La Russie lance une « salve » de Zircon le 24 décembre 2021

C’est une vraie partie d’échecs belliciste.

Les troupes russes selon le ministère ukrainien de la Défense, qui considère que la Russie fait encore monter la pression avant une possible offensive

Après avoir été dans les médias le 23 décembre 2021 pour sa conférence de presse, le président russe Vladimir Poutine y est revenu le 24 décembre, pour saluer un événement de portée militaire. Alors que Noël est fêté dans les pays occidentaux, un avertissement leur a été lancé avec le lancement en Russie d’une « salve » de missiles hypersoniques Zircon en Russie. Il s’agit d’un missile de croisière mer-mer ou mer-terre, allant à 10 000 kilomètre à l’heure et pouvant toucher une cible à moins de mille kilomètres. Il peut transporter une charge nucléaire et il est calibré pour avoir une dimension furtive et ne pas apparaître au radar. Il est en effet à vitesse hypersonique dans l’atmosphère, ce qui provoque une nuage de plasma devant lui empêchant les émissions radio.

Un lancement avait également eu lieu le 16 décembre dans la région d’Arkhangelsk, mais sans annonce présidentielle à ce sujet, et naturellement le choix du 24 décembre est significatif. Déjà, parce que l’alerte est maximale quant à une possibilité d’invasion russe de l’Ukraine, les services secrets britanniques parlant justement du 24 décembre comme date possible. Ensuite, parce que c’est la veille des 30 ans de la disparition de l’Union Soviétique, le 25 décembre 1991, avec la démission de Mikhaïl Gorbatchev, remplacé le jour même par Boris Eltsine, le drapeau soviétique cédant la place au drapeau tricolore de l’époque du tsar.

Mikhaïl Gorbatchev a d’ailleurs été interviewé à cette occasion et, alors qu’il est très clairement pro-occidental depuis cette époque, il a accusé les États-Unis de pratiquer désormais « l’arrogance, l’autosatisfaction », le « triomphalisme » ; selon lui, l’élargissement de l’OTAN vise à bâtir un « nouvel empire ». Or, c’est l’agence de presse russe RIA Novosti qui l’interviewait : cela donne le ton actuellement en Russie, où les médias bombardent, entre réalisme et mauvaise foi, au sujet de la menace occidentale.

D’ailleurs, un cocktail molotov a été lancé sur le consulat russe à Lviv, la grande ville de l’ouest de l’Ukraine et bastion de l’ultra-nationalisme ukrainien. Cela a été prétexte à un matraquage russe au sujet d’un « acte terroriste » qui prolonge la « russophobie » du régime ukrainien. La porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a d’ailleurs parlé d’une « croisade contre sa population » du régime ukrainien, avec l’appui de l’OTAN qui a envoyé en Ukraine 10 000 experts militaires, dont 4 000 sont Américains. Elle a également souligné que le régime ukrainien envisageait clairement de régler par la force la question au Donbass.

Autre accusation contre l’Ukraine, un soldat russe a été arrêté par le FSB dans la région de Voronezh et accusé d’être un espion ukrainien. Et on a également une vidéo des « partisans » du groupe « Odessa ville libre » qui a été diffusée, avec la revendication de l’incendie de véhicules de l’armée ukrainienne. C’est là un élément essentiel, en raison de l’horreur qui s’est déroulée là-bas en 2014.

Le groupe « Odessa ville libre » existe depuis 2020 et avait déjà revendiqué l’incendie d’un véhicule d’un dirigeant du « corps national » formé par le bataillon Azov

Odessa est une ville sur la Mer Noire, elle a été fondée en 1794 par une décision de la fameuse impératrice Catherine II de Russie, qui est par ailleurs une Allemande avant son mariage avec Pierre III de Russie, qu’elle fit emprisonné et étranglé, lançant la dynastie des Romanov. Odessa devint rapidement une grande ville portuaire née de l’immigration, la plus grande ville même de l’empire tsariste derrière Moscou, Saint-Pétersbourg et Varsovie, et abritant par la suite la plus importante communauté juive d’URSS.

Odessa, dont les catacombes sont par ailleurs cinq fois de la taille de celles à Paris

Or, le 2 mai 2014, les tenants de l’euro-Maïdan pro-occidental et nationaliste ont pourchassé des partisans de la Russie, qui se sont réfugiés dans la maison des syndicats. Celle-ci a été incendiée, une quarantaine de personnes mourant brûlés vifs. C’est un très grand marqueur des pro-Russie et Vladimir Poutine n’a pas manqué de rappeler cet événement lors de sa conférence de presse du 23 décembre 2021. L’apparition ou plutôt la réapparition du groupe « Odessa ville libre » rentre ainsi exactement dans le faisceau de convergence que monte la Russie : l’Ukraine « russe » serait prête au soulèvement et à se détacher du reste.

Et comme reflet des contradictions entre les grandes puissances, quel navire était présent à Odessa le 24 décembre 2021 ? La frégate Auvergne de la Marine nationale, dans le cadre de la participation française aux activités de l’OTAN dans la région…

Articles recommandés