Google, Facebook, Youtube, Instagram: la civilisation chaîne de Markov

Le principe dit de la chaîne de Markov est le fondement du référencement : il reflète la consommation capitaliste permanente, avec un choix binaire.

Ceux qui ont choisi de faire passer leurs idées par Facebook, Instagram, Youtube, en publiant des choses racoleuses pour être référencé sur Google… ont tout faux. En agissant ainsi, ils tombent dans un piège, celui d’une dynamique consommatrice par définition superficielle.

Le référencement, la mise en valeur… tout cela obéit en effet à la consommation à l’instant T. Le passé n’est pas pris en compte, ce qui compte, c’est l’impact momentané. Pour le dire plus directement, c’est le principe du buzz. Vous racolez, vous buzzez : vous êtes visibles. Sinon, vous êtes invisibles.

L’intérêt des entreprises est bien entendu qu’il y ait un flux permanent, avec une remise en cause permanente, une consommation permanente. Google n’aurait pas de publicités payantes en continu si telle entreprise, une fois installée au sommet du référencement par exemple du papier peint, restait tout le temps en haut de la liste.

C’est ce qui a perdu Yahoo, qui avait initialement lancé un référencement sur un mode d’annuaire. C’est tout à fait rationnel. Mais cela n’est pas conforme à la lecture capitaliste de la consommation. Le capitalisme exige un consommateur renouvelé en permanence, sans passé, faisant de sa consommation son identité sans cesse renouvelée.

Le consommateur se retrouve en permanence devant le choix 0 et 1, j’achète ou pas, je me vend ou pas. Et afin d’évaluer les possibilités, le capitalisme utilise le principe mathématique appelé la chaîne de Markov.

Andreï Markov est un mathématicien russe, né en 1856 et décédé en 1922 ; il est à l’origine de cette « chaîne de Markov ». C’est précisément ce principe qui est utilisé dans l’évaluation des sites par Google, mais également en fait par toutes les grandes entreprises capitalistes en ce qui concerne internet, voire même partout dans les probabilités.

La chaîne de Markov part en effet du principe suivant : il n’y a pratiquement rien avant et rien n’est relié en soi. Que faut-il comprendre par là ?

En fait, Andreï Markov a mis en place un dispositif artificiel. Il dit : prenons la personne X au moment 4. Ce qu’elle va faire au moment 5 ne dépend que du moment 3 et encore même pas forcément. Il n’est pas besoin de prendre en compte les moments 2, ni 1.

Ainsi, l’interprétation de l’acte de X est coupée de X en général dans la mesure où sa nature, son histoire ne compte pas. Mais elle est également de tout ce qu’il y autour de lui.

Pour prendre un exemple : le capitalisme se moque de savoir pourquoi telle ou telle personne est pour telle ou telle raison dans un embouteillage. La question est de parvenir à un modèle statistique de l’embouteillage. On n’explique ainsi pas l’embouteillage, mais on contourne le problème scientifique au moyen de probabilités.

On n’a aucune idée de pourquoi l’embouteillage se produit parfois à Amiens dans le secteur de la gare à 18h, mais on a répertorié les embouteillages et on sait que, statistiquement, il y a davantage de chances que ce soit tel jour et tel jour, par opposition à tel jour et tel jour.

On ne sait pas pourquoi telle personne va acheter tel produit dans un supermarché, mais il y a davantage de probabilité que ce soi tel produit, etc. etc.

Voici un exemple de la chaîne de Markov donné sur Wikipedia, avec un dessin illustrant cette conception absurde. Le fait qu’un animal soit employé pour exprimer une conception réductrice de la vie ne doit guère surprendre, cela va avec.

« Doudou le hamster ne connaît que trois endroits dans sa cage : les copeaux où il dort, la mangeoire où il mange et la roue où il fait de l’exercice. Ses journées sont assez semblables les unes aux autres, et son activité se représente aisément par une chaîne de Markov.

Toutes les minutes, il peut soit changer d’activité, soit continuer celle qu’il était en train de faire. L’appellation processus sans mémoire n’est pas du tout exagérée pour parler de Doudou. [sic!]

Quand il dort, il a 9 chances sur 10 de ne pas se réveiller la minute suivante.

Quand il se réveille, il y a 1 chance sur 2 qu’il aille manger et 1 chance sur 2 qu’il parte faire de l’exercice.

Le repas ne dure qu’une minute, après il fait autre chose.

Après avoir mangé, il y a 3 chances sur 10 qu’il parte courir dans sa roue, mais surtout 7 chances sur 10 qu’il retourne dormir.

Courir est fatigant pour Doudou ; il y a 8 chances sur 10 qu’il retourne dormir au bout d’une minute. Sinon il continue en oubliant qu’il est déjà un peu fatigué.

Suivant ce principe, le monde n’est considéré qu’à l’instant T. Le passé ne compte pas, ni même la nature des choses. Ce qui compte c’est la consommation permanente. Voilà pourquoi l’idée de racoler pour triompher sur internet est absurde du point de vue de la Gauche : la forme même exige pour avoir du succès de faire du consommable, les gens n’en retiendront rien et de toutes façons ne s’attarderont pas.

C’est ce qui explique que telle chanteuse peut avoir un immense succès pour une chanson sur Youtube… mais que personne ne remarquera sa chanson produite après. Sur internet, le référencement ne prend que de l’éphémère, du consommable.

C’est là le reflet d’une vision du monde. Ce principe de Markov sera d’ailleurs repris par la suite pour la théorie du chaos et pour toute l’idéologie des probabilités : le monde serait chaotique mais on pourrait, à force de calcul, évaluer ce qui a le plus de chance de se produire. Cette approche n’explique rien, mais tant qu’il y a des ordinateurs pour faire des calculs, cela compense : plus besoin de comprendre, il suffit de calculer les probabilités.

Voilà comment le capitalisme désincarne la science, la poussant au calcul, jusqu’à l’absurde le plus dénaturé.

Vous aimerez aussi...