Ni Washington ni Moscou !

La polarisation politique française oppose les conservateurs aux modernistes, ou pour résumer : Eric Zemmour à Emmanuel Macron. Les modernistes, au pouvoir, s’alignent sur la superpuissance américaine, sur l’OTAN et l’Union européenne qui marchent désormais ensemble. Les conservateurs prônent l’aventurisme expansionniste en se tournant notamment vers la Russie.

La guerre en Ukraine va naturellement polariser cette opposition. C’est un terrible piège, qui risque d’engloutir politiquement absolument tout – mais en même temps c’est une opportunité politique pour dénoncer à la fois les turbocapitalistes et les nostalgiques du vieux capitalisme.

Car ces deux camps exprimant la nature du capitalisme – qui vise l’expansion cosmopolite tout en ayant une base nationale – convergent tous deux avec la guerre. Ils acceptent la guerre, qu’ils voient comme inévitables, voire ouvertement comme souhaitables.

Il y a donc moyen de les démasquer, de révéler leur nature, d’affirmer politiquement la Gauche historique, qui est seule capable d’empêcher le cours catastrophique des choses. Car c’est de cela qu’il s’agit : d’une évolution catastrophique du capitalisme, qui bascule dans la bataille pour le repartage du monde !

Articles recommandés