Vivons-nous une crise « révolutionnaire » ?

À lire les médias d’ultra-gauche, c’est-à-dire tout ce qui rattache de près ou de loin à l’anarchisme et au trotskisme, la révolution ne serait plus très loin, le peuple serait en ébullition, le régime totalement fragilisé, bref tout serait possible.

C’est totalement faux. En réalité, il y a une crise, mais elle n’est pas révolutionnaire, c’est tout simplement une crise qui est générale, car toute la société française tourne au désastre. Tout le monde donne son avis sans réflexion ni mesure, personne n’a envie de s’engager, la société de consommation est totalement acceptée et il n’y a de la part des Français aucune volonté, aucun désir, aucune intention de changer de mode de vie.

Les Français veulent qu’on leur foute la paix. La minorité capitaliste veut continuer à capitaliser et soutient Emmanuel Macron, une large partie des prolétaires et des petits-bourgeois veut vivre comme avant et soutient Marin Le Pen comme frein protectionniste. Et cela se déroule dans un capitalisme torpillé par la crise de 2020, alors qu’on a déjà même une guerre conventionnelle en Europe, expression de la course à la guerre pour le repartage du monde.

Il n’y a aucun engouement pour le collectivisme, pour l’Utopie, pour l’abnégation et le sens du sacrifice. Or, sans cela, évidemment, il n’y a pas de Socialisme. Tout est question de conscience et d’organisation. Voilà les choses telles qu’elles sont, et qui dit autre chose ment en servant le capitalisme au moyen d’une machine à illusions.

Articles recommandés