Les Français, corrompus par le capitalisme, ne croient pas en la guerre

Ils pensent que la vie est une partie de Monopoly.

La fin de l’année 2021 est marquée par une tension gigantesque et armée entre la Russie et l’Ukraine, avec à l’arrière-plan une contradiction tout à fait visible entre la Russie et l’OTAN, entre la Russie et la superpuissance américaine. La société française ne prend cependant pas en compte ; ne s’y intéressent nullement même les couches cultivées ou éduquées ou universitaires ou on ne sait comment les définir.

Même des gens de gauche prompts normalement à suivre le cours des événements « impérialistes » ne trouvent strictement rien à dire, à part à constater de très loin ce qui semble se passer.

C’est révélateur de comment le capitalisme a corrompu les Français et ce niveau de dédain, de stupidité, d’arriération, est aussi une expression de la crise du capitalisme ouvert par la pandémie, car la crise, c’est toucher le fond, et puis aller encore plus loin, faisant reculer les frontières du néant..

On sait que les Français trouvent toujours que « les gens sont cons », à part eux-même bien entendus, et il s’avère qu’ils ont désormais raison. Non pas que les gens soient devenus bêtes : la bêtise n’existe pas, tout est une question de conscience. C’est que justement le niveau de conscience des gens est d’une faiblesse inouïe. Leur point de vue peut être élaboré, toutefois il n’y a plus de fil conducteur, plus de cohérence d’ensemble, et la liaison au réel, à ses transformations, est perdue.

La pandémie avait déjà mis les gens K.O. : que va-t-il alors se passer lorsque la Russie et la superpuissance américaine vont passer par l’épreuve de force? Lorsque la Chine et la superpuissance américaine se rentreront dedans ?

Les gens ne voulant assumer aucune responsabilité en rien, ils vont toujours plus déléguer, et toujours plus dénoncer après que les gouvernants sont loin d’eux. Ils vont chercher des boucs-émissaires aux problèmes immédiats de leur vie quotidienne ; incapables d’analyse prolongée, d’une attention prolongée, ils vont procéder par des raccourcis, utilisant une vision du monde chauvine et paranoïaque.

Autrement dit, comme les gens pensent que la vie est une partie du Monopoly, ils vont s’allier au capitalisme, qu’ils considèrent comme incontournables, seul « système » concret, éternel, toujours viable, améliorant leur propre sort d’une manière ou d’une autre.

Dans un tel contexte, s’opposer à la guerre est un choix subjectif, une initiative à contre-courant non seulement de la guerre elle-même, mais même du mode de vie dominant qui amène les gens à accepter, voire à vouloir la guerre. C’est toute une contre-culture d’opposition à la guerre qui doit se développer.

Une telle chose va main dans la main avec l’antifascisme et c’est d’ailleurs le véritable sens de l’antifascisme. Le fascisme, c’est la guerre vers l’intérieur et vers l’extérieur ; qui refuse d’aborder le thème de la guerre ne saurait être à la hauteur de ce qu’est l’antifascisme.

Contre le fascisme et la guerre, telle est la vision du monde de la Gauche historique dans une situation de crise, et l’Histoire n’attend personne ; que les gens aient compris la Gauche historique ne change rien à la marche de l’Histoire, pour le pire et le meilleur, pour la guerre ou le Socialisme, selon le niveau de conscience acquis et la capacité à agir correctement.

Les Français courent pour l’instant à la catastrophe, et en l’ayant choisi qui plus est, faisant confiance à la machine de guerre qu’est le capitalisme français. Ils vont payer très cher historiquement un tel degré de corruption, alors que la France est partie prenant de l’OTAN et de sa course à l’agression dans le cadre de la conquête de l’Est de l’Europe.

La France n’échappera pas à la tendance à la guerre caractérisant le capitalisme en crise !

Articles recommandés