Les Kurdes se retrouvent de nouveau seuls.

La guerre civile en Syrie commencée en 2011 a été le prétexte de la formation d’une zone sous contrôle kurde, le Rojava. Les anarchistes français en ont beaucoup parlé, certains allant même là-bas, en raison d’un romantisme idéaliste. Le Rojava serait un modèle de fédéralisme, de décentralisation, etc.

En réalité, à la suite de l’arrestation d’Abdullah Öcallan en 1999, le PKK (Partiya Karkerên Kurdistanê – Parti des Travailleurs du Kurdistan) a mis en avant un « confédéralisme démocratique », qui lui permettait d’ajuster de manière très pragmatique ses positions.

Ainsi, la mise en place du Rojava dans le cadre de la guerre civile en Syrie a profité d’un soutien américain et français, dans le cadre de la lutte contre l’Etat islamique, ainsi que d’une certaine neutralité de l’Etat syrien. Le tout sans avoir une idéologie faisant peur aux Etats occidentaux et permettant des campagnes de soutien en Europe occidentale.

Le souci est que désormais la Turquie est à l’offensive et que le Rojava est lourdement menacé. Voici la carte actuelle pour comprendre ce qu’il en est.

La partie en rose, la plus grande, montre ce que contrôle l’Etat syrien, avec l’appui russe. En blanc, il s’agit des « rebelles », à savoir les islamistes issus d’Al Qaïda. En vert tout en bas, c’est une zone sous contrôle américain avec des « rebelles » pro-américains servant de justification.

En vert pomme tout en haut, ce sont les zones du pseudo gouvernement intérimaire syrien, avec l’armée turque. En jaune, c’est le Rojava, et en orange, une zone contrôlée par les forces du Rojava ainsi que l’Etat syrien.

Comme le Rojava est dirigé par le Partiya Yekîtiya Demokrat (Parti de l’union démocratique), la version syrienne du PKK, la Turquie compte faire d’une pierre deux coups : liquider les forces kurdes et pratiquer une expansion.

Cela est également nécessaire afin d’avoir le champ libre pour la Grèce et de ne pas avoir à se préoccuper de cette question à moyen terme. Aussi, la Turquie a accusé les Kurdes de Syrie d’être responsables de l’attentat dans une rue piétonne d’Istanbul le 13 novembre 2022.

Pour cette raison, elle bombarde depuis le 20 novembre jusqu’à aujourd’hui la zone frontalière, en visant les forces kurdes. Cela a fait une soixantaine de morts déjà. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a également annoncé une opération sur le terrain. Sont clairement visées les villes de Tel Rifat et Manbidj, pour une pénétration terrestre sur 30 km, devant on le devine par la suite aboutir à une annexion.

La superpuissance américaine et la France sont vent debout contre cette décision. Les États-Unis ont envoyé un émissaire, alors que le ministre américain de la Défense Lloyd Austin affirmé sa « forte opposition » à une telle initiative.

Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu a de son côté directement appelé son homologue turc Hulusi Akar le 29 novembre 2022. Voici le compte-rendu officiel :

« Paris, le 30 novembre 2022
Entretien de Sébastien Lecornu, ministre des Armées, avec Hulusi Akar ministre de la Défense de la Turquie le 29 novembre 2022

Sébastien Lecornu, ministre des Armées, s’est entretenu par téléphone avec son homologue turc, Hulusi Akar. Au cours de cette conversation, les ministres ont échangé leurs appréciations de la situation sécuritaire en Syrie et en Irak. Sébatien Lecornu a exprimé sa vive préoccupation à propos des frappes menées par la Turquie en Syrie et en Irak. Elles conduisent à une escalade des tensions qui menace la stabilité de la région et les progrès réalisés depuis plusieurs années par la Coalition internationale dans la lutte contre Daech.

Il a prévenu qu’une intervention, en particulier à l’Est de l’Euphrate, risquait de mettre en danger la sécurité des personnels de la Coalition opérant dans le Nord-Est syrien et de favoriser l’évasion de combattants de l’état islamique compromettant ainsi la sécurité de nos concitoyens en France. Il a enfin rappelé l’attachement de la France à la mission de lutte contre le terrorisme. »

Dans les faits, les forces kurdes ont dit avoir cessé leurs opérations contre l’État islamique, et les troupes américaines ont cessé leurs patrouilles dans la région.

Surtout, la Russie reste bien silencieuse… Car, on l’aura compris, elle a fait un deal avec la Turquie. Il y a ici un échange de bons procédés, avec la guerre en Ukraine à l’arrière-plan. La Russie pousse d’ailleurs la Syrie à renouer avec la Turquie, alors que ce pays a été un des principaux soutiens et organisateurs des rebelles islamistes.

Preuve de cela, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a affirmé qu’il était prêt à rencontrer le président syrien Bachar al-Assad. Une telle chose était encore inconcevable il y a quelques mois, voire quelques semaines.

C’est qu’on est en pleine bataille de repartage du monde. Et ici les Kurdes se retrouvent de nouveau trahis, comme il y a cent ans, lorsque le Traité de Lausanne de 1923 remplaçait le Traité de Sèvre de 1920. La Turquie de Mustafa Kemal obtenait alors des grandes puissances l’assurance que les Kurdes ne soient plus reconnus.