il y a bien sûr l’épisode récent de l’action GameStop (une chaîne de magasins de jeux vidéos, qui possède l’enseigne Micromania en France) où des « petits » ont empoché des millions et coûté quelques milliards de dollars à des gros fonds de pensions.

Tout cela n’a bien entendu aucun rapport avec l’économie réelle (par exemple l’entreprise GameStop est extrêmement endettée et n’a aucune perspective), et relève d’une profonde irrationalité. L’exemple le plus flagrant est la folie des « cryptomonnaies », avec surtout le bitcoin dont le cours atteint des sommets astronomiques. Il ne s’agit aucunement d’une monnaie et cela n’a absolument aucune valeur à part être un actif ultra spéculatif ne servant… qu’à spéculer.

Il y a en fait dans l’économie tellement de richesses que celles-ci ne savent même plus où se diriger ni comment se diriger et cela part dans les tous les sens. Ce n’est pas nouveau, mais la pandémie ayant mis un coup d’arrêt à l’économie, cela a brusquement généré des quantités massives d’épargne, c’est-à-dire de capital, du patrimoine privé, cherchant à se placer.

Et comme l’économie de la finance réagit essentiellement à des tendances, et non pas à des valeurs réelles, alors puisque l’économie repart, cela génère des tendances à la hausse et donc des emballements spéculatifs. Le mouvement est bien sûr renforcé par la perspective des plans de relances des États et l’action monétaire forcenée des banques centrales. Cela est forcément très inquiétant pour qui regarde les choses avec sérieux et ce n’est donc pas pour rien que la Banque des règlements internationaux parle d’un « souvenir de la bulle internet de la fin des années 1990 [qui] refait surface ».

Il ne va pas suffire de grand-chose pour que le château de carte s’effondre ; la perspective d’un grand crash boursier ou d’une grande crise financière mondiale est une actualité tout à fait concrète pour le capitalisme.

Vous aimerez aussi...