Une question végane: « If it were you » (Si c’était toi)

Une réflexion de fond sur le véganisme.

Il y a eu une mode vegan qui s’est calmée il y a peu. Elle a consisté en une vague de personnes découvrant littéralement le véganisme pour la plupart. Certaines, peu sincères, ont alors claironné à tout va qu’une révolution végane était en marche, que le sort des animaux en France allait s’améliorer rapidement. Alors que les abandons continuaient et continuent d’exploser… et que le mode de vie des Français par rapport aux animaux n’a nullement changé.

En bref, beaucoup de vaines prétentions. Et beaucoup de personnes sincères happées par un militantisme et une culture quasi-inexistants mais qui ont réussi à faire beaucoup de bruit, pour si peu.

Il y a d’un côté L214 qui a profité d’un afflux massif de militants qui sont allés d’associations en associations, sans aucune base solide : aucune culture, aucune morale, rien. Simplement du militantisme d’intérimaire. De l’autre, s’est formée une sorte de maladie infantile : des références universitaires et des déclarations aussi creuses que prétentieuses, doublées d’une radicalité de façade.

La question qui se pose à l’humanité est pourtant très simple : c’est celle du rapport aux animaux et plus généralement à la vie.

Mais ces deux tendances « neo-vegan » passent leur temps à la contourner, à inventer des concepts toujours plus délirants, à toujours plus se mettre en scène… Tout cela pour quoi ? Se mettre en avant ? Exister socialement ?

« If it were you » (Si c’était toi)

Il est une chanson à la fois dure dans la réalité qu’elle décrit, mais en même temps qui réussit à appeler à la compassion la plus naturelle qui soit : « et si c’était toi à la place de cet animal ? ».

La chanson raconte la vie de souffrance d’un animal prisonnier d’un laboratoire, torturé par des barbares qui n’ont de scientifique que le nom. Au cours de celle-ci, vient donc naturellement la question : si tu étais à ma place, te soucierais-tu de l’opinion publique ou d’un quelconque mouvement ? Ou bien n’aurais-tu qu’une seule envie : que quelqu’un te sorte de cet enfer, par tous les moyens ?

Cette chanson de xTrue Naturex a dix ans cette année et si les personnes qui étaient déjà vegan à ce moment-là n’ont pas nécessairement entendu parler de ce groupe, elles comprendront la nature du débat. Tandis que les personnes devenues vegan suite à la mode des années 2015-2020 seront incapables, pour la plupart, d’en saisir l’approche.

Bien entendu, tous diront que c’est très beau, très touchant, etc. mais sans être en mesure de comprendre que la teneur de la chanson est diamétralement opposée à la leur : pas de veillée devant des abattoirs, pas de happenings macabres avec des animaux morts dans les bras (tués une deuxième fois donc), pas d’actions coup de poing relayées à visage découvert sur tous les réseaux sociaux, rien de tout cela… seuls comptent les animaux et leur libération.

Pas de place pour l’opportunisme

A l’heure où les prétentions de nombreuses structures ne tiennent plus, à l’heure où tous les opportunistes essaient d’exister politiquement sur le dos des animaux, il est important de rappeler cette vérité très simple : seuls comptent les animaux concrètement, et pas en tant qu’abstraction théorico-intellectuelle.

Les vidéos chocs ne sauvent aucun animal. Devenir vegan, en soi, ne sauve aucun animal. Ouvrir un restaurant vegan, en soi, ne sauve aucun animal. Les concours d’ego sur les réseaux sociaux ne sauvent pas d’animaux et sont en plus pure vanité.

En revanche, adopter un animal abandonné, c’est sauver une vie. Donner de son temps pour nourrir, attraper et soigner des chats errants, c’est sauver des vies. Donner de son temps dans un refuge, c’est permettre à la structure de continuer à sauver des vies. Libérer un animal prisonnier d’un laboratoire, c’est le sauver de l’enfer.

A la Gauche d’être à la hauteur des enjeux de notre époque et relever le drapeau de la civilisation : en finir avec les abandons, en finir avec la barbarie dans les laboratoires. Seuls comptent les animaux et leur vie concrète.

Voici la chanson, suivie des paroles accompagnées d’une traduction :

Born into a cage to die.
Né dans une cage pour mourir.

And your first memories are being crowded together with your family.
Et tes premiers souvenirs sont entassés avec ta famille.

All you know is that the incessant, florescent lights.
Tout ce que tu connais, c’est les lumières fluorescentes incessantes.

They burn your tiny, sensitive eyes.
Ils brûlent tes petits yeux sensibles.

And upon reaching size, you’re lifted by cold hands
Et en atteignant la taille voulue, tu es soulevé par des mains froides

To a new world of pain and fear.
Vers un nouveau monde de douleur et de peur.

And in the light the needle stabs in like being cut with a knife.
Et à la lumière, l’aiguille s’enfonce comme si c’était un couteau qui te coupe.

And you scream and you pull against your abusers hands, but there is no doing.
Et tu cries, et tu tires contre les mains de ton agresseur, mais il n’y a rien à faire.

And the pain feels like it will surely kill you as your family dies.
Et la douleur donne l’impression qu’elle va sûrement te tuer comme ta famille est morte.

What would you want someone to do for you; if this was the living hell you were forced to endure
with no way out?
Que voudrais-tu que quelqu’un fasse pour toi ; si c’était l’enfer que tu étais obligé d’endurer
sans issue ?

Your blood stains on this metal cage and you try to catch your breath.
Ton sang tache sur cette cage métallique et tu essayes de reprendre ton souffle.

But the injection seems like a lethal one and you’re suffocating to death.
Mais l’injection semble mortelle et tu es en train de mourir par suffocation.

But as your vision blurs you see the others peering at you through their bars.
Mais alors que ta vision se brouille, tu voies les autres te regarder à travers leurs barreaux.

You can smell the fear that permeates the air,
Tu peux sentir la peur qui imprègne l’air,

You pray for this nightmare to be over.
Tu pries pour que ce cauchemar se termine.

But as your body writhes you lay curled with clenched eyes wishing for the end.
Mais alors que ton corps se tord, tu es allongé, les yeux fermés, souhaitant la fin.

But these horrors persist with nowhere to run, they don’t call it torture it’s vivisection.
Mais ces horreurs persistent sans nulle part où aller, ils n’appellent pas ça de la torture : c’est de la vivisection.

What would you want someone to do for you; if this was the living hell you were forced to endure with no way out?
Que voudrais-tu que quelqu’un fasse pour toi ; si c’était l’enfer que tu étais obligé d’endurer
sans issue ?

Would you care about a movement, would you care about public opinion, would you care about anything?
Te soucierais-tu d’un mouvement, te soucierais-tu de l’opinion publique, te soucierais-tu de quelque chose ?

Or would you only focus on your liberation by any means?
Ou te concentrerais-tu uniquement sur ta libération, par tous les moyens ?

And what would you want someone to do for you if this was the living hell you were forced to endure with no way out?
Que voudrais-tu que quelqu’un fasse pour toi ; si c’était l’enfer que tu étais obligé d’endurer
sans issue ?

Articles recommandés