Un panorama.

L’hebdomadaire économique Challenges, à la mi-janvier 2023, publiait un éditorial à charge intitulé Emmanuel Todd et Edgar Morin : le « Parti russe » relève la tête!. Cela reflète le grandissant stress des « faiseurs d’opinions » français face à la précarité accrue du régime ukrainien sur le terrain militaire.

Une victoire russe semble se réaffirmer et, forcément, beaucoup d’opportunistes tentent de converger avec ça, au grand dam des faiseurs d’opinion qui, depuis un an, n’affrontaient aucune contestation.

En l’occurrence, Emmanuel Todd, un géographe – sociologue – intellectuel, est l’auteur d’un texte où il explique qu’une année après le début du conflit en Ukraine la Russie se maintient et se maintiendra (« La Troisième Guerre mondiale a commencé« ).

Edgar Morin, un sociologue de 101 ans passé du PCF à Sarkozy, a publié l’ouvrage De guerre en guerre, où il souligne que le régime ukrainien et le camp pro-Ukraine menace la Russie qui, on l’aura compris, se maintient et se maintiendra.

On a également Pierre de Gaulle, petit-fils de Charles de Gaulle, qui s’exprime dans un sens pro-Russie, comme ces derniers jours sur RMC radio, un média vecteur de l’extrême-Droite de ce genre.

Sa pensée, et celle d’Emmanuell Todd et d’Edgar Morin également, se résume parfaitement avec ses propos suivants:

« C’est une grave erreur de voir les Russes avec des yeux d’Occidentaux. Ce sont un peuple de philosophes, de scientifiques, de musiciens, de conquérants. Et on veut les reléguer au rang de seconde puissance plus ou moins en voie de développement, faite de rustres et de ploucs. »

Autrement dit, cela correspond au point de vue d’une partie de la bourgeoisie française qui dit : attention, la Russie va rester dans le panorama « géopolitique », suivre entièrement les Américains c’est se tirer une balle dans le pied.

C’est un point de vue partagé par une partie significative de la bourgeoisie, mais sans débouchés politiques. L’armée française est entièrement intégrée dans l’OTAN et un retournement de situation est devenu impossible.

Même Marine Le Pen et Eric Zemmour sont muets depuis un an au sujet de la guerre en Ukraine, précisément pour cette raison. La Droite est pro-américaine et l’extrême-Droite est son prolongement.

D’ailleurs, toute la scène des cogneurs et bastonneurs d’extrême-Droite est pro-régime ukrainien, de facto pro-OTAN.

Naturellement, ces provocateurs agissent de manière éclectique pour semer la confusion. Ils parlent ainsi de France colonisée alors qu’ils sont les premiers au service de la superpuissance américaine ! Il n’y a de fait plus d’extrême-Droite en France, seulement une Droite extrême servant de prolongement populiste ou musclé à la Droite.

Il existe pourtant bien des « pro-Russes » qui, en pratique, se comptent sur les doigts de la main. Plutôt que pro-Russes, il faudrait parler de gens éclectiques plaquant leurs rêves ou fantasmes sur un empire continental russe fantasmé.

Ce n’est pas le genre à lire Tolstoï et écouter Tchaïkovski. La culture ne les intéresse pas et ils ne sont pas de gauche. Agauche.org a annoncé le conflit militaire en Ukraine six mois avant son commencement, a dénoncé le rôle de l’OTAN sur ce plan dès avril 2022, mais jamais ils ne se tourneront vers nous. Ils pratiquent l’aventurisme.

D’une grande sincérité, on trouve en premier lieu Erwan Castel, un ancien officier parachutiste français devenu militant indépendantiste breton, puis guide expédition en Amazonie française, avant de rejoindre les rebelles du Donbass en 2014 et de rester sur place.

C’est un soldat perdu qui cherche une Cause à rallier, afin que sa vie serve à servir. C’est un pèlerin du néant, qui veut mettre fin à l’injustice mais dont l’horizon est immédiat, sans plus, restreint donc, mais c’est selon lui déjà l’absolu. Il est là pour aider, avec toute sa vie, tout son argent, et pour lui le peuple est malheureusement toujours perdant, à moins que peut-être un jour…

Il rêve pour cette raison d’une Russie impériale élargie territorialement où chaque peuple en son sein conserverait sa « spécificité », dans une union communautaire locale cimentée par l’empire central. C’est ce qu’on appelle un « national-révolutionnaire », il tangue entre du social internationaliste et de l’identitaire conservateur.

Erwan Castel informe très régulièrement des événements du conflit militaire en Ukraine, en étant pro-Russie mais « critique » du conservatisme, sur son compte Telegram.

Très proche dans le fond mais dans un style totalement différent, on a l’avocat Régis de Castelnau. Sur son Twitter et sur son blog, il tient des propos éclectiques, mêlant positions pro-classe ouvrière et clairement de gauche, conservatisme nationaliste, anti-impérialisme et anti-américanisme.

