Un conflit Israël-Gaza reflet de la bataille pour le repartage du monde

Il y a bien plus que deux protagonistes.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a tenu dimanche 16 mai une nouvelle réunion d’urgence sur la situation au Proche-Orient, c’est même la troisième cette semaine, mais sans parvenir à établir une déclaration commune. C’est que le conflit entre Israël et Gaza n’est qu’un aspect de la grande bataille pour le repartage du monde.

Chaque puissance plus ou moins grande place ses pions, utilise les tensions et les affrontements comme leviers, mène un jeu machiavélique appelé « géopolitique », etc. Plus simplement, chaque pays est en crise et a besoin de la guerre, de manière plus ou moins volontaire.

Cela se déroule d’ailleurs clairement à l’écart des masses. C’est une actualité unilatéralement militariste. Les manifestations en faveur de la Palestine à travers le monde ont été totalement marginales, rassemblant quelques nationalistes arabes, un peu plus d’islamistes et une petite frange d’ultra-gauche. Ce phénomène se retrouve à Paris comme à New York ou Rome. Et pareillement les manifestations pro-israéliennes sont artificielles.

Récapitulons les faits justement pour comprendre comment cette crise particulière relève d’un arrière-plan général.

Initialement, tout part de la décision d’un tribunal israélien favorable à l’expulsion de familles palestiniennes du quartier de Jérusalem-Est dénommé Cheikh Jarrah. Cela fait partie du plan de colonisation en mode « lentement mais sûrement » de l’État israélien.

Il y a des manifestations arabes en réponse, avec des heurts violents, puis une répression militaro-policière allant jusqu’à agir sur l’esplanade des Mosquées en plein mois de Ramadan, épaulée par une attaque d’extrémistes juifs contre l’esplanade elle-même.

Un groupe à Gaza lié à Al Qaida, Jaich al-Oumma al-Salafi (Armée salafiste de la nation musulmane), prend alors l’initiative de tirer plusieurs roquettes (c’est-à-dire des missiles qui ne sont pas propulsés jusqu’au bout et tombent tels des obus à la fin de leur parcours), principalement sur la ville israélienne de Sderot à moins de trois kilomètres.

Le Djihad Islamique tire ensuite une roquette anti-char sur un véhicule israélien, à Sderot également. Le Hamas, depuis Gaza qu’il contrôle, décide alors d’intervenir en lançant massivement des roquettes sur Israël .

L’étroitesse de Gaza et d’Israël fait du lancement de roquettes une menace pratiquement immédiate

En une semaine, le Hamas a lancé 3 100 roquettes, dont environ 450 sont directement retombés à Gaza, 1210 étant interceptés par les missiles anti-missiles du « dôme de fer » israélien. En réponse, Israël mène des raids aériens contre les bases et locaux du Hamas. Le bilan est pour l’instant de 192 Palestiniens tués et de 1200 blessés, de 10 Israéliens tués et de 282 blessés.

Les roquettes du Hamas sont fabriquées au Soudan et financées par l’État iranien ; les avancées technologiques israéliennes s’appuient sur le fait que ce pays est un satellite américain jouant un rôle de gendarme régional et de test militaire.

La Chine soutient naturellement le Hamas et en fait on a une répartition de chaque pays dans tel ou tel camp selon les intérêts et les alliances. On est ici dans une absence complète de démocratie pour le peuple. Et cela a été la même chose pour la gigantesque tension entre l’Ukraine et la Russie (d’ailleurs toujours en cours), ainsi que le conflit entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie.

On assiste à des prises d’initiatives militaristes rapides, débordant les esprits. Et ce n’est qu’un début.

Vous aimerez aussi...