L’Union européenne, alignée sur l’OTAN, se pose comme belligérant assumé dans le conflit ukrainien

Les camps se posent pour la généralisation de la guerre.

L’Allemagne était le point de bascule dans l’opposition entre le bloc États-Unis/OTAN/Union européenne et la Russie. Pendant plusieurs jours après le début de l’invasion en Ukraine, ou plutôt plusieurs heures car les choses vont très vite à ce sujet, l’Allemagne tenait relativement comme puissance tampon vis-à-vis de la Russie. Il y avait en jeu notamment la question du gaz, mais il y avait une pression énorme sur l’Allemagne pour qu’elle lève son veto au bannissement des banques russes du système SWIFT.

Le basculement s’est opéré dimanche 27 février de manière radicale. Le gouvernement allemand a annoncé un revirement historique depuis la fin de la seconde guerre mondiale en assumant maintenant de financer une réelle force armée. Ce sont 100 milliards d’euros qui doivent être débloqués immédiatement pour « moderniser » l’armée.

C’est gigantesque, il est question à partir de maintenant d’investir d’année en année plus de 2 % du Produit intérieur brut pour l’Armée. Le chancelier Olaf Scholz a expliqué devant le Parlement fédéral qu’avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie :

« Le monde est entré dans une nouvelle ère. »

Autrement dit, l’Ukraine sert ici de prétexte à une course folle à la guerre et aux postures bellicistes. Le bloc États-Unis/OTAN/Union européenne mène une opération gigantesque et acharnée contre la Russie et ses visées impérialistes et l’Union européenne prend totalement sa part dans cette opération.

Le plan pour l’instant est très simple, il s’agit de tout faire pour que l’Ukraine, et surtout le peuple Ukrainien, serve de chair à canon au nom de l’OTAN et des intérêts des États-Unis. Les États membres de l’Union européenne ont décidé dimanche de débloquer 450 millions d’euros pour acheter des armes et les livrer aux forces armées ukrainiennes.

Le « chef de la diplomatie européenne »Josep Borrell a annoncé pas moins d’un demi-milliard pour pousser les ukrainiens à un bain de sang face à la gigantesque et puissante armée russe :

«Un accord a été trouvé pour fournir des armements à l’armée ukrainienne pour une valeur de 450 millions et des équipements de protection et du carburant pour 50 millions. Tout cela sera couvert par notre Facilité de paix et notre fonds intergouvernemental. C’est la première fois dans l’histoire que nous allons le faire»

450 milions d’euros, c’est à la fois immense, et en même temps rien du tout. Car une guerre, une armée, des livraisons d’armes, l’utilisation d’armes : tout cela ne se décrète pas comme ça au coin d’une table à Bruxelles. Les dirigeants européens se moquent ici totalement du sort des Ukrainiens et de l’Ukraine, que son armée soit désorganisée et corrompue, coupée du peuple, sur une base ultra-nationaliste.

Tout ce qui compte est de faire opposition au concurrent russe, de le déstabiliser, de tenter de lui faire perdre du temps, de prendre l’ascendant sur lui par des moyens économiques et politiques, etc. Peu importe que se soit avec le sang du peuple ukrainien, poussé à un jeu de massacre.

Les masques tombent. L’Union européenne ne fait même pas semblant d’appeler au dialogue, à la diplomatie, à la désescalade militaire : elle assume au contraire la sur-enchère militaire anti-russe.

Il est question d’envoyer directement des avions de combat aux forces armées ukrainiennes. Dans le même temps, il y a une avalanche d’annonce qui sont faites pour bien marquer l’opinion publique et galvaniser un sentiment anti-russe :

– envoi par la Suède de 135 000 rations de terrain, 5000 casques, 5000 boucliers corporels et 5000 armes antichars, alors que le pays avait jusque-là comme doctrines de ne pas soutenir de conflits armés d’une manière ou d’une autre ;

– fermeture de l’espace aérien européen pour l’aviation russe ;

– autorisation par le gouvernement du Danemark de ses citoyens à combattre directement avec l’armée ukrainienne au sein de pseudo « brigades internationales » ;

– bannissement des médias russes Russia Today (RT) et Sputnik ;

– versement immédiat de 110 millions d’euros à l’Ukraine par l’Italie.

Voici également la liste officielle des armes européennes qui auraient déjà été livrées via l’OTAN à l’Ukraine durant le week-end du 26/27 février 2022 :

-1400 lance-roquettes antichar, 500 missiles sol-air Stinger et 9 obusiers par l’Allemagne ;

– 200 Stinger par les Pays bas ;

– 2000 mitrailleuses par la Belgique ;

– des fusils, munitions et équipements par le Portugal ;

– des mitrailleuses, fusils de précisions et munitions par la République tchèque.

Alors que la Russie a placé sa force de dissuasion en état d’alerte, c’est-à-dire qu’elle a rendue plus facilement accessible ses missiles nucléaires, l’Union européenne participe activement à l’escalade meurtrière. Elle est un belligérant assumé dans le conflit ukrainien, se mariant ouvertement à l’OTAN dans le giron la superpuissance américaine.

Articles recommandés