Les femmes ont besoin de principes pour se protéger du cannibalisme social

Le capitalisme propose une société « ouverte » qui est le masque du spontanéisme profitant forcément à la décadence, notamment aux dépens des femmes.

L’agression de féministes lors d’un cortège le 7 mars 2021 est une énième expression du caractère nihiliste du sponténisme d’ultra-gauche, qui se prétend plus radical que tout et foule perpétuellement aux pieds les principes démocratiques. On lit de manière fort juste dans l’article de Charlie Hebdo Quand des « antifas » s’en prennent à des féministes lors d’une manifestation que:

« Sur place, on a pu constater en fin d’après-midi qu’un des membres de ce groupe menaçait même d’envoyer une bouteille de verre sur les militantes.

Ce ne serait pas drôle sans un gloubi-boulga idéologique. Les « antifas » accusent aussi les militantes présentes d’être transphobes. Marguerite Stern, ancienne Femen connue pour ses propos parfois controversés sur les trans, et qui tenait une pancarte « Vive le sexe féminin », a été l’objet d’attaques. Elle a même reçu en message privé ce genre de menaces : « Ne te pointe pas à la manif si tu ne veux pas recevoir du sperme de meuf trans dans la tronche . » Du grand féminisme. »

Gloubi-boulga idéologique : l’expression est bien choisie. Car il n’y a rien d’intelligent, rien de construit, aucun appui historique ou culturel. C’est seulement de la prétention, de la vanité viriliste ou estudiantine. Et c’est pourquoi la Femen Inna Shevchenko – les femens dont elle fait partie ont également été agressées – a tort de dire :

« Enfin, indépendamment de mon admiration et de ma solidarité avec toutes les féministes, je suis terrifiée de voir l’orthodoxie idéologique croissante au sein du mouvement féministe maintenant aussi en France. Je suis terrifiée par tous les dogmes… et en cette #JourneeDesDroitsDesFemmes j’espère que le féminisme ne deviendra pas prisonnier du dogmatisme et de la polarisation. »

C’est erroné de dire cela. Car qui peut se permettre justement l’absence de dogmes, de valeurs, de principes ? Ceux qui abusent, justement. Les femmes perdent toujours quand il n’y a pas un cadre bien établi. Il est étonnant qu’Inna Shevchenko ait d’ailleurs une telle conception libérale alors qu’en même temps elle constate que :

« Les racines de notre combat [celui des Femen] viennent d’Europe de l’Est, d’Ukraine, nous n’avons pas une vision romantique de la prostitution. »

Car pourquoi l’Ukraine a-t-elle été transformée en bastion international de la prostitution ? Justement parce qu’il n’y avait plus de cadre social, plus de « dogme », c’est-à-dire de valeurs bien définies. Et dans ce chaos complet, la prostitution l’emporte. C’est ce qu’a cherché à montrer notamment le réalisateur Lukas Moodysson dans le film de 2002 Lilya 4-ever.

Dès qu’il n’y a plus de cadre, le cannibalisme social se répand. Les profiteurs se lancent, cherchant à utiliser les autres, à les exploiter. Et au lieu d’avoir des valeurs positives, culturelles, tournées vers les animaux et pacifiques, on a le clan, la brutalité, l’invective, les comportements véhéments. Lilya 4-ever a profondément marqué les esprits par la présentation du cannibalisme social se développant là où le tissu social a été détruit.

Les « antifas » – qui sont en fait des anarchistes n’ayant rien à voir avec le véritable antifascisme historique des socialistes et des communistes – reflètent parfaitement un tel cannibalisme par leur esprit d’agression, leur style emprunté aux ultras des stades de football. On est là dans la décomposition de la petite-bourgeoisie, alors que le capitalisme se ratatine.

Les femmes peuvent-elles éviter alors les dogmes et éviter la polarisation ? Pas du tout, elles doivent la prendre en main. Sinon, cela se fera à leurs dépens.

Vous aimerez aussi...