Escalade militaire au Kosovo

  • Post category:Guerre

La Serbie est obligée de réagir, mais converge avec la Russie.

La situation au Kosovo a connu une très intense transformation en très peu de temps. Le Kosovo, c’est une région balkanique d’un peu moins de deux millions d’habitants qui a appartenu à l’ex-Yougoslavie et qui a obtenu son indépendance en pratique en 1999 grâce à l’OTAN, au grand dam de la Serbie qui revendique ce territoire comme lui revenant historiquement.

Les États-Unis servent depuis de puissance tutélaire à ce nouveau pays (depuis 2008) totalement satellisé où il y a la seconde base militaire américaine la plus grande en Europe.

La base américaine Camp Bondsteel au Kosovo

Il y a une population majoritairement albanaise au Kosovo, l’Albanie ayant d’ailleurs diffusé un intense nationalisme dans la région depuis plusieurs décennies (l’Albanie de Enver Hoxha était un régime farouchement nationaliste-ethnique albanais). Les Serbes vivent dans le Nord du pays, formant 15% de la population totale.

Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est d’ailleurs la décision du Kosovo de ne plus reconnaître les voitures ayant des plaques serbes. Cela implique, de fait, d’obliger la population serbe à se soumettre à l’État du Kosovo, que la Serbie ne reconnaît pas et que les Serbes du Kosovo veulent éviter.

Il y a donc eu dix jours de protestation de la part de la population serbe, jusqu’à un pic de tension. La Serbie a alors envoyé des blindés à la frontière, le président serbe Aleksandar Vucic a lancé un ultimatum à l’OTAN et publié un message Instagram soulignant que la Serbie était avec les Serbes du Kosovo…

Le ministre serbe de la Défense Aleksandar Vulin et l’ambassadeur russe en Serbie Aleksandar Bocan-Harchenko sont allés rendre visite aux troupes serbes à la frontière, deux avions de chasse serbe ont survolé à basse altitude la frontière… L’OTAN a réagi en remplaçant la police des frontières du Kosovo par sa propre mission, la KFOR…

Bref, c’est une véritable escalade militaire qui est strictement parallèle au conflit Russie-Ukraine. Il faut se rappeler ici que la Russie et la Serbie sont très proches historiquement, que la Chine a une présence massive en Serbie… La Serbie est d’ailleurs clairement elle-même un satellite russo-chinois, avec une situation telle que l’émigration est une norme depuis longtemps d’ailleurs (un Serbe sur trois vit à l’extérieur du pays et il existe des communautés serbes massives en Allemagne, en Australie, en Autriche, en Suisse).

Il faut souligner également que la Serbie est historiquement un des grands bastions du mouvement ouvrier depuis le début du 20e siècle. Il est vrai malheureusement que le nationalisme serbe est terriblement puissant et brutal, pour ne pas dire sanglant, et qu’il a ainsi démoli bon nombre de traditions.

Si on ajoute à cela un nationalisme albanais extrêmement développé et fanatique, on a tous les ingrédients pour une situation de tension très forte, pouvant largement aller à la guerre parallèlement au conflit russo-ukrainien. Il s’agit d’ailleurs aussi d’un avertissement russe pour montrer que la région était instable et que s’il y avait une guerre Ukraine-OTAN/Russie, ce serait le brasier régional.

Tout cela, naturellement, ne peut que sembler particulièrement obscur aux Français, qui ont énormément de mal avec les Balkans et avec tous les peuples de l’Est en général, qui leur semblent pittoresques, douteux, étranges, voire dangereux ou semi-barbares. Et pourtant il est capital d’y comprendre quelque chose : faut-il rappeler que la première guerre mondiale s’est déclenché en raison des volontés hégémoniques dans les Balkans, avec comme arrière plan la compétition mondiale pour le repartage du monde?

Et soulignons aussi, dans une même perspective régionale balkanique, que mardi 28 septembre 2021 le premier ministre de Grèce Kyriákos Mitsotákis était à Paris, qu’il a annoncé l’achat de trois frégates, avec Emmanuel Macron apportant son soutien complet, avec en perspective la guerre contre la Turquie.

Il n’est pas une semaine, voire un jour, sans que la tendance à la guerre ne s’exprime. L’engrenage se renforce toujours plus, implacablement.