Jens Stoltenberg annonce la mise en place d’une puissante armée de l’OTAN en Europe

Le camp de la guerre met en place son projet.

La superpuissance américaine décide, l’OTAN applique. Le sommet de l’OTAN n’a lieu que le 29 juin 2022, mais le secrétaire de l’OTAN Jens Stoltenberg en a déjà révélé le contenu, à proprement parler hallucinant. Les mesures annoncées consistent en effet en la mise en place en Europe d’une armée conventionnelle pour affronter la Russie. La Chine est également présentée comme l’ennemie suivant.

2% du PIB pour l’armée dans chaque pays est considéré comme le minimum. Et pour parfaire ce décorum belliciste, le président ukrainien Volodymyr Zelensky participera au sommet de l’OTAN.

Voici ce que Jens Stoltenberg a expliqué le 27 juin lors d’une conférence de presse :

Bon après-midi.

Notre sommet de l’OTAN à Madrid cette semaine sera transformateur. Avec de nombreuses décisions importantes. Y compris sur un nouveau concept stratégique pour une nouvelle réalité de sécurité. Un changement fondamental dans la dissuasion et la défense de l’OTAN. Et un soutien à l’Ukraine maintenant et pour l’avenir.

Notre nouveau Concept nous guidera dans une ère de concurrence stratégique. J’espère qu’il indiquera clairement que les Alliés considèrent la Russie comme la menace la plus importante et la plus directe pour notre sécurité.

Il s’adressera à la Chine pour la première fois. Et les défis que Pékin pose à notre sécurité, nos intérêts et nos valeurs.

Il couvrira également notre approche évolutive face à un certain nombre d’autres menaces et défis. Y compris le terrorisme, le cyber et l’hybride.

Au Sommet, nous renforcerons nos défenses avancées. Nous renforcerons nos groupements tactiques dans la partie orientale de l’Alliance jusqu’au niveau des brigades. Nous transformerons la Force de réaction de l’OTAN.

Et augmenteront le nombre de nos forces à haut niveau de préparation.

À bien plus de 300 000.

Nous allons également donner un puissant élan à notre capacité à nous renforcer en cas de crise et de conflit. Y compris avec davantage d’équipements prépositionnés et des stocks de fournitures militaires. Plus de capacités déployées vers l’avant, comme la défense aérienne. Un commandement et contrôle renforcés. Et des plans de défense améliorés, avec des forces pré-assignées pour défendre des Alliés spécifiques.

Ces troupes exerceront avec les forces de défense intérieure. Et elles se familiariseront avec le terrain local, les installations et nos nouveaux stocks pré-positionnés. Afin qu’elles puissent répondre en douceur et rapidement à toute urgence.

Ensemble, cela constitue la plus grande refonte de notre dissuasion et de notre défense collectives depuis la guerre froide. Et pour ce faire, nous devrons investir davantage. Aujourd’hui, nous publions de nouveaux chiffres sur les dépenses de défense. Ils montrent que 2022 sera la huitième année consécutive d’augmentations chez les Alliés européens et au Canada.

D’ici la fin de l’année, ils auront investi bien plus de 350 milliards de dollars américains supplémentaires depuis que nous avons convenu de notre promesse d’investissement dans la défense en 2014. Neuf Alliés atteignent désormais – ou dépassent – ​​l’objectif de 2 %. Dix-neuf Alliés ont des plans clairs pour l’atteindre d’ici 2024. Et cinq autres ont des engagements concrets pour le respecter par la suite.

Deux pour cent sont de plus en plus considérés comme un plancher et non comme un plafond. Nous conviendrons également d’investir davantage ensemble dans l’OTAN. Au profit de notre sécurité.

Le gouvernement et le peuple ukrainiens continuent de résister à la guerre d’agression brutale de la Russie. Leur courage et leur engagement sont une source d’inspiration. Et je me réjouis que le président Zelensky se joigne à nous au sommet de l’OTAN.

L’OTAN et les Alliés ont fourni un soutien substantiel à l’Ukraine depuis l’annexion illégale de la Crimée par la Russie en 2014. Y compris avec une aide militaire et financière. Et l’entraînement de dizaines de milliers de soldats ukrainiens.

Tout cela fait une différence sur le champ de bataille chaque jour. Et depuis l’invasion de février, les Alliés se sont allés encore plus loin. Avec des milliards d’euros d’aide militaire, financière et humanitaire.

Lors du sommet, nous nous mettrons d’accord sur un programme d’assistance global renforcé pour l’Ukraine. Cela comprendra des livraisons substantielles de soutien. Dans des domaines tels que les communications sécurisées, les systèmes anti-drones et le carburant. À plus long terme, nous aiderons l’Ukraine à passer de l’équipement militaire de l’ère soviétique à l’équipement moderne de l’OTAN. Et à renforcer davantage ses institutions de défense et de sécurité.

Au Sommet, nous prendrons également des décisions pour continuer à adapter l’OTAN. Y compris avec un nouveau Fonds OTAN pour l’innovation d’un milliard d’euros pour investir dans les technologies émergentes à double usage. Et sur le changement climatique, nous conviendrons de réduire les émissions de gaz à effet de serre pour l’OTAN en tant qu’organisation.

Nous approfondirons également notre coopération avec les partenaires les plus proches de l’OTAN. Je me réjouis que l’Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la République de Corée se joignent à nous pour la première fois à notre sommet. La Géorgie et l’Union européenne y participeront également.

Et nous adopterons de nouveaux programmes de soutien pour nos partenaires la Géorgie, la Bosnie-Herzégovine et la République de Moldavie. Ainsi que la Mauritanie et la Tunisie. Nous visons également à faire avancer les candidatures historiques de la Finlande et de la Suède à l’adhésion à l’OTAN. Tout en veillant à ce que les préoccupations de sécurité de tous les Alliés soient prises en compte.

J’ai parlé avec le président Erdogan samedi et rencontrerai le Premier ministre Andersson plus tard dans la journée. Je suis heureux que le président Erdogan, le président Niinisto et le premier ministre Andersson aient accepté mon invitation à se rencontrer demain à Madrid. Et aujourd’hui, nous accueillons une autre réunion de hauts responsables des trois pays ici au siège de l’OTAN.

Enfin, les Alliés discuteront des menaces et des défis du sud. Nous nous réengagerons dans la lutte contre le terrorisme. Résoudre la crise alimentaire causée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Et considérer notre réponse à l’influence croissante de la Russie et de la Chine dans notre voisinage méridional.

Surtout, nous réaffirmerons que le lien transatlantique reste le socle de notre sécurité. L’Europe et l’Amérique du Nord, ensemble dans l’OTAN. Sur ce, je suis prêt à répondre à vos questions. »

Comme il a été dit sur agauche.org, la troisième guerre mondiale est un processus déjà enclenché. Il faut l’empêcher !

Articles recommandés