Marion Maréchal, porte-parole de la tribune des militaires

Marine Le Pen avait immédiatement tenu à apporter son soutien à la tribune des militaires en les exhortant à la soutenir. Sa nièce Marion Maréchal représente toutefois davantage la tendance incarnée par cette tribune.

La tribune politique des militaires n’a pas été directement publiée par Valeurs Actuelles, mais elle a directement été relayée et mise en avant par ce média. De par le contenu général et le choix précis des mots et des concepts, il y a une corrélation évidente avec la ligne de droite dure incarnée par Valeurs Actuelles. Cette ligne, c’est précisément celle de Marion Maréchal, et inversement.

L’ancienne députée du Vaucluse, dont la rareté de la parole est savamment entretenue, s’est donc exprimée dans une émission grand public sur BFMTV pour soutenir unilatéralement les militaires jeudi 29 avril. L’objet de l’entretien ne souffrait d’aucune ambiguïté : il ne s’agissait que de cette tribune, et il a été répété en long, en large et en travers le contenu même de cette tribune, comme si elle l’avait elle-même rédigée.

Marion Maréchal a expliqué qu’il fallait donner plus souvent la parole aux militaires et que d’ailleurs leur « devoir de réserve » n’existe pas vraiment. Ce qui par ailleurs est tout à fait vrai, car il n’y a en réalité qu’un compromis de façade entre les militaires, qui ont largement les mains libres sur leur gestion interne (on parle de la « grande muette ») ainsi que sur la gestion des « opérations extérieures » (les interventions militaires à proprement dit), et le personnel politique et étatique qui a le monopole de l’expression publique sur les questions diplomatiques.

Cela permet la fiction d’une armée qui serait neutre, au service de la « République » et donc de la simple « défense » démocratique de la population, etc. Toutefois, en raison de la crise, cela ne tient plus pour la Droite la plus dure.

Une partie de la bourgeoisie française est de plus en plus enragée et excitée par la crise, économique, sociale, sanitaires, culturelle, etc. Le déclassement de la France, à la fois dans le « concert des nations » mais également en son sein même, est considérée comme une actualité toujours plus prégnante, avec le risque d’une grande explosion.

Il ne s’agit donc pas ici de symbolisme avec un appel simplement populiste à l’ordre via l’armée. Il y a concrètement un appel à l’armée comme source et force politique, contre la Démocratie. Marion Maréchal va extrêmement loin dans ce sens, en expliquant carrément qu’il faudrait profiter de l’« expérience » des militaires sur « les théâtres d’opération », c’est-à-dire le champ de bataille. C’est un positionnement on ne peut plus radical.

Il s’ouvre en France une période tout à fait nouvelle avec une Droite dure qui s’affirme, qui s’éloigne du centrisme et du libéralisme avec l’idée de cogner fort pour remettre de l’ordre et orienter le pays dans le sens du nationalisme et de l’expression militaire de la France. C’est conforme à la tendance mondiale à la guerre, à la grande bataille qui s’ouvre pour le repartage du monde.

La grande bourgeoisie française n’imagine pas rester les bras croisés alors que la Chine et les États-Unis se préparent à un grand affrontement, qu’une puissance intermédiaire comme la Russie affirme un positionnement dur, que l’Allemagne se fait de plus en plus indépendante, que la Turquie est de plus en plus agressive, etc.

La grande bourgeoisie française n’imagine pas non plus rester les bras croisés face à une probable crise économique et sociale qui pourrait être explosive et extrêmement menaçante pour elle.

L’appel à l’armée est donc un moyen de neutraliser politiquement la population en l’entraînant dans le nationalisme guerrier. Mais l’appel à l’armée est aussi un moyen de se prémunir militairement contre la population. Marion Maréchal formule cela de manière extrêmement précise et calculée, avec en arrière plan un corpus idéologique très élaboré…

Elle représente un danger immense, d’autant plus que la population est totalement désarmée politiquement et culturellement en raison de l’absence d’une véritable Gauche dans le pays pour combattre la Droite.

C’est tout l’honneur d’agauche.org que de relater avec sérieux et assiduité le parcours de Marion Maréchal depuis des années ; notre média est systématiquement une contribution de haute valeur dans la bataille démocratique et populaire, contre le nationalisme et la guerre.

Vous aimerez aussi...