« Comment Joseph Staline a soutenu la création de l’État d’Israël »

Le média Révolution permanente lance une polémique idéologique.

Manifestation du Parti Communiste d’Israël à Tel-Aviv, 1948

« Comment Joseph Staline a soutenu la création de l’État d’Israël » est le titre d’un article du média Révolution permanente, qui lance une polémique opposant concrètement Trotsky à Staline, au sujet de l’État israélien. En effet, le premier État à avoir reconnu Israël est l’URSS de Staline et l’État israélien n’a tenu que grâce aux livraisons d’armes tchécoslovaques, soit d’un pays républicain traditionnel mais avec une immense influence communiste et soviétique.

D’où la condamnation par Révolution permanente :

« Staline a commis de multiples crimes contre la classe ouvrière dans le monde entier. Un de ses crimes fut le soutien apporté à la fondation de l’Etat d’Israël, à l’époque où les trotskystes dénonçaient le sionisme et ses conséquences pour les populations arabes comme pour les travailleurs juifs. »

C’est très étrange comme positionnement, pour deux raisons assez évidentes. La première, c’est que cette polémique est vide, sans aucune actualité. Il y a un côté gratuit, comme pour se présenter plus anti-sioniste que les anti-sionistes, avec au passage une dénonciation de Staline (ou l’inverse, on ne sait pas trop).

La seconde, plus secondaire mais néanmoins importante, est que cela ne rime à rien. Tout le monde sait très bien que le mouvement ouvrier, dans son histoire, a rejeté le sionisme, étant donné que c’est un nationalisme faisant un choix identitaire « au-delà des classes », même s’il y a eu de fortes tendances pro-communistes. Dans l’Internationale Communiste, il a été demandé à ces forces pro-communistes de faire un choix et Staline n’a jamais eu d’autres positions, comme d’ailleurs le prouvent les campagnes d’arrestations de gens accusés d’être des agents sionistes en URSS, après 1948, alors qu’Israël avait choisi le camp américain.

Le mouvement communiste pro-Staline en Israël avait une ligne similaire de dénonciation du sionisme comme idéologie.

« La lutte contre le sionisme n’a rien à voir avec l’antisémitisme. Le sionisme est l’ennemi de l’ouvrier, tant de celui de confession hébraïque que celui qu’il ne l’est pas » Joseph Staline

Alors pourquoi l’URSS a-t-il reconnu l’État israélien ? Tout simplement en raison de la destruction des Juifs d’Europe. En 1945, 250 000 Juifs sont sans abri en Europe de l’Ouest et ne savent pas où aller, sortant pour la plupart des camps. 10 000 choisissent de rester en Allemagne, 80 000 de partir aux États-Unis qui décident de les accueillir, 130 000 de partir en Israël. La problématique juive devient un thème incandescent de la politique internationale. L’ONU décide d’une partition, que l’URSS soutient, considérant qu’il y avait une perspective démocratique.

On peut considérer que cela a échoué et que cela ne pouvait qu’échouer, de par la nature du projet sioniste. Mais l’URSS n’a pas reconnu le sionisme, il a reconnu des gens vivant à un endroit, dans un contexte historique particulier, ce qui n’a rien à voir. L’article de Révolution permanente dit qu’il ne fallait pas une telle reconnaissance, au nom de la ligne de la « révolution permanente ». Mais il n’y a pas de « révolution permanente », il y a la réalité. Et cette réalité indiquait que dans la population juive mondiale, Staline avait un immense prestige en 1945, les communistes apparaissant comme ceux ayant vaincu les nazis.

Encore faut-il reconnaître les Juifs comme des êtres de chair. Et c’est là le problème : de par les traditions antisémites, les Juifs sont aisément une « abstraction ». D’où l’étonnement par exemple des anti-sionistes de papier devant la passivité des Israéliens face aux bombardements sur Gaza, alors qu’en même temps le Hamas leur envoie des centaines de roquettes. A un moment, il faut être sérieux et analyser la réalité, en suivant deux lignes : la démocratie et le peuple. Là on voit facilement que la révolution palestinienne sans les femmes palestiniennes et sans toucher les travailleurs israéliens, cela ne marchera jamais.

Mais les phraseurs n’ont pas besoin d’analyser la réalité. Ils ont juste besoin de phrases.

Vous aimerez aussi...