La superpuissance américaine rejette les propositions russes

Oui au dialogue, mais sans aucun compromis : telle est la position américaine.

La Russie a organisé une offensive diplomatique extrêmement rapide, repoussée aussi sec. Elle a annoncé qu’elle ferait des propositions concrètes aux Etats-Unis, le lendemain elle les a envoyées, puis la réponse américaine a été un refus clair. Pour la forme, la superpuissance américaine a annoncé qu’elle était prête au dialogue. Pour autant, tout est refusé. La Russie a alors rendu public ses propositions.

Les « experts » sont atterrés par cet épisode, qui a duré trois jours. Parce qu’en trois jours, toute possibilité de sortie diplomatique de la situation d’extrême tension que l’on connaît s’est évaporée. Cela est vrai même pour ceux pensant initialement que le rassemblement de troupes russes à la frontière ukrainienne était un levier de négociation mis en place par le président Vladimir Poutine. Car maintenant, que peut faire la Russie? Si elle enlève ses troupes, elle perd la face, sa réputation militaire internationale est ruinée et cela lui coûté une fortune. Sans compter que des troupes continuent de venir, que de la logistique de guerre se met en place (hôpitaux de campagne, essence, huile, munitions, etc.).

Et il faut bien souligner que du côté ukrainien, c’est l’escalade aussi. C’est même l’aspect principal vu comment la superpuissance américaine pousse l’Ukraine au jeu de massacre.

Les propos suivants de Maria Zakharova, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, le 15 décembre 2021, ne sont nullement de la propagande, mais un simple constat :

« Les pays de l’Otan intensifient leurs livraisons d’armes à l’Ukraine et forment ses soldats. Ils ne le font pas pour une quelconque mission « mythique » de maintien de la stabilité et de la sécurité, mais pour « jeter de l’huile sur le feu » et accroître l’ampleur de la guerre civile dans le pays.

Depuis 2014, je le rappelle, les États-Unis ont fourni 2,5 milliards de dollars d’aide militaire à l’Ukraine, dont plus de 400 millions de dollars cette année.

Récemment, Washington a livré 30 lance-missiles antichars Javelin (nous avons déjà commenté cet « effort », qui ne vise manifestement pas à une résolution pacifique de la situation dans le Sud-Est de l’Ukraine) et 180 missiles allant avec pour 60 millions de dollars.

En 2022, 300 millions de dollars sont prévus pour la fourniture d’armes et d’équipements militaires à Kiev. Le premier lot – d’une valeur de 20 millions – est en cours de préparation pour une expédition en janvier. Il contient des équipements de vidéosurveillance et de communication, des véhicules spéciaux, des drones, etc.

Cela ne résoudra certainement pas les problèmes humanitaires des habitants du Donbass, ne contribuera pas à une résolution pacifique du conflit armé et ne créera pas les conditions nécessaires à la mise en œuvre des accords de Minsk.

Ces fonds auraient pu être utilisés à des fins bien plus pacifiques, humanitaires. Par exemple, cela suffirait presque à rembourser la dette de l’Etat envers les retraités du Donbass. Cette dette, selon les représentants officiels ukrainiens, s’élève à environ 3 milliards de dollars américains. Ont-ils ou non oublié leurs obligations envers les citoyens dont ils prétendent qu’ils font partie de leur pays? La question est rhétorique. Je voudrais que le régime de Kiev y réponde d’une manière ou d’une autre.

Des instructeurs occidentaux continuent de former les militaires ukrainiens (nous le disons pratiquement à chaque conférence de presse), y compris – comme l’a montré le récent scandale à l’Académie nationale de l’armée de terre Hetman Sagaïdatchniy – des néo-nazis notoires. Environ 10.000 soldats de l’Otan sont stationnés dans le pays du Maïdan victorieux – 4.000 des États-Unis et 6.000 d’autres pays de l’Alliance. »

La Russie a l’habitude de mener une intense propagande, mais là elle n’a même pas à forcer. La seule sortie possible apparaît donc comme la guerre, car tant les uns que les autres comptent aller de l’avant dans la bataille pour le repartage du monde. La crise du capitalisme ouverte par la pandémie a vraiment ouvert la boîte de Pandore.

Cela se voit avec les propositions russes, mélange d’ultra-réalisme logiquement acceptable et de folie de grandeur expansionniste ne pouvant qu’être balayée d’un revers de la main, au point qu’on peut penser que ce n’était qu’un prétexte au fond pour se justifier dans un conflit à venir.

Qu’a proposé la Russie ?

1.

Elle propose déjà que la Russie et l’Otan n’envoient ni troupes ni matériel nulle part à part dans les pays où ils étaient présents en mai 1997.

