Ce n’est pas de la lutte de classe.

Avant, les réformes étaient voulues par la Gauche afin d’améliorer la situation, en attendant mieux… Désormais, le réformisme c’est vouloir maintenir les acquis du capitalisme à visage humain.

Cela au mépris du fait que la vie quotidienne dans le capitalisme est insupportable et que cela se fait aux dépens du tiers-monde ! Mais on sait que les travailleurs français corrompus veulent eux aussi être propriétaires ou le devenir.

La lutte contre la réforme des retraites a donc bien pris en France, avec entre un et deux millions de manifestants le 19 janvier 2023 en France.

Comment pourrait-il en être autrement? Les Français sont satisfaits de leur mode de vie. Ils sont contents d’être des occidentaux. Ils savent qu’au niveau mondial ils sont des profiteurs.

Ils savent aussi que les bourgeois exploitent les prolétaires en France, mais bon ça passe. Le niveau de vie est suffisant.

Alors que ce soit un ou deux millions de manifestants, à vrai dire peu importe, car inversement l’opposition à l’OTAN en France, c’est quelques dizaines de personnes.

Le rapport de force est clair, le choix de la société française aussi. La manifestation du 19 janvier 2023 n’est pas à lire autrement que comme une expression réformiste au sein du capitalisme, et certainement pas contre lui.

D’ailleurs, le mouvement est totalement syndicaliste, il n’y a aucune expression d’autonomie ouvrière par rapport aux institutions.

Il y a même par endroit une large masse en mouvement, sans qu’aucune radicalité quelconque ne s’exprime.

Il y a ainsi eu 44,5% de grévistes chez EDF, et des chiffres au moins aussi forts à la SNCF avec un pic à 80% chez les agents de conduite. La grève a été encore plus forte dans le primaire, les collèges et les lycées. Il y a eu également des grèves dans le privé, dans le secteur de la pétrochimie.

Bref, c’est une réussite très significative par endroits, pour autant cela ne produit strictement rien niveau contestation du capitalisme. Et il ne peut pas en être autrement.

Un « autre partage des richesses » : voilà bien le masque du réformisme qui oeuvre seulement à profiter davantage du gâteau occidental.

Vivement que cet occident soit en déroute !