Les agriculteurs de la vallée du Rhône provoquent un pic de pollution

Au-delà des impressionnantes images d’exploitations agricoles « en feu », comment se fait-il qu’en 2021 de telles pratiques perdurent pour faire face à des aléas météorologiques, que l’on sait exacerbés par le dérèglement climatique ?

Ces dernières années, la transition des hivers aux printemps prend de plus en plus un tournant bizarre. Le mois de février connaît régulièrement des pics intenses de chaleur, laissant à croire que l’hiver est terminé. Evidemment cela n’est pas le cas, avec souvent une brutale rechute hivernale au mois de mars-avril. Si le dicton populaire « en avril ne te découvre pas d’un fil » a de ce point de vue sa part de vérité, il est évident que le changement climatique accentue de manière terrible ces oscillations de températures.

Et cette année cela a viré au drame pour les exploitants de vergers et de vignes. Car la vague de regel de ce début avril a été précédé par une période de chaleur printanière.

Selon Météo France, le bilan du mois de février 2021 fait état d’une température moyenne de 8,3 °c, soit en hausse de 2,5 °c par rapport aux relevés 1981-2010. Puis, à la fin mars, de nouveaux records de chaleur ont été battus un peu partout en France. Le 31 mars, il a par exemple fait 21°c à Valence.

Avant, donc, cette vague de gel allant jusqu’à -5°c, voir – 7°c dans la Drôme. Pour ne pas être détruits, les arbres en début de floraison ont été protégés par les agriculteurs avec des systèmes de chauffage qui vise à allumer des blocs de paraffines pendant plusieurs nuits.

Mais voilà, des blocs de paraffine, ce sont des composés à base d’hydrocarbure. Et de tels composés qui flambent par milliers dans de très nombreuses exploitations engendrent mécaniquement de la pollution… Car on oublie souvent que le brûlage incomplet de combustibles, mais aussi de déchets organiques, est une source très importante de particules fines. C’est d’ailleurs une pratique qui est le plus souvent interdite pour cette raison là.

De telles pratiques, dans une zone comme la vallée du Rhône qui connaît une sur-concentration d’exploitations arboricoles, ne pouvaient qu’aboutir à une dégradation délétère de la qualité de l’air. Les habitants de ces villages, mais aussi du bassin lyonnais, se sont même plaints d’une odeur de brûlée, ainsi que d’un voile opaque.

Les émissions en particules fines, conjugués aux rejets en dioxydes d’azote de la circulation routière, ont atteint un tel niveau que, le 8 avril, l’organisme chargé de la surveillance de la qualité de l’air, ATMO Auvergne Rhône-Alpes, a activé le niveau de vigilance renforcée pour la vallée du Rhône et le bassin lyonnais. C’est dire à quel point cette pratique est nocive pour l’atmosphère…

Le 7 avril, à Valence Sud, le taux de concentration de particules fines de 2,5 microns était de 60 microg/m3 d’air (le double logiquement pour les PM10), lorsqu’à Pékin, il était de 65 microg/m3 d’air. Rappelons que la norme limite établie en France pour les PM 2,5 est de 20 microg/m3, et de 10 microgr/m3 pour l’OMS.

Comment se faut-il qu’il n’y ait pas d’autres moyens de contrer le gel alors même que l’on sait que le dérèglement climatique exacerbe l’effet de ces phénomènes? Doit-on vraiment choisir entre la sauvegarde de cultures et la qualité de l’air ?

Car ces pratiques ne sont pas nouvelles, elles sont utilisées depuis des décennies et des décennies pour contrer les périodes de gel : les vieilles traditions ont ici raison sur tout, sans aucune débat démocratique pour régler cette problématique. Il y a bien d’autres manières de faire, comme des éoliennes, la pulvérisation d’eau sur les bourgeons, mais la mentalité est toujours d’aller au plus vite, au plus simple, au plus habituel…

Et l’on sait combien certains agriculteurs du secteur ne sont pas prompt à se poser les questions d’une telle manière, et encore moins dans une optique populaire. Le recrutement généralisée de main d’oeuvre immigrée, travaillant et vivant dans des conditions parfois odieuses, en est le témoin.

C’est bien là que l’on voit qu’il y a un problème profond. On a là l’expression d’une incapacité à impliquer la collectivité face à une problématique liée au dérèglement climatique, et dont la réponse prise de manière unilatérale aboutit finalement à engendrer plus de pollution… Là aussi, ce fait rappelle à quel point il y a un besoin d’une nouvelle orientation démocratique, populaire pour la société.

Vous aimerez aussi...