A suivre la presse régionale, la vague historique d’abandons se confirme

L’ampleur est bien historique.

Il y a lieu de se pencher sur la presse locale, car elle est encline à parler de tel ou tel refuge, d’autant plus que c’est l’été et qu’il y a une tendance à élargir la gamme des sujets afin de trouver quelque chose à dire.

La question des abandons y est bien présente. Rien que pour les dernières 24 heures, on trouve de nombreuses choses. A Toulouse une femme criminelle fait attacher son chien à un portail isolé de la SPA avec une laisse de un mètre et une muselière, résultat personne ne le voit et il meurt de soif. Un abandon fait « discrètement » qui est une règle bien connue : pour n’avoir rien à régler en frais administratifs, les animaux sont abandonnés devant les locaux voire balancés au-dessus des grillages.

Le refuge SPA du Dauphiné est surchargé, la situation est dans le rouge niveau abandons dans le Nord, le nombre d’abandons explose dans la Drôme, le refuge du Versoud en Isère est déjà saturé tout comme celui de la SPA Marseille Provence et deux de l’Allier,

La situation est pareille au Luxembourg et là-bas aussi l’origine du problème est présentée comme les achats compulsifs de chiens et de chats pendant la pandémie.

Tout ce phénomène doit encore bien être étudié, les processus bien cernés. Il faudra notamment étudier l’impact sur les refuges, qui ne pourront jamais continuer comme cela alors qu’ils étaient déjà tous dans une situation limite.

Cependant, il faut bien saisir que l’aspect principal est celui d’une faillite historique. Les gens auraient pu, auraient dû profiter de la situation de pandémie pour aller dans le sens d’une remise en cause du capitalisme et du mode de vie qui va avec. Ils ne l’ont pas fait et se sont comportés comme de misérables consommateurs égocentriques aux tendances criminelles.

Cela se lit évidemment aussi dans les comportements anti-sociaux qui se généralisent. La question animale sert toutefois de grand révélateur et elle montre la faillite d’une génération, l’incapacité à réponde à un défi historique. La facture va être immensément salée pour une telle régression. Le monde pourrait être un paradis, chaque jour on apporte davantage de bûches au brasier infernal qui rend ce monde invivable, rempli de tourments et de souffrances.

La question animale montre que tout le fond est pourri. Ce n’est même pas que la question collective est incomprise ou niée, c’est carrément la reconnaissance même de la sensibilité qui est niée. Des êtres vivants se voient ôtés toute dignité avec une froideur terrifiante. La société fabrique des criminels en série.

Comment alors espérer que les choses partent dans le bon sens si tout se tend en raison d’une crise mondiale qui ne peut que s’approfondir et s’amplifier? Et quel dégoût, et quelle colère, et quel sentiment d’impuissance face à tout cela.

Cela témoigne du fait que face au capitalisme il faut un esprit de rupture à la hauteur, que sans cela, on est happé dans l’indifférence et le relativisme. On laisse passer une chose, deux choses, trois choses… Et on est happé par le capitalisme, sans vraiment le remarquer, puis en l’acceptant.

Le bilan de cette vague d’abandons va être odieux et cela va être un choc, tout comme sera un choc l’effondrement de nombre de refuges. Déjà que la situation était mauvaise, là on va dans le sens d’une régression à grande échelle.

Et en fermant la porte à la question animale alors qu’il fallait l’ouvrir en grand, la société française choisit le camp de maintenir les choses en état coûte que coûte. Elle se précipitera d’autant plus aisément dans le militarisme et le bellicisme, dans la guerre pour le repartage du monde.

Articles recommandés