Or, le problème est ici facile à comprendre. L’OTAN a vu l’ensemble des adhésions à l’Est après cette date. L’Allemagne de l’Est est le seul pays à avoir rejoint indirectement l’OTAN auparavant, en 1990, avec la réunification allemande, mais il y a eu à l’époque un « deal » : la Russie ne s’opposerait pas à la réunification en échange de l’absence d’envois de force de l’OTAN dans la partie Est.

Pour le reste, la Hongrie, la Pologne et la République tchèque ont adhéré en mars 1999, puis il y a eu une grande vague d’adhésions en mai 2004 : Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Roumanie, Slovaquie, Slovénie. Ont suivi en avril 2009 l’Albanie et la Croatie, en juin 2017 le Monténégro, en mars 2020 la Macédoine du Nord. Et il faut ajouter à cela les processus en cours d’adhésion de la Bosnie-Herzégovine, de la Géorgie et de l’Ukraine.

Cette proposition russe est donc par définition inacceptable pour l’OTAN ayant réussi son expansion. C’est comme si la Russie tentait de rattraper tout ce qu’elle avait perdu au moment de l’effondrement de la superpuissance soviétique, en faisant de l’Est de l’Europe au minimum une zone tampon. On ne peut que penser aux propos du président russe Vladimir Poutine comme quoi la chute de l’URSS a été « plus grande catastrophe géopolitique du 20e siècle ».

2.

La seconde proposition est que la Russie et la superpuissance américaine ne déploient pas d’armes atomiques dans des pays étrangers, ni ne forment du personnel de ces pays à l’emploi des armes atomiques.

Ce point est capital. Pour résumer : la Russie pense que l’OTAN peut très rapidement modifier certains missiles basés en Pologne pour les munir de têtes nucléaires. Inversement, l’OTAN pense qu’il y a des missiles nucléaires à Kaliningrad, la poche séparée géographiquement du reste de la Russie.

Cette proposition, si elle est refusée, implique un retour de missiles à têtes nucléaire se faisant face à face à moyenne distance en Europe. Cela renforce évidemment deux choses. Tout d’abord la possibilité d’une attaque nucléaire, ici contre la Russie. Il faut 15-30 mn pour un missile pour faire Moscou-New York, mais il n’en faudrait que quelques minutes pour faire Varsovie-Moscou. Ensuite, la possibilité de l’emploi de l’arme atomique comme outil de guerre contre les troupes, dans le cadre d’un affrontement sur le sol européen, avec l’espoir d’un gain tactique très rapide prenant l’autre au dépourvu.

On notera ici que la stratégie française en cas d’invasion de l’Europe de l’Ouest par la Pacte de Varsovie prévoyait de lancer en masse des armes nucléaires sur les troupes ennemies arrivant aux frontières du pays!

3.

La troisième proposition est que ni la Russie ni la superpuissance américaine ne pratiquent de wargames prévoyant l’emploi de l’arme atomique.

Ce point est capital pour la Russie. Si la première proposition est une provocation, celle-ci est logique et vitale alors que des bombardiers stratégiques américains se baladent aux frontières russes.

4.

La quatrième proposition découle du reste : l’OTAN doit cesser son expansion, en particulier ne pas faire adhérer les « Etats de l’ancienne Union des Républiques Socialistes Soviétiques ».

Cela désigne bien sûr ici surtout la Géorgie et l’Ukraine, que l’OTAN veut intégrer, mais le choix russe pour les désigner en dit long!

5.

La cinquième proposition, qui est en fait la première dans la proposition russe, dit que la Russie et les Etats-Unis ne font rien l’un contre l’autre, à quelque niveau que ce soit. On remarquera que c’était ici la ligne de Donald Trump et ses partisans au plus haut niveau militaire sont encore sur cette ligne, critiquant justement le président américain Joe Biden pour sa ligne.

Et c’est peut-être là la ligne russe : trouver un moyen de passer au-delà de l’affrontement sino-américain, par une sorte de gigantesque compromis. C’était indéniablement le sens du soutien russe à Donald Trump (ainsi qu’à Marine Le Pen en France et aux sociaux-démocrates en Allemagne). Mais même en admettant que cette utopie stratégie soit possible… elle ne le serait qu’à court terme, les contradictions entre les pays se développant à très grande vitesse avec la crise.

Comment imaginer quelque chose de stable, alors que 600 000 Ukrainiens ont émigré dans les dix premiers mois de 2020 (3,3 millions en onze ans), que la dette publique française vient de passer à 116,3%, que l’inflation américaine sur un an frôle les 7%, que le promoteur immobilier géant chinois Evergrande s’effondre, que la pandémie reprend en Europe…

Les pays capitalistes tentent de sortir dans le cadre du repartage du monde : quoiqu’ils fassent, ils produisent une sorte de mécano qui aboutira à la guerre.

Articles recommandés