Les gilets jaunes, expression complexe d’une crise du mode de vie

Si l’on regarde les gilets jaunes, il y a autant de raisons de les soutenir que de les rejeter. Cela tient à leur double nature, puisqu’ils se révoltent à la fois subjectivement contre la cherté de la vie et objectivement contre l’écologie. De tels exemples de complication ne manqueront pas de se produire à l’avenir.

Lorsque les zadistes sont apparus, ils présentaient une double nature. D’un côté, ils défendaient une zone humide, ce qui était une bonne chose. De l’autre, ils exprimaient la volonté réactionnaire de s’isoler de la société, de vivre avec une petite propriété, d’une petite production. Au départ, la question écologiste prenait le dessus encore, pour finir par disparaître devant l’argumentation littéralement pétainiste sur le retour à la terre.

Les gilets jaunes posent le même type de problème. Leur révolte contre la cherté de la vie est une expression indéniable d’un besoin populaire. L’augmentation du prix de l’essence est une agression ouverte sur le niveau de vie. Comme la voiture est incompressible dans le style de vie imposé par la société, l’architecture, l’organisation spatiale du pays, forcément cela fait mal.

La révolte des gilets a donc le mérite de poser un conflit social. C’est quelque chose d’appréciable. D’autant plus que cela exprime un sentiment de désarroi par rapport à un mode de vie dont les tenants et aboutissants semblent profondément vaciller.

Résumer à cela serait néanmoins du populisme. S’il y a du désarroi, il y a également surtout du ressentiment qui s’exprime, avec une nostalgie profonde sur le fait de pouvoir se comporter comme avant, d’utiliser la voiture sans se préoccuper de rien ni personne. C’est la caricature du type machiste, avec ses cigarettes et son 4X4, son statut de petit entrepreneur disposant de bons moyens matériels.

Cela ne donne évidemment nullement envie de soutenir quelque chose où ces gens ont une part prépondérante dans l’identité. Ces gens sont hyper réactionnaires à tous les niveaux dans leur rapport à l’écologie. La pollution, ils considèrent que ce n’est pas de leur ressort ; le véganisme leur apparaît comme une aberration et ils ont des amis chasseurs, s’ils ne le sont pas eux-mêmes.

On voit le dilemme : si on soutient les gilets jaunes, on fait du populisme ; si on ne les soutient pas, on passe à côté d’une lutte contre la pression des prix sur la vie quotidienne. Il y a pourtant bien quelque chose qui doit primer et permettre à un discours de gauche d’être développé dans une telle situation. Et c’est bien le cas, mais il y a un prix à payer.

Ce prix, c’est la compréhension que le syndicalisme est une plaie dont il faut se débarrasser, car au mieux cela amènerait à appuyer les gilets jaunes sans considération d’autre chose. Et qu’il y a une seconde plaie, l’anarchisme, qui demande la révolte pour la révolte, sans se soucier des réalités matérielles, tant de l’économie que de la nature des gens, aliénés et exploités.

Si on se débarrasse de ces deux plaies – qui paralysent l’histoire de France depuis cinquante ans – alors on pourra avancer, puisqu’il serait alors possible de poser le problème différemment, en prenant en compte non seulement l’économie, mais aussi le mode de vie.

On pourrait alors développer un discours sur le capitalisme comme allant de paire avec un mode de vie, et on verrait alors que les gilets jaunes expriment une crise de ce mode de vie. Ils ne sont pas les protagonistes d’une lutte (comme peut le penser le syndicalisme), d’une lutte inadéquate (comme peut le penser l’anarchisme), mais l’expression historique d’un mur que rencontre le mode de vie dans le capitalisme.

La voiture, c’est comme le réchauffement climatique, c’est un à côté du développement du capitalisme qui devient essentiel et exige une rupture en soi des mœurs, du mode de vie, de la manière d’exister.

No Comments Yet

Comments are closed