« Pourquoi voudrions-nous un monde sans la Russie? »

La bataille pour le repartage du monde est l’aspect principal des événements historiques.

L’actualité s’est fortement ralentie concernant le conflit Ukraine/Russie, qui apparaît désormais ouvertement comme un conflit OTAN/Russie. Le président américain Joe Biden a téléphoné le 2 janvier 2022 au président ukrainien Volodymyr Zelenski pour lui dire qu’en cas d’invasion russe, il y aurait des sanctions terribles. Le président russe Vladimir Poutine a lui téléphoné au président turc Recep Tayyip Erdoğan.

Pour le reste, la Russie se dit très contente de pouvoir discuter prochainement avec les Etats-Unis et affirme sa confiance dans la diplomatie… Elle ne va pas dire le contraire, bien entendu. Tout le monde attend donc la discussion américano-russe qui va se tenir les 9-10 janvier. Le timing est plus précisément le suivant : pourparlers à Genève les 9 et 10 entre la vice-secrétaire d’État américaine Wendy Sherman et son homologue russe Sergueï Riabkov, rencontre Russie-OTAN le 12, réunion dans le cadre de l’OSCE le 13.

Et deux écoles se font face ici dans l’interprétation des faits. La première dit que tout est une question géopolitique, qui est comme on le sait une conception universitaire – bourgeoise pour qui une civilisation, un Etat, un pays serait en mesure de « penser » et de calculer ses coups.

On a un bon exemple avec l’article de Révolution Permanente (Conflit Russie-Ukraine. Ni bluff ni ultimatum) qui utilise le mot « géopolitique » dès qu’il faut essayer d’expliquer quelque chose, car après tout, cela reste bien mystérieux que tout cela :

« Il est difficile de déterminer avec exactitude pourquoi Poutine décide aujourd’hui de montrer ses muscles face à l’Ukraine et ses soutiens européens et principalement étatsuniens. Un facteur plus local est sans doute l’utilisation de drones turcs par le gouvernement ukrainien contre les forces rebelles du Donbass en octobre dernier. »

Ici on pense que peut-être que la Russie n’attaquera pas… peut-être qu’elle le fera quand même… ou inversement… on ne sait pas… Après tout qui peut savoir… tout est géopolitique… Bref, ce sont des observateurs extérieurs ne comprenant pas la tendance à la guerre et s’imaginant que le capitalisme est organisé et la guerre « planifiée ».

La seconde école dit inversement que tout a changé, et que par conséquent le rentre-dedans est généralisé est inévitable. Elle s’appuie au fond sur une citation de Vladimir Poutine, de 2018, qui a le mérite de la clarté en termes d’affrontement éventuellement atomique :

« Pourquoi voudrions-nous un monde sans la Russie? »

La Russie est une grande puissance et dans la situation de crise, elle veut avoir sa place au soleil. C’est une tendance irrépressible. C’est la bataille pour le repartage du monde et la Russie considère que le bloc occidental va se lézarder en raison de la paralysie relative du capitalisme, alors que la Russie forme un Etat – civilisation – continent tout à fait autonome des événements. Une réaffirmation hégémonique russe ouverte est donc à l’ordre du jour.

Bien entendu, les experts bourgeois concernés ici ne disent pas cela ainsi, mais cela y ressemble fortement et on lira à grand profit l’article de Que signifie l’ultimatum russe aux occidentaux ? du site Desk Russie, qui est ni plus ni moins que la base de l’article du Figaro Poutine veut faire plier l’Otan et l’Europe.

Car le fond de la question est le suivant. 2022 est-il comme 2019 ou pas? La pandémie nous a-t-elle fait passer dans une nouvelle époque? La bataille pour le repartage du monde est-il le sens même de cette époque?

Disons le directement : tout a changé, qui ne le voit pas est aveugle concernant les faits, qui ne le comprend pas a des raisonnements figés dans les livres universitaires, qui ne le saisit pas a une vie semi-confortable et au moins corrompue dans le capitalisme.

Tout est en train de basculer… le capitalisme a connu son apogée, maintenant il s’effondre, et la guerre est sa tentative de s’en sortir.

Articles recommandés