Un constat sur le rapport entre anti-pass sanitaire et anti-vax

Le mouvement anti-pass sanitaire a un noyau anti-vax.

C’est un constat très intéressant contribuant à la question de l’importance des anti-vax dans le mouvement anti-pass sanitaire. Il provient d’un article d’Anasse Kazib, qui compte se présenter à la présidentielle de 2022 pour Révolution permanente, qui publie justement le 20 août 2021 l’article source, Où va le mouvement contre le pass sanitaire?.

Rappelons, car cela renforce la valeur de ce qui est constaté, qu’Anasse Kazib et Révolution permanente soutiennent depuis le début le mouvement anti-pass sanitaire, appelant à le renforcer.

Oui, nous sommes contre le pass sanitaire et appelons à lutter contre sa mise en place, car c’est une stratégie une fois de plus autoritaire et surtout qui n’est en rien efficace pour faire face à la crise sanitaire, un permis de réprimer les salariés.

La loi votée au parlement s’accompagne d’ailleurs de décisions contradictoires avec les enjeux de santé publique comme le déremboursement des tests PCR ou encore le fait de ne plus isoler les personnes vaccinées en cas de contact avec une personne positive au Covid.

Mais il faut aller plus loin, et mettre au centre la question de la stratégie sanitaire pour en finir avec l’épidémie.

Sur ce plan, on peut entendre dans les manifestations l’idée selon laquelle « que l’on soit vacciné ou non, l’essentiel est de lutter contre le pass sanitaire ».

De fait, il y a bien un certain nombre de personnes vaccinées dans les manifestations.

Pourtant il faut reconnaitre que la pression anti-vax y est très forte, et les mots d’ordre favorables à la vaccination rares.

Pire, au-delà des mots d’ordre contre le pass sanitaire, on a pu voir de nombreux manifestants dénoncer la vaccination, parfois avec des slogans et des symboles antisémites.

Dans ce cadre, une pression s’exerce pour ne pas se prononcer sur la vaccination.

Cette pression se ressent y compris sur l’ensemble des organisations syndicales et politiques de gauche qui sont favorables à la vaccination, mais ne le disent que du bout des lèvres afin d’éviter de cliver, quand elles n’entretiennent pas volontairement une ambigüité.

Ce constat est sans appel. Anasse Kazib poursuit en disant qu’il faut prôner la vaccination, de la même manière qu’il dit que l’extrême-Droite tente de prendre le contrôle d’un mouvement anti-pass sanitaire qui, en soi, serait une très bonne chose.

En réalité, le mouvement anti-pass sanitaire est totalement réactionnaire et si l’on prend l’aspect anti-vax, et uniquement celui-là, Anasse Kazib est obligé d’admettre qu’il est culturellement omniprésent.

Cependant, comme Anasse Kazib est trotskiste et se focalise sur le social, sans donc saisir la question de la culture, il dit que ce n’est pas grave ou, du moins, que cela peut changer que c’est tout à fait secondaire. Il raisonne ainsi comme le font les populistes à gauche, pour qui toute revendication sociale serait en soi positive.

Or, c’est faux. Car la société repose sur des visions du monde en conflit et il faut voir lesquelles sont appuyées par tel ou tel phénomène, car le domaine « social » s’inscrit toujours dans un contexte.

On ne peut pas considérer une gigantesque bouderie de gens vivant dans un pays parmi les plus riches du monde comme une « protestation » potentiellement révolutionnaire. C’est bien plutôt un reflet de décadence. Et la dimension anti-vax, elle-même parfaitement lisible, visible, intouchable, en est une preuve très claire… En plus de la révolte anti-collective contre le pass sanitaire.

La Gauche doit rejeter le mouvement anti-pass sanitaire et bien comprendre l’interaction réactionnaire des revendications anti-pass sanitaire et antivax!

Vous aimerez aussi...