Il n’a pas compris que le monde avait changé.

Le monde a totalement changé en 2020 avec la pandémie, et il continue de changer à grande vitesse. Le capitalisme continue sa vie sous perfusion, alors qu’on se précipite dans la 3e guerre mondiale. Tout s’accélère, à tous les niveaux, et en même temps tout stagne.

Il faut beaucoup de finesse et d’outils afin d’être en mesure d’appréhender cela, et le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) fondé en 2009 n’a rien de tout ça. La raison est simple : c’est une structure à vocation purement militante, dont le mot d’ordre est vogue la galère. On milite et puis on voit.

Le résultat est une convergence permanente avec le secteurs du capitalisme permettant le plus une remise en cause du conservatisme, ce que nous appelons sur agauche.org le turbocapitalisme. Autrement dit, à l’instar des Démocrates aux États-Unis, le NPA surfe sur les nouveautés « subversives » du type LGBT ou les migrants, alors que ce sont juste des espaces nouveaux pour le marché capitaliste.

Pour que ça tienne, il ne faut surtout pas penser, le NPA est donc obligé de tout le temps surenchérir dans le populisme anticapitaliste et de pratiquer du militantisme en mode fuite en avant. Cela produit une hystérie interne ininterrompue.

Cette situation du NPA a produit un psychodrame lors de son congrès des 9, 10 et 11 décembre 2022 à la Bourse du travail de Saint-Denis. 210 délégués y représentaient 1466 votants, pour un peu plus de 2000 militants revendiqués. Le rapport des forces donnait la chose suivante :

Plate-forme A6,21 %91 voix – 13 délégués
Plate-forme B48,50 %711 voix – 102 délégués
Plate-forme C45,29 %664 voix – 95 délégués

La plate-forme A revendiquait le maintien de l’unité du NPA. La plate-forme B rassemblait la direction historique issue de la Ligue Communiste Révolutionnaire qui a donné naissance au NPA.

La plate-forme C est en opposition à cette direction historique. Elle l’accuse de vouloir être, dans l’espoir d’apparaître comme un pôle radical étant la véritable solution, absolument de la partie auprès de la NUPES, de Jean-Luc Mélenchon, des socialistes. La plate-forme C veut faire la même chose mais totalement en dehors de la Gauche gouvernementale.

Cette situation était particulièrement désagréable humainement parlant, puisqu’on parle de gens qui « militent » et qui n’ont aucun recul, et ne veulent pas en avoir. Cela a donc terminé en mépris, haine, rancoeur, etc., sans que personne ne l’emporte réellement de par le rapport de force à 50/50.

C’est ce qui a provoqué le départ du congrès de la Plate-forme B, pour continuer toute seule le NPA dans un contexte considéré comme celui de fortes mobilisations sociales.

Elle espère pour cela profiter d’une continuité formelle, puisqu’elle profite de l’ensemble des porte-paroles du mouvement : Philippe Poutou, Olivier Besancenot, Christine Poupin et Pauline Salingue. On parle là de gens liés à la LCR : Christine Poupin y a adhéré en 1980, Olivier Besancenot en 1991, Philippe Poutou en 2000, Pauline Salingue adhère aux jeunes de la LCR en 2001 avec ses deux parents à la LCR.

La plate-forme C dit exactement la même chose : elle aussi entend continuer toute seule le NPA dans un contexte considéré comme celui de fortes mobilisations sociales.

Tout cela n’a guère de sens, mais pour ces gens il n’y a pas besoin d’en avoir. On n’a pas affaire à une Gauche programmatique, mais à des réseaux militants qui se la jouent révolutionnaires en apparence alors que leurs activités sont toujours finalement syndicales ou associatives. C’est on ne peut plus urbain, jeune, petit-bourgeois ou bourgeois, avec toujours un pied dans le monde universitaire, du côté des étudiants comme des chercheurs et professeurs.

C’est la vaine agitation gaspillant les énergies, avec une démarche très facile à caricaturer pour l’extrême-Droite. C’est un exemple à ne pas suivre!

Et cela s’effondre forcément sur les écueils de la crise. La crise du capitalisme ouverte en 2020 exerce une pression terrible, sur tous les plans, sur tout le monde. Il y a ceux qui savent y faire face, d’une manière ou d’une autre, et ceux qui sont mis de côté, d’une manière ou d’une autre.

Le NPA n’a pas été à la hauteur ici, au point de ne même pas avoir vu la crise, de s’imaginer que tout est comme avant ! Le résultat est le ratatinement – on ne peut même pas parler d’effondrement, là cela aurait eu au moins sa part de dignité.