La pandémie n’a pas stoppé l’étalement urbain

  • Post category:Société

Les villes moyennes ne profitent pas de la situation nouvelle.

Le Courrier des maires et des élus locaux s’est penché sur la question de l’exode depuis les grandes villes. On sait comment il a été parlé d’une prise de conscience que la vie dans les grandes villes a des aspects désagréables ou insupportables.

En réalité, il n’y a rien de tout cela… Sauf à la marge et encore est-ce la marge de couches sociales aisées. Ce qui est inévitable dans le capitalisme, parce que seules ces couches ont une marge de manœuvre (et encore est-elle définie par une approche consumériste bourgeoise). Les autres sont directement façonnées par le capitalisme, sans intermédiaire, par pression.

« Plus une semaine ou presque ne passe sans qu’une association d’élus, un institut de sondages, la presse grand public, un réseau d’agents immobiliers ou un think-tank ne prédisent la dé-métropolisation de la France. La pandémie et son lot de restrictions aurait fait chuter la côte de Bordeaux, Marseille, Paris ou Toulouse auprès des jeunes actifs. Et le développement du télé-travail inciterait aujourd’hui nombre d’entre eux à questionner leurs conditions, lieux et modes de vie.

De nouveaux imaginaires territoriaux seraient d’ores et déjà nés. Plusieurs études et sondages donnent déjà à lire un désir d’ailleurs chez une majorité de citadins. Si bien que la résurrection de Chartres, Joigny, Limoges, Moulins ou Poitiers mais aussi de départements tout entiers comme l’Ain, l’Eure, la Somme ou l’Yonne ne serait plus qu’une question de mois, d’une poignée d’années tout au plus… (…)

 l’emballement est quasi-général. Après avoir conté encore jusqu’à peu la mue de capitales régionales en « métropoles », ChallengesLe MondeLe Nouvel ObservateurLes Echos ne s’embarrassent pas davantage aujourd’hui d’investigations poussées pour crédibiliser cet hypothétique exode urbain (…).

Comment parler d’une dé-métropolisation alors que les départs de Lyon, Marseille ou Toulouse se font encore majoritairement pour leurs grandes banlieues, au sein des mêmes bassins de vie ?

Si l’on se fie aux mêmes données notariales que précédemment, les mobilités inter-départementales et inter-régionales sont en légère hausse, mais demeurent marginales : l’« exode urbain » du trader Parisien s’installant dans le Larzac ou le Morvan après s’y être réfugié lors d’un confinement en 2020 ou 2021 relève encore, pour l’heure, du cliché.

Les rares éléments d’objectivation du phénomène disponibles appellent plutôt à la mesure. Parce que toutes les villes moyennes – qui forment un ensemble hétérogène – n’en profiteront pas, déjà : Bourges, Montbéliard, Sedan ou Tulle continuent à éprouver, semblerait-il, un certain nombre de difficultés.

Dans certains bassins de vie réceptacles d’un flux de citadins plus important qu’à l’accoutumée comme Saint-Brieuc, les équilibres internes font, au demeurant, craindre le pire… Parce que la tentation d’un déménagement concerne, ensuite, certaines catégories d’actifs bien particulières – les cadres supérieurs et professions libérales disposant d’un pouvoir d’achat suffisamment confortable -, et non l’ensemble de la population française. »

Loin d’amener une modification dans le sens d’un retour en arrière, vers un équilibre harmonieux ou du moins moins de déséquilibre, la pandémie amène une décrochage encore plus prononcé.

Et ce décrochage est d’autant moins visible que l’ensemble des médias a en tête la vraie figure dominante, celle du bourgeois aisé, cultivé, capable de faire des « choix » plus ou moins subjectivistes comme celui de partir sur un coup de tête pour changer de vie… parce que, derrière, il a un filet de sécurité, ou bien simplement parce que son subjectivisme est un nihilisme conforme à l’idéologie dominante (tels les trans, les « expats », la cohorte d’étudiants bourgeois allant étudier en Angleterre et aux États-Unis, etc.).

C’est la décadence générale des couches sociales dominantes qui s’expose ici et il y a une telle pression que dans la petite-bourgeoise il y a un effet de mimétisme prononcé, voire même dans les catégories populaires.

Les faits sont cependant têtus et la base matérielle, elle, ne change pas, allant vers une situation toujours plus marquée de crise.