Sauvés du massacre, les bouquetins du Bargy restent prisonniers des gestionnaires

Les bouquetins du Bargy échappent temporairement à un sort funeste sans pour autant être pleinement reconnus.

Les bouquetins étaient une espèce qui avait disparu en France, chassée pendant longtemps et faisant office de véritable trophée pour les populations alpines.

Une politique de protection et de réintroduction dans les années 1960 a changé la donne et permis à l’espèce de reprendre ses droits dans les massifs alpins, et notamment en Haute-Savoie dans le massif du Bargy au-dessus de la vallée de l’Arve où vivent un peu plus de 300 bouquetins.

Mais voilà, les Alpes ne sont pas un écosystème où l’Homme aurait décidé de reculer en raison d’une prise de conscience des enjeux écologiques de notre temps. Bien au contraire, et tout le problème se situe là.

De manière complémentaire à l’extension du capitalisme aux villages d’altitude pour la rente de « l’or blanc », l’élevage laitier et ovin a bénéficié d’une connivence avec le business touristique : rester sur place et « entretenir » l’été les prairies qui sont utilisées l’hiver comme pistes de ski. En effet, les troupeaux domestiques vivent l’hiver en vallée et montent l’été en altitude (estive) pour paitre.

De plus, la production laitière bénéfice d’un label AOP qui repose en partie sur la durée de pâturage en altitude, et permet de valoriser des traditions qui alimentent l’imaginaire touristique. On connaît l’image de la journée de ski l’hiver conclue par une raclette ou une tartiflette.

Or le problème, c’est que ce modèle de l’agropastoralisme intégré au tourisme vit mal la proximité des animaux domestiques avec les animaux sauvages, tels que les bouquetins qui peuvent évoluer sur certaines prairies d’estive.

Cette promiscuité a pour conséquence de transmettre certaines bactéries aux animaux domestiques, puis aux êtres humains. C’est le cas de la brucella, une bactérie qui n’était pas à l’origine présente chez les bouquetins, mais plutôt chez les animaux d’élevage. Au fil du temps, les bouquetins sont devenus un réservoir de cette bactérie qui leur cause des lésions génitales, ainsi que de l’arthrite.

Et depuis c’est un cycle vicieux sans fin qui est lancé… En effet, pour continuer à bénéficier de l’AOP, les éleveurs laitiers et bovins doivent être reconnus indemnes de brucellose, car cette bactérie peut ensuite se transmettre à l’homme et provoquer des symptômes grippaux, voir de l’arthrite.

A cela s’ajoute le fait que les fromages basés sur du lait cru, comme l’emblématique reblochon, est le vecteur principal de transmission de la brucella à l’homme, contrairement aux fromages de lait pasteurisé. Et les vallées qui bordent le massif du Bargy sont justement le berceau du reblochon…

À chaque période d’estive, les éleveurs craignent donc de voir une de leurs vaches être contaminée par la brucella, « laissée » par des bouquetins simplement au contact des prairies servant de pâturages d’estive.

C’est ce qui s’était passé en janvier 2012 lorsqu’un enfant du Grand-Bornand fut détecté positif à la brucellose après avoir mangé du lait cru provenant d’un élevage laitier local. Il s’avéra ensuite que les vaches de l’exploitation avaient pâturé dans le massif du Bargy, là où vivent les bouquetins, qui furent identifiées comme porteur de la bactérie.

Depuis, le massif du Bargy vit au rythme des annonces de la préfecture et de ses déboires judiciaires. La préfecture de Haute-Savoie souhaite reconstituer un « noyau sain » de bouquetins pour mieux préserver les intérêts de l’agropastoralisme et de tout ce qui va avec. Cela passe le plus souvent par des arrêtés préfectoraux d’abattages indiscriminés.

Depuis 2012, ce sont 476 animaux qui ont été abattus, malgré l’abnégation de quelques activistes montant régulièrement dans le massif pour empêcher les tirs par leur simple présence. Il faudra attendre l’acceptation en mai 2020 par le tribunal de Grenoble d’un recours suspensif émis par l’association Animal Cross contre un arrêté préfectoral qui prévoyait l’abattage indiscriminé de 60 bouquetins entre 2020 et 2022.

Mais cette suspension vue comme un espoir ne fut que courte durée, car dès l’automne 2021 une vache d’une exploitation de lait cru dont les animaux paissent dans le massif du Bargy fut détectée positive à la brucella, entraînant l’abattage des 240 vaches et veaux de l’exploitant.

Cela mit le feu aux poudres, avec une sorte de front constitué d’éleveurs, de chasseurs et de représentants de la Droite vent debout contre les bouquetins du Bargy, un sénateur centriste demandant carrément l’abattage complet de l’espèce, le siège de la FNE Haute-Savoie subissant un coup de pression à la fin du mois de novembre 2021.

Rappelons que l’on parle ici d’un élevage dont les vaches ont été soigneusement croisées génétiquement par un éleveur n’étant rien d’autre qu’un capitaliste cherchant à grandir sur le marché du reblochon. Ce qui n’a pas empêché certains représentants EELV d’apporter soutien à un entrepreneur pleurant la perte d’un capital.

À la suite de cet abattage de vaches laitières, le préfet Alain Espinasse avait remis l’idée d’un abattage indiscriminé sur le devant de la scène, cette fois-ci massif puisqu’incluant 170 animaux (sur les 320 individus qui restent dans le massif). On parle là d’une action qui vise à faire abattre au hasard 170 animaux, sans savoir s’ils sont positifs à la maladie !

Fort heureusement une coalition de sept associations environnementales et animalistes ont, tout comme en mai 2020, obtenu la suspension de l’arrêté des tirs indiscriminés par le tribunal de Grenoble ce 17 mai 2022.

Toutefois, cela n’empêche pas qu’une gestion moins massive et plus « chirurgicale » de l’épidémie de brucellose chez les bouquetins va continuer à s’effectuer, avec la capture puis l’euthanasie de tout cas positifs, toujours dans l’optique de reconstituer un « noyau sain ».

De fait, c’est la solution médiane qui perdure, et si les bouquetins sont sauvés d’un massacre général, ils n’en restent pas moins toujours les otages d’activités humaines incapables d’être remises en question. Car si l’on en croit les scientifiques, la brucellose est en train de s’éteindre progressivement, avec plus de 90 % de bouquetins sains.

À quoi bon continuer une telle gestion si ce n’est pour faire perdurer un modèle agricole, ainsi qu’une production laitière qui participe à tant sur le plan touristique-capitaliste ?

Il faudrait pourtant en finir avec la production de lait cru qui relève d’une tradition alimentaire obsolète et ouvrir un débat démocratique général à propos de l’agropastoralisme et de ses conséquences écologiques. De la même manière que les bouquetins devraient pouvoir être accompagnés sanitairement contre la brucellose…

L’affaire des bouquetins du Bargy est concrètement une brèche ouverte pour enfin faire reconnaitre la vie sauvage dans son droit absolu à vivre paisiblement sans être prisonnière d’une gestion d’humains eux-mêmes otages de traditions maintenues par un capitalisme tout-puissant.

Mais pour saisir cette brèche, faut-il encore avoir une lecture en terme de Gauche historique et comprendre les méfaits de la société de consommation, de l’aliénation qu’elle implique par rapport à la Nature…

Articles recommandés