Fiasco complet de la « marche des libertés » du 12 juin 2021

  • Post category:Politique

Ce fut contre-productif, tout simplement.

Tout s’est passé comme on pouvait le craindre. D’un côté, la marche contre l’extrême-Droite s’est tenue dans 140 villes. Un très bon chiffre! Le problème… c’est qu’il n’y avait personne. 700 personnes à Tours, 300 à Avignon, 350 à Niort, 1 000 à Nantes, 300 à Pau, 800 à Nancy, 100 à Digne-les-Bains, 400 à Poitiers, 500 à Strasbourg, 1 200 à Rennes, 400 à Chambéry, 900 à Rouen, 300 à Avignon, 1 000 à Toulouse, 350 à Saint-Brieuc, 200 à Tulle, 1 500 à Marseille, 800 à Bordeaux, 100 à Limoges, 9 000 à Paris…

Il y a eu 37 000 manifestants selon la police et…150 000 selon les organisateurs, ce qui est risible. C’est de l’intox.

Mais admettons toutefois que le chiffre de 150 000 personnes soit vrai. L’appel à manifester a été signé par 110 organisations. Ces organisations ne sont pas forcément politiques, en fait la grande majorité est même de type syndicale et associative, donc de masse. L’appel tapait d’ailleurs le plus largement possible. Et pourtant, cela fait que chaque organisation aurait ramené 1350 personnes. Ce n’est rien du tout : même si le chiffre de 150 000 était vrai, il refléterait une catastrophe totale!

En fait on a compris ce qui s’est passé : tous les militants de la gauche associative, politique et syndicale sont descendus dans la rue. Et ils ont montré trois choses :

– que leur horizon ne dépasse pas des revendications sociétales ;

– que leur nombre est incroyablement restreint ;

– que leur implantation dans la société est nulle.

Mais ce n’est pas tout, on a également l’auto-satisfaction, l’auto-intoxication ! Par exemple, Thomas Portes, porte-parole national et président de l’Observatoire National de l’Extrême Droite, parle d’une « magnifique mobilisation à Paris et partout en France ». Et il appelle à en refaire une! C’est ahurissant. On est là dans un délire total, un déni complet. Et pourtant le même explique qu’à Tarbes, des militants ont été attaqués lors de la manifestation et suivi jusqu’à leur domicile !

On ne doit pas être étonné d’une telle attitude cependant. Cela a une base de classe. Thomas Porte est allé, avant la manifestation, manger, avec Jean-Luc Mélenchon (LFI), Eric Coquerel (LFI), Elsa Faucillon (PCF), Clémentine Autain (LFI), Sandrine Rousseau (EELV)… Ces gens sont des bourgeois ne prenant rien au sérieux, et encore il vaut mieux parler de beaufs!

Résultat, au lieu d’avoir une initiative pour faire reculer l’extrême-Droite, on lui a plutôt donné prétexte à une grande joie. Devant tant de faiblesse numérique, de nullité idéologique et culturelle, d’absence d’impact dans la société… l’extrême-Droite se dit qu’elle a un boulevard. On court à la catastrophe.

Tel est le prix à payer pour l’effacement de la Gauche historique.