L’opposition turque à l’intégration de la Suède et de la Finlande dans l’OTAN

La question kurde est ici la clef.

Le 18 mai 2022, la Finlande et la Suède ont fait part de leur demande d’intégration dans l’OTAN, dans le cadre d’une petite cérémonie au siège de l’OTAN à Bruxelles, avec Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN, Klaus Korhonen, l’ambassadeur de la Finlande auprès de l’OTAN, et Axel Wernhoff, l’ambassadeur de Suède auprès de l’OTAN.

On en est pourtant au point mort depuis, en raison de la farouche opposition turque à une telle adhésion. La raison, présentée ouvertement par le président turc Recep Tayyip Erdogan, est le soutien de la Suède aux forces séparatistes kurdes en Turquie. La Finlande est également considérée comme pratiquant une vraie mansuétude à l’égard de ceux-ci, mais la Suède est considérée comme pratiquant un soutien structurel.

Par forces séparatistes kurdes en Turquie, on parle bien entendu du PKK, mais également du PYD présent en Syrie, qui applique la même idéologie « municipaliste » que le PKK et contrôle la zone appelée le « Rojava ». Le Rojava est particulièrement mis en avant dans les milieux anarchistes français depuis plusieurs années, ce serait un modèle de « révolution ».

De manière plus sérieuse, les forces kurdes pratiquent un agenda nationaliste pragmatique, cherchant à trouver une voie pour s’affirmer nationalement dans un imbroglio régional datant d’un siècle. Le « municipalisme » n’est qu’une variante idéologique pour proposer une décentralisation utile aux Kurdes, qui n’ont pas les moyens d’obtenir leur indépendance, eux-mêmes étant d’ailleurs divisés historiquement dans plusieurs pays.

En ce sens, les grandes puissances utilisent la question kurde lorsque cela les arrange. Dans le contexte de guerre à l’État islamique, la France a ainsi armé, formé et épaulé par des spécialistes militaires les forces kurdes en Syrie, les YPG. La superpuissance américaine a fait de même avec un appui aérien.

Dans un tel contexte, les diasporas kurdes soutenant le PKK (et le PYD) ont plus ou moins de marge de manœuvre. En Allemagne et en Autriche, le PKK est massivement réprimé depuis des décennies ; impossible par exemple d’utiliser des symboles du PKK et du PYD sans affronter la répression.

En France, la pression est moindre mais réelle pour le PKK ; le PYD est par contre reconnu au plus haut niveau du ministère des affaires étrangères, avec des rapports militaires étroits.

En Suède et en Finlande, les activités sont bien plus aisées, puisque d’un côté le PYD n’est pas interdit, de l’autre parce qu’il y a une certaine convergence d’intérêts, surtout avec la Suède. Le PYD dispose d’un bureau officiel à Stockholm, il dispose de rapports officiels au plus haut niveau avec le ministère suédois des affaires étrangères, la Suède fournit une « aide humanitaire » d’importance au Rojava, etc.

Il faut bien ici comprendre le PKK et le PYD et ne pas les interpréter de manière erronée. Ces forces kurdes ont une démarche patriotique avec une idéologie nationaliste pragmatique. Leur but est d’arriver à quelque chose et il n’y a nullement de perspective idéologique de type socialiste ou communiste. Les fantasmes de forces kurdes « révolutionnaires » n’ont pas de sens. Les milieux anarchistes (ainsi que « marxistes-léninistes » albanais, qui sont désormais pratiquement communistes libertaires) se trompent totalement.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas historiquement de choses positives dans la cause kurde. Il existe une réalité kurde appelant à une véritable solution démocratique. Mais il faut prendre le PKK et le PYD comme ils sont et non pas comme on s’imagine qu’ils soient. D’ailleurs, la gauche turque en fait régulièrement l’expérience puisque le PKK exige l’hégémonie absolue là où il est présent et tout ce qui dépasse du cadre est systématiquement remis en place de manière significative.

Et lorsque les grandes puissances s’en mêlent, il faut être rigoureux. La cause kurde peut être juste mais la convergence avec les intérêts des grandes puissances est inacceptable et d’ailleurs dessert la cause kurde elle-même. Le pragmatisme est une plaie et une plaie prétentieuse : il y a la prétention de profiter de ce qu’il y a pour avancer, mais c’est vraiment un pas en avant, deux pas en arrière.

Et là les Kurdes risquent de le payer cher en se voyant un thème essentiel pour la question de l’unité de l’OTAN. La Turquie exige que la Suède et la Finlande se mettent à combattre le PYD pour qu’elle accepte leur intégration dans l’OTAN. C’est une situation terrible.

Articles recommandés