Les enseignements capitalistes majeurs de Roland Garros 2022

Le capitalisme a encore étendu son rayon d’action.

Les Français aiment le tennis, un sport à la fois physique et ingénieux, où l’action doit être évaluée et bien placée, comme au rugby. Cela correspond beaucoup à la psychologie nationale. A ce titre, la bourgeoisie a fait de Roland Garros, tournoi se déroulant dans l’Ouest parisien, un véritable bastion idéologique. Le style des spectateurs est le style bourgeois classique.

Or, il y a un événement majeur sur ce plan, avec l’introduction de matchs de nuit, une dizaine, se déroulant après 20 heures. Sur le plan capitaliste il y a deux aspects. Le premier, c’est que ces sessions sont diffusées sur des plate-formes payantes. Le match entre Rafael Nadal et Novak Djokovic a été diffusé gratuitement par Amazon Prime (en échange des coordonnées personnelles), afin d’éviter un trop grand scandale, mais c’est là un élargissement majeur du capitalisme, qui ouvre un nouveau marché.

Le second aspect, c’est que les bourgeois parisiens allant voir ces matchs qui se terminent très tard – sans qu’il y ait de moyens de rentrer car on est en France donc c’est le chaos et des Uber à 60 euros pour faire deux kilomètres, concurrence oblige – lâchent prise, parce que c’est la soirée, avec une dimension festive et consommatrice. Le subjectivisme se répand ainsi sans bornes, avec les cris à outrance, les attitudes véhémentes ou faussement émotionnelles.

Jamais les bourgeois parisiens de Roland Garros des 1982, guindés et éduqués, n’auraient toléré le style de leurs équivalents de 2022. C’est l’autre aspect : la décadence.

Un autre enseignement majeur de Roland Garros 2022 a été l’esprit de compétition artificiel exigé. Cela s’est révélé avec la polémique sur le tennis féminin. Les sessions de soirée n’ont concerné que des matchs masculins, à un exception près. La responsable du tournoi, Amélie Mauresmo, l’a justifié en disant dans Le Parisien que le tennis féminin n’était pas intéressant en ce moment :

« Sur les dix affiches nocturnes, une seule a concerné un match féminin…

Ce n’est pas un regret au vu des confrontations que l’on avait et de ce que l’on voulait présenter à des spectateurs qui viennent pour un match unique. Dans l’ère dans laquelle nous sommes, et en tant que femme et ancienne joueuse, je ne trouve pas ça injuste de dire qu’il y a plus d’attrait pour les matchs masculins.

Mon objectif, lorsque j’ai commencé la programmation au jour le jour, c’était d’essayer de voir quels seraient les matchs du tableau féminin qui pourraient être présentés en session de nuit. Sincèrement, j’ai essayé de me pencher dessus presque tous les jours. »

Ce qui est reproché au tennis féminin, c’est qu’il n’y a pas 2, 3, 4 figures majeures dominant tout le reste, et proposant ainsi une concurrence fascinant un public biberonné à suivre ces feuilletons consommateurs. La victoire de la joueuse Iga Świątek pour la seconde fois à Roland Garros a été à ce titre saluée : enfin l’arrivée d’une « patronne ».

On voit ici comment le capitalisme se fait agressif sans commune mesure. Il ne veut pas seulement de la concurrence, il assume l’hégémonie de monopoles s’affrontant pour la domination totale. On a ici un reflet d’une logique impérialiste.

Cela en dit long sur la société française et l’évolution en cours. Et il n’est pas étonnant que cela se lise aussi facilement dans le tennis, un sport revendiqué idéologiquement par la bourgeoisie parisienne d’un côté, un sport où le dopage joue un rôle majeur de l’autre, avec un individualisme forcené à l’arrière-plan.

Articles recommandés