Ukraine : le retour du « scénario cauchemardesque »

Les intérêts impériaux américain et russe s’affrontent jusqu’au bout.

La Russie a affirmé avoir arrêté en Crimée le 2 novembre 2021 trois espions des services secrets ukrainiens (le SBU) avec des armes et des explosifs, et le même jour, Dmitri Peskov, secrétaire de presse du président russe Vladimir Poutine, a clairement expliqué que :

« Le risque d’un conflit armé général dans le Sud-Est de l’Ukraine est extrêmement haut et devient un réel motif d’inquiétude pour la Russie. »

Quant au président biélorusse Alexandre Loukachenko, dans une interview au média russe RIA Novosti, il a expliqué qu’un référendum se tiendrait en Biélorussie le 20 décembre…

« à moins que la guerre ne commence ».

Cela donne le ton et toute solution diplomatique semble définitivement bloquée. La rencontre du 2 décembre 2021 du ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avec son homologue américain Antony Blinken, dans le cadre d’une réunion de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), à Stockholm, a en effet échoué.

Elle n’aura même duré qu’une demi-heure, Antony Blinken tenant même des propos qui normalement n’ont pas leur place dans un cadre diplomatique feutré :

« Si la Russie décide de continuer sur la voie de la confrontation, elle subira de graves conséquences. »

C’est une menace brutale, qui puise sa source dans le fait que la superpuissance américaine a les cartes en main. Cette image proposée par l’ambassade russe en Grande-Bretagne est totalement caricaturale, mais elle a sa part de vérité : l’Ukraine est utilisée comme pion par la superpuissance américaine (ainsi que par la Grande-Bretagne) pour étendre sa zone d’influence et de contrôle.

On notera que cette caricature représente de manière stéréotypée l’Ukraine sous les traits d’un cosaque à la Taras Boulba simplet et dépassé par les événéments.
Ce genre de représentation est typique de la propagande expansionniste russe anti-ukrainienne, les Ukrainiens étant considéré comme incapable de raisonnement autonome par rapport au grand frère russe.

La rumeur bien informée veut d’ailleurs que la véritable négociation entre les ministres américain et russe des affaires étrangères avait eu lieu la veille, à l’occasion d’un dîner organisé par la diplomatie suédoise. La mésentente serait allée jusqu’à « l’hostilité ».

La Russie rappelle sa ligne rouge : l’OTAN doit affirmer qu’elle n’intégrera pas l’Ukraine et doit cesser de placer des armements à ses frontières. Les Etats-Unis répliquent qu’ils n’en ont rien à faire. Les Etats-Unis exigent que la Russie cesse d’intervenir directement ou indirectement en Ukraine, la Russie répond qu’elle n’en a rien à faire. La confrontation est objectivement inévitable, et si on ajoute à l’arrière-plan la crise mondiale en raison de la pandémie, la tendance à la guerre l’emporte.

Les dés semblent donc jetés et la question n’est même plus de savoir qui va tirer le premier, car la confrontation est déjà choisie. Reste à mettre en place une narration suffisante pour avoir une image de victime acculée.

D’où les propos très défensifs du ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, dans son discours de neuf minutes le 2 novembre à l’OSCE, comme quoi on était en train de revenir au « scénario cauchemardesque » de la confrontation de l’époque de la guerre froide, mentionnant notamment la possibilité de missiles intermédiaires placés en Pologne (et en Roumanie) et visant la Russie.

D’où la déformation complète de ces propos, les médias occidentaux récitant à tue-tête que Sergueï Lavrov menaçait l’Europe d’un « scénario cauchemardesque ».

Soulignons d’ailleurs un fait très simple. Voici une carte faite par le média ukrainien nv.ua au sujet des armées russes et pro-russes (sont pris en compte la Biélorussie et le Donbass). C’est énorme, bien sûr.

115 000 soldats, 40 bataillons de groupes tactiques, 1200 tanks, 2900 véhicules blindés, 1600 pièces d’artillerie, 28 systèmes de missiles, 330 avions, 240 hélicoptères, 75 navires, 6 sous-marins (on notera que la liste compte les soldats des « républiques » séparatistes comme intégrés dans l’armée russe)

Mais, inversement, il y a la moitié de l’armée ukrainienne dans le Donbass, soit 125 000 soldats!

La Russie peut attaquer l’Ukraine, c’est un fait. Il y a peu de soldats pour une offensive massive… Mais l’aviation militaire ukrainienne est très faible numériquement et a technologiquement deux générations de retard. La supériorité aérienne russe amènerait une destruction des bases, des principes infrastructures et de la logistique ukrainienne en 72 heures grand maximum.

Tout comme l’Ukraine peut attaquer les deux « républiques » séparatistes, alors qu’elle ne cesse d’utiliser son artillerie par ailleurs et qu’elle aussi cache ses installations militaires aux missions de l’OSCE censés superviser un « cessez-le-feu » dans le Donbass.

Bombardement (les petits points lumineux dans le ciel) de Dokuchaevsk, village de la « république » séparatiste de Donetzk, par l’armée ukrainienne le 2 décembre 2021

Donc, si la Russie est expansionniste, l’Ukraine est forcenée aussi en tant uqe bras armé d’une superpuissance américaine qui s’empresse en ce moment de fermer toutes les portes diplomatiques et d’attiser les braises. Rappelons ici les propos du 30 novembre 2021 du secrétaire de l’OTAN, Jens Stoltenberg :

« La russie n’avait pas de veto, aucun droit d’interférer dans le processus [d’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN] ».

Et le président finlandais Sauli Niinistö en a rajouté une couche en disant de son côté que l’adhésion de son pays à l’OTAN était une option et que cela ne regardait pas la Russie.

Tout cela est de la folie. Et cela devient une folie aux proportions toujours plus meurtrières.

Articles recommandés