Jean-Luc Mélenchon et « l’Empire »

Jean-Luc Mélenchon a lors de son meeting à Lille expliqué que « l’Empire » dominait désormais par la « judiciarisation de la vie politique ». Un exemple de plus de populisme outrancier, particulièrement chauvin.

Jean-Luc Mélenchon Lille 2018

Jean-Luc Mélenchon a de nouveau fait preuve de son populisme outrancier, avant-hier, lors d’un meeting à Lille. Lui-même empêtré dans des affaires judiciaires en raison du mode de gestion de La France Insoumise, il s’est appuyé sur le résultat des élections brésiliennes pour se poser en martyr des États-Unis, développant une rhétorique ultra-nationaliste.

Il n’a d’ailleurs pas hésité à employer le terme d’Empire, un concept propagé en 2000 par Michael Hardt et Toni Negri, figures de la gauche postindustrielle, mais surtout connu en France ces derniers temps par Alain Soral, l’une des principales figures de l’extrême-droite.

C’est pratiquement dès le départ du meeting qu’il a ainsi expliqué :

« Eh bien oui ce sont les Brésiliens qui, après la chute du communisme d’État, et qu’on nous ai dit que c’était la fin de l’Histoire, et que le libéralisme désormais triompherait, c’est eux [sic] qui nous avait ramené sur le sentier du renouveau, du social, de l’écologique, se donnant l’option préférentielle pour les pauvres comme ligne d’action gouvernementale et nous proposant de cette manière un modèle sur lequel construire notre pensée et rénover tous nos programmes.

Hier, l’extrême-droite a triomphé. Mais vous autres, vous avez réfléchi, vous avez regardé. Comment une chose pareille a-t-elle été possible ?

Il y a six mois à peine, après que la présidence du Parti des Travailleurs ait été expulsé de la présidence de la république, et qu’un gouvernement de coup d’État judiciaire se soit mis en place, de droite, pendant deux ans, on annonçait que dans ces élections présidentielles qui arrivaient, notre candidat, notre ami, Inácio Lula, était à 60 % d’intentions de vote.

Alors, l’ennemi a frappé. Cet ennemi, il a une adresse. C’est les États-Unis d’Amérique [sic], qui savent que le Brésil était avec les autres puissances qui se constituent dans ce groupe qu’on appelle les BRICS, pour désigner le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, qui sont en quelque sorte en opposition, en alternative à la domination des États-Unis d’Amérique sur le reste du monde […].

Alors cet adversaire s’est dit on ne peut pas laisser le Brésil retourner dans les mains du peuple avec l’option préférentielle pour les pauvres […]. Alors ils ont choisi une méthode politique, la judiciarisation de la vie politique. On a alors accusé Lula, l’homme de la gauche, d’être corrompu […].

Vous autres, quoi qu’il arrive, souvenez-vous en, parce que dans tous les pays, c’est la méthode qu’ils utilisent […]. La judiciarisation de la vie politique est dorénavant la stratégie de l’Empire partout, dans tous les pays du monde. »

Jean-Luc Mélenchon, on le voit bien ainsi, n’a pas d’autres explications que les complots et les coups bas d’un ennemi flou, qui consiste en la finance, l’Empire. Il oppose à cela une notion tout à fait flou également, le peuple.

C’est une manière de gommer les luttes de classes, d’éviter de reconnaître qu’il existe en France une bourgeoisie, une classe ouvrière. Jean-Luc Mélenchon fait de la France une sorte de pays du tiers-monde, où dominerait une petite oligarchie. Il y a pourtant en France 579 000 personnes qui disposent de 850.000 euros, hors résidence principale, objets d’art et de collection et biens courant…

No Comments Yet

Comments are closed