Deux exemples de diffusion de l’idéologie fasciste par le régime ukrainien

Le régime ukrainien est réactionnaire.

Nous avons dès avril 2021 inlassablement expliqué qu’il y allait avoir une invasion russe et qu’il fallait soutenir la nation ukrainienne. Nous pouvons dire avec une légitimité complète que tout le soutien à l’Ukraine depuis le début de l’invasion est fictif à 99%, il ne fait que servir l’OTAN, l’objectif d’asservir la Russie. Avez-vous vu d’ailleurs quelque part qu’il soit parlé de la culture ukrainienne ? Il n’y a cela nulle part, car tout cela n’a rien de démocratique ni de populaire.

Le régime ukrainien joue un grand rôle dans cela, car son idéologie nationaliste est délirante, entièrement en phase avec les objectifs de la superpuissance militaire américaine. Voici par exemple un message du Parlement ukrainien sur Twitter.

Voici ce qu’on lit : « Les occupants russes ont saisi et détruit de la littérature et des livres d’histoire ukrainiens. C’est la littérature qui ne coïncide pas avec la propagande du Kremlin. » Puis : « La littérature prétendue  »extrémiste » inclut des livres d’école sur l’histoire de l’Ukraine, de la littérature historique populaire et scientifique, en particulier des livres sur les révolutions démocratiques en Ukraine, également connue comme les Maidans ukrainiens ».

Enfin et c’est là où c’est marquant : « Les occupants ont également une liste de noms devant être interdits d’être mentionnés. Parmi ceux-ci il y a des figures exceptionnelles de l’histoire de l’Ukraine – Ivan Mazepa, Symon Petlioura, Stepan Bandera, Roman Shukhevych, Viacheslav Chornovil ».

De quelles des figures exceptionnelles parle-t-on ?

Ivan Mazeppa est une figure du 17e siècle, qui a trahi le tsar et cherché à s’allier à l’empire ottoman contre les Russes.

Symon Petlioura est une figure de la république ukrainienne opposée à l’Armée rouge, bien connu en France pour avoir été exécuté par Samuel Schwartzbard, désireux de venger les pogroms. Le soutien à Samuel Schwartzbard amena la naissance de la LICRA et il fut même acquitté au procès par le tribunal français.

Stepan Bandera est le dirigeant de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne  alliée aux nazis, Roman Shukhevych en fit partie et est particulièrement haï en Pologne pour ses massacres de civils. Ces deux figures sont totalement fascistes, responsables de l’assassinat de Juifs, de Polonais, évidemment de gens de gauche. Le scandale a été immédiat en Pologne et le parlement ukrainien a dû enlever ce message.

Quan à Viacheslav Chornovil, c’est un nationaliste ukrainien des années 1960-1990.

Tout cela est révélateur de la nature du régime ukrainien. Et cela se lit aussi avec le régiment Azov. On peut trouver facilement des informations diffusées par ce régiment, dans le cadre de la guerre, leur bastion étant Marioupol, une ville russophone qu’ils contrôlent. La Femen Inna Shevchenko les a par exemple mis en avant.

Mais c’est le cas également de la presse, comme Le Figaro, Le Parisien, etc.

Ce régiment Azov, formant la garde nationale supervisée par le ministère de l’Intérieur, est à la fois un mouvement néo-nazi menant des campagnes nationalistes de masse, un parti politique sans succès électoral , une branche armée intégrée à l’État. Ses cadres sont des suprémacistes blancs, sa base vient du hooliganisme et de ceux aspirés par le romantisme nationaliste. Sa symbolique est nazie, avec le soleil noir de la SS, ainsi qu’un symbole Waffen SS.

Le symbole d’Azov à l’origine, le nouveau symbole, le soleil noir néo-nazi souvent tatoué chez Azov, un symbole Waffen SS par ailleurs historiquement très utilisé en Italie par les nazis

Notons ici tout de suite un point très important. On peut lire parfois, sur des blogs d’ultra-gauche, de la part de gens n’y connaissant rien du tout et à l’attitude honteuse, scandaleuse, voire carrément pro-fasciste, que le fascination pour les nazis serait une réponse spontanée, somme toute toute un peu « bête », en réaction à l’expansionnisme russe, ou à l’époque aux collectivisations des terres.

C’est totalement faux. Le nationalisme ukrainien remonte aux années suivant immédiatement la révolution russe. L’Ukraine, c’est comme la Pologne : ce sont deux pays avec une histoire intellectuelle et culturelle immensément riches, et il ne faut pas croire leurs représentants nationalistes qui parlent de nations « martyrs » et qui jouent aux idiots.

Le nationalisme ukrainien n’est pas né en 2022, ni en 2014, ni même en 1991. Il a bien plus d’un siècle. C’est l’idéologie du régime ukrainien actuel et c’est ultra-réactionnaire, convergeant avec le fascisme, avec la superpuissance américaine.

Il faut le dire sans ambiguïtés : si vous êtes de gauche et que vous lisez cet article, depuis 2014 en Ukraine votre opinion serait interdite et vous seriez sous la menace physique des nazis d’Azov. Et Azov a irradié l’idéologie de l’extrême-Droite française depuis 2014.

D’ailleurs, sur le plan idéologique, on pourrait caricaturer en disant qu le régime ukrainien c’est Eric Zemmour président avec un libéralisme économique généralisé, laissant les activistes d’extrême-Droite faire ce qu’ils veulent en périphérie. C’est quasiment un modèle et dans les pays de l’Est, cela ressemble beaucoup à cela en pratique.

Articles recommandés