On sent qu’il est issu du PCF des années 1970 et qu’il tente de trouver à Droite des solutions pour la Gauche ; il écrit à ce titre dans la revue Front populaire de Michel Onfray, qui tente de synthétiser une idéologie fasciste au sens le plus strict du terme.

On retrouve grosso modo le même état d’esprit sur les comptes Twitter Fulgur advenit et Jacques Frère, constamment mis à jour tout au long de la journée.

Il est d’ailleurs régulièrement dit dans les médias occidentaux que la Russie utilise de très nombreux bots informatiques et du personnel pour publier sur des comptes fictifs sur les réseaux sociaux, ou bien des commentaires pro-russes dans les journaux.

C’est substantiellement inexact. Les comptes pro-Russie ne représentent rien par rapport aux comptes pro-OTAN pro-régime ukrainien. De plus, ils suivent très mal ce qui se passe sur le plan politique. Par exemple, la célébration de Stepan Bandera par le maire de Lviv en janvier 2023 est totalement passé inaperçue.

Si ces comptes étaient réellement structurés, cela aurait été mis en avant. On est plus dans l’action sur le tas, au moyen d’idéalistes et d’aventuriers, et de traductions. La quantité prime, à l’exemple du compte Telegram Russosphère.

D’où justement l’utilisation par la Russie d’opportunistes complets, comme Xavier Moreau, installé à Moscou depuis 2000. C’est un ancien militaire qui s’est placé comme interface pour les entreprises françaises s’installant en Russie.

Depuis le début du conflit militaire en Ukraine, il commente l’actualité sur le site Stratpol de manière triomphaliste jusqu’au délire. A le lire et l’écouter, on se demande pourquoi l’armée russe n’a pas conquis toute l’Europe de l’Ouest au bout d’une semaine.

On a également, dans la même perspective carriériste, le journaliste Régis Le Sommier, passé par Paris Match et RT France (qui vient de définitivement cesser ses activités en raison de la fermeture forcée de tous ses comptes). Il a monté le média Omerta avec une trentaine de journalistes ; Régis Le Sommier est même en ce moment avec Charles d’Anjou directement sur la ligne de front.

On parle en effet là de quelqu’un qui a la reconnaissance officielle du régime russe. Ce dernier ne désire que des conservateurs à mentalité traditionaliste, impériale, religieuse… tout en donnant du grain à moudre à tout qui contribue à une contestation – agitation venant saper la légitimité des gouvernants.

Le média RT France accordait ainsi une grande place aux anti-vaccins, et Omerta parle beaucoup de la réforme des retraites. C’est pourquoi niveau pro-Russes on trouve également différents blogs, comptes Facebook et Twitter qui mélangent anti-impérialisme, complotisme, anti-américanisme, géopolitique, etc.. On a ici par ailleurs des gens d’idéologie pro-CUBA, pro-gauche du PCF, pro-Chine, etc..

Mentionnons par exemple Russie politics, le Saker francophone, le Grand Soir, etc.

L’association d’Alain Soral, Egalité et réconciliation, se la joue désormais également pro-Russie, mais c’est totalement fictif et ne mérite pas d’être réellement mentionné. C’est une simple tentative d’exister alors que la crise du capitalisme commencée en 2020 a fait littéralement s’effacer l’antisémitisme, fond de commerce de cette structure.

Et encore, quel serait le résultat en cas de réussite de l’entreprise, du fait de se raccrocher à la Russie ? Cette petite scène pro-Russie ne pèse guère. Et elle n’a pas d’avenir.

La bourgeoisie française considère que pour sauver le capitalisme, il faut converger forcément avec le capitalisme américain et son mode de vie. La Droite française veut bien l’autoritarisme politique, mais elle considère que sans le libéralisme culturel, il y a un risque pour l’économie libérale.

Elle est culturellement liée à la superpuissance américaine. D’ailleurs, le bourgeois français fantasme sur New York comme capitale du capitalisme. Pour lui, Vladimir Poutine est un bolchevik car il vient perturber l’ordre mondial.

La Russie ne trouvera donc aucune aide, à part subjective, dan cette scène conservatrice tout à fait isolée. Elle trouverait une aide dans une Gauche historique assumée, mais le régime russe ne peut évidemment, pour des raisons de classe, se tourner vers elle.

De plus, le principe même de la Gauche historique est l’autonomie stratégique. Même si l’ennemi principal c’est la superpuissance américaine et l’OTAN, il ne faut bien entendu pas converger avec le régime russe, qui ne représente pas les intérêts des masses russes.

Rien que le fait de se coltiner des hurluberlus ne connaissant rien à la Russie en témoigne bien. C’est vraiment la honte. Mais qu’attendre d’autre du régime russe actuel, pour qui la Russie réelle, avec son immense culture, n’est qu’un arrière-plan pour des rêves d’empire?