Emmanuel Macron et la soviétisation au moyen de l’argent magique

  • Post category:Société

La crise impose la socialisation.

C’est un post sur Twitter – ce réseau social véritable plaie où prolifère les avis consommateurs – de quelqu’un relevant de la mouvance anti-pass et anti-vax. En apparence, c’est totalement délirant et d’ailleurs des gens de gauche s’en moquent. En réalité, cela exprime une profonde vérité : la socialisation de l’économie.

C’est en fait un thème récurrent de la petite-bourgeoisie. Elle déteste les grandes banques à la fois par anticapitalisme et par refus de ce qui est général, universel. D’un côté le petit-bourgeois relève du peuple et il n’aime pas les grands capitalistes. De l’autre, il a une mentalité de petit capitaliste et entend préserver la concurrence, d’où le refus et le panique devant ce qui a une dimension sociale générale, complète, socialiste.

C’est cela qui explique pourquoi, pour l’auteur de ce post sur Twitter, Emmanuel Soviet contribue à la « soviétisation des entreprises ». Puisque en effet l’argent magique est public, il est socialisé, il relève de toute la société. Et comme il relève de toute la société en maintenant des entreprises en vie, il transforme celles-ci dans leur substance parce qu’elles existent, à l’arrière-plan, en substance, par ce qui relève de toute la société, de ce qui est collectif.

C’est donc une réappropriation collective de ce qui est particulier et c’est exactement ce que déteste la petite-bourgeoisie qui entend préserver sa petite propriété coûte que coûte.

On remarquera que le petit-bourgeois est ici conscient de la crise : il sait qu’il ne peut pas y avoir de retour en arrière et voilà pourquoi il est d’autant plus hargneux, haineux, paranoïaque. Il sait qu’à un moment il faudra établir une comptabilité et que là rien n’empêche, sur le papier, que la société dise : j’ai porté tout cela à bout de bras, c’est donc à moi.

C’est d’ailleurs ce que la société devrait faire et ce qu’elle fera lorsque la Gauche historique se sera reconstituée. La privatisation des profits et la socialisation des pertes est une véritable contradiction s’exprimant ouvertement dans le cadre de la pandémie.

Cependant, c’est seulement une tendance, du moins pour l’instant. Le Parti Communiste Révolutionnaire de France vient par exemple de sortir son programme et il affirme cette chose tout à fait fausse :

« Dans la France contemporaine, on peut compter un nombre important de puissants monopoles (Vivendi, BNP-Paribas, Lagardère, Michelin, Bouygues, LVMH, Carrefour, Total, Renault, etc.).

L’oligarchie financière accapare pour elle seule l’État.

Ce dernier joue un rôle économique déterminant, par le financement public et la prise en charge des secteurs non rentables pour les capitalistes mais indispensables à l’économie. De plus, le dépeçage des services publics tels que la santé, la poste, l’énergie, les transports, l’éducation ou la recherche, pour en livrer les secteurs rentabilisables au privé, constitue aussi des réponses aux besoins d’augmenter les profits des monopoles. »

On comprend le problème tout de suite: si l’État est entièrement au service des monopoles, alors pourquoi y aurait-il besoin de privatiser ? Et, également, pourquoi y aurait-il encore des droits sociaux ?

Il y a ici une confusion, en raison d’un mode de raisonnement unilatéral typiquement petit-bourgeois (puisque celui-ci « fusionne » l’ouvrier et le bourgeois pour ainsi dire en lui-même) entre ce qui est une tendance et ce qui est un fait accompli.

Et c’est la même confusion qui est au cœur de celui pour qui Emmanuel Macron est un communiste. Que la socialisation de l’économie soit une tendance historique, c’est un fait, et justement il faut que la Gauche historique l’assume… Mais si on l’imagine déjà accompli ou quasiment, alors on déraille et comme les fascistes, on pense que le capitalisme dans un régime libéral équivaut à une sorte de tyrannie communiste… Ce que disaient précisément les fascistes italiens et les nazis allemands.

On n’en pas fini, en fait, de parler de l’argent magique. Tout simplement parce qu’il n’est pas magique du tout…