Un premier mai 2019 parasité par les black-blocks et les gilets jaunes

Cela ne peut que faire mal au cœur de voir les anarchistes anti-politiques des black-blocks et les gilets jaunes venir parasiter le premier mai. C’est un coup de grâce symbolique à un premier mai déjà terriblement aseptisé depuis des décennies, coupées de la vigueur internationale du mouvement ouvrier et de ses valeurs politiques.

Les jours précédant ce premier mai 2019, les médias et les réseaux sociaux se sont focalisés sur deux thèmes parasitant totalement son contenu historique. Ce qui compterait, c’est la présence des black-blocks à Paris, ainsi que celle des gilets jaunes. Le caractère réel de cette journée, relevant du monde du travail, du mouvement ouvrier, a entièrement disparu. Le premier mai ne serait qu’une sorte de mouvement social annuel, sans réelle envergure sur le plan des idées politiques, économiques, etc. Les « éléments radicaux » des mouvements sociaux auraient une place naturelle à s’y exprimer, lors de situations devenues extrêmes.

C’est là quelque chose de très mauvais et on boit le calice jusqu’à la lie d’une terrible dépolitisation. Le premier mai devient une affaire franco-française, coupée du mouvement ouvrier à l’échelle mondiale, qui possède le premier mai comme son patrimoine. Il y a là une fêlure, une cassure même. C’est un véritable abandon d’une position historique.

D’ailleurs, on peut critiquer le Parti socialiste comme on l’entendra, mais en attendant il n’y a plus de grand parti de gauche. Il y avait avant-hier le PCF, hier le PS et aujourd’hui il n’y a plus rien. Et quand on dit « parti », il faut comprendre « parti ». La France insoumise n’est pas un parti, mais un mouvement, et ce n’est pas la même chose.

Et quand on dit un grand parti, il ne s’agit pas que d’élections, mais de base populaire. La victoire du PSOE en Espagne, le poids du SPD en Allemagne et en Autriche, la vigueur du Labour britannique… rappellent et soulignent l’exception française. Une exception mauvaise.

Cela étant, cela pendait au nez. Les premiers mai en France ont toujours été, malheureusement, très différents de ceux des autres pays. Et cela est vrai depuis plusieurs décennies, depuis que le premier mai 1968, le PCF a chassé les « gauchistes » du cortège. La CGT a dès lors fait du premier mai une cérémonie, un rituel, quelque chose sans âme. Le premier mai s’est mué en marche de fonctionnaires et de syndiqués, sans dynamique, sans dimension socialiste, sans porter de culture.

Le parasitage par les black-blocks et les gilets jaunes pour ce premier 2019 apparaît pour cette raison un prix inévitable, car il y a en apparence un apport de volontarisme, de cœur, d’engagement, etc. Beaucoup de gens attendent cela. En pratique, pourtant, cela ne donnera rien, car ni les anarchistes, ni les gilets jaunes ( qui en sont un équivalents sans le folklore du drapeau noir ), ne peuvent rien apporter de positif.

Cela n’a d’ailleurs rien à voir avec la radicalité. Les premiers mai de Berlin sont connus depuis les années 1970 comme des démonstrations de force de l’extrême-gauche, avec bien souvent des affrontements. Mais l’extrême-gauche allemande a elle-même régulièrement dénoncé la casse pour la casse, la casse qui part dans une démarche anti-politique, sans aucune orientation, démolissant les revendications et le sens des valeurs. Il ne faut pas confondre démonstration de force, y compris violente, et les méthodes anarchistes.

Quelle tristesse qu’en France, un pays tout de même marqué par un certain niveau culturel, on en soit retourné à la fin du 19e siècle, avec des syndicalistes durs et des anarchistes d’un côté, des carriéristes électoraux sans valeurs précises de l’autre. C’est véritablement désolant, mais sans doute était-ce inévitable. C’est une étape pour pouvoir aller de l’avant par la suite, sur des bases saines, fondées sur la raison et les principes socialistes. Après tout, le problème de base, c’est qu’il n’y a jamais eu de culture social-démocrate imprégnant les masses partout dans le pays.

Le Parti socialiste a toujours été très minoritaire, le PCF très puissant mais très localisé dans certaines zones du pays. Un mouvement ouvrier assumant l’ensemble du pays et s’y diffusant, cela n’a encore jamais existé, cela reste à construire. C’est un travail essentiel, qui demande des orientations claires, un engagement de fond, des principes bien déterminés : ceux de la Gauche historique.

Et c’est à elle qu’appartient le premier mai, pas à l’anarchisme anti-politique des black-blocks », ni aux gilets jaunes et leurs exigences que la France revienne trente ans en arrière.

No Comments Yet

Comments are closed