La lettre de Charlotte Girard quittant la France insoumise

L’universitaire Charlotte Girard a annoncé son départ de la France insoumise, dont elle était une figure appréciée, ainsi que la responsable du programme. Dans une lettre à ses camarades, elle pointe les nombreux dysfonctionnements de ce mouvement populiste, qui voit actuellement le sol se dérober sous ses pieds.

La déception suite au score de la France insoumise aux élections européennes a engendré une grande instabilité dans le mouvement. Cela ne pourrait pas arriver de cette manière dans une formation de gauche structurée de manière démocratique, autour d’idées fortes, avec des gens engagés sur le long terme dans une bataille qu’ils savent difficile.

Seulement voilà, la France insoumise n’est pas une structure de gauche justement, mais un mouvement populiste. Il est porté par des gens s’imaginant qu’il suffirait d’une sorte de spontanéité « populaire », dans un grand élan « fourre-tout » aux contours vaguement sociaux, pour aller forcément dans le bon sens, et ce rapidement.

C’est exactement la même démarche que des mouvements comme « nuit debout » ou les gilets jaunes. Sauf que cela ne mène à rien à rien du tout, si ce n’est à renforcer les frustrations et l’irrationalisme d’extrême-droite.

En l’occurrence, c’est exactement ce qui arrive à la France insoumise. Il lui aura suffi d’un mauvais score à une élection, qui somme toute n’a pas un très grand intérêt politique, pour que tout vacille, avec des gens s’en allant de partout ou d’autres ne s’exprimant plus, etc.

La lettre à ses camarades de Charlotte Girard, que nous reproduisons ci-dessous, est très intéressante de ce point de vue là. Il ne s’agit pas bien sûr de tirer sur une ambulance en moquant les défections, mais de profiter de cette réflexion utile, de cette tentative de bilan.

Ce que montre cette lettre, qui raconte assez succinctement, mais de manière précise le fonctionnement de la France insoumise, c’est qu’on a des gens qui ont cru inventer l’eau chaude, en faisant fi du patrimoine historique de la Gauche, de ses structures, de ses idées, de ses principes.

> Lire également : Alexis Corbière assume de rejeter la Gauche

Il y a eu un élan autour de la candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle de 2017, mais la suite a montré que c’était une coquille vide. Non pas que ces gens n’ont rien à dire ou n’aient pas d’idées, bien sûr. Mais ce que personne n’a vu, ou voulu voir, c’est que ce succès n’a pas reposé sur une identité propre, mais précisément sur le fait qu’il n’y avait pas d’identité clairement définie.

Chacun a donc pu y voir ce qu’il avait envie de voir.

Les gens de gauche déçus par François Hollande ont pu se dire qu’en tant qu’ancien socialiste se revendiquant de François Mitterrand, Jean-Luc Mélenchon était leur homme. Pareil pour les gens ayant une sensibilité communiste, puisque le PCF lui avait quasiment donné les clefs de la maison les années précédentes. À cela se sont ajouté des gens quasiment d’extrême-droite, mais n’assumant par le FN, qui appréciaient le nationalisme affiché ou encore la critique de la finance flirtant avec l’antisémitisme, etc.

> Lire également : De la FI au RN, Andréa Kotarac : l’inévitable convergence des populismes

Ce genre d’amas populiste semble fonctionner tant que c’est nouveau, mais très vite cela fait flop, inévitablement.

Au contraire de cela, la Gauche a besoin de se reconstruire sur des bases solides, en assumant son héritage historique plus que centenaire, avec des réussites ô combien plus grandes qu’un simple score à la Présidentielle et quelques députés dans la foulée.

Ces quelques mots de Charlotte Girard sont donc une contribution utile, pour en quelque sorte savoir ce qu’il ne faut justement pas faire pour reconstruire la Gauche…

 

« Les chemins

Mes cher.e.s camarades,

Je n’ai jamais voulu déranger. J’ai été élevée comme ça. Quand les désaccords sont venus, j’aurais beaucoup donné pour pouvoir partir sur la pointe des pieds. On m’a dit alors que ça n’allait pas être possible.

Se rendre à l’évidence : ni vous, ni les journalistes n’auraient laissé faire. Vous, parce que vous auriez voulu comprendre davantage ; les journalistes, parce qu’on ne va tout de même pas laisser passer une telle occasion de montrer les dissensions dans la France insoumise.

Comment faire alors pour dire ce qu’il y a à dire …et pour partir ? Surtout quand il n’y a pas de lieu permettant de s’adresser aux insoumis.es sans qu’une nuée de caméras et de micros fasse écran entre vous et moi.

J’avais d’abord pensé venir avec d’extravagantes lunettes noires comme maître Gims et lire ce texte à l’Assemblée représentative. Puis j’ai pensé faire lire le texte par mon amie Manon Le Bretton à la même Assemblée. Mais là encore c’était perdu d’avance : mes cheveux m’auraient trahie et puis c’était risquer de déranger davantage les débats à venir dans l’Assemblée. Autant que vous puissiez travailler en pleine connaissance du nouveau contexte et sans surprise.

Alors pourquoi je quitte mes fonctions de coordination du programme et pourquoi j’arrête ma participation à la France insoumise ?

La question de ma mise en retrait n’est plus posée. C’est un fait acquis. Mais être là sans être là, ce n’est une situation confortable pour personne ; ni pour la France insoumise, ni pour moi. Toute la difficulté était de trouver la bonne distance : la distance respectueuse.

Respectueuse vis-à-vis des camarades pleinement engagés et sincères, qui, en particulier, faisaient la campagne des européennes. Ne pas exprimer de divergences sur la ligne comme sur la stratégie au risque d’ajouter encore plus de trouble et de difficulté. Et puis ce n’est pas quand la campagne est lancée qu’on jette le doute, surtout depuis une dernière place. Or ces doutes exprimés lors de la constitution de la liste et de la rédaction chaotique du programme n’ont pas trouvé de cadre où être travaillés et élaborés suffisamment pour qu’il en sorte une perspective claire et partagée ; en l’occurrence une véritable stratégie politique qui oriente à proprement parler la campagne et, au-delà, le mouvement lui-même.

Respectueuse vis-à-vis de moi-même aussi. Ne pas battre les estrades avec des directives au mieux brouillées, au pire contraires à mes préférences et mes raisonnements. Il n’en sortirait rien de bon et rien du niveau de conviction qui avait été celui de la présidentielle. Souvenons-nous de la présidentielle. Des interventions toujours fondées sur l’explication, jamais sur l’invective. Une anticipation précieuse qui avait permis que tout le monde s’approprie les contenus chemin faisant. Parler à l’intelligence. Mes camarades des ateliers des lois et des méthodes d’éducation populaire savent bien de quoi il s’agit.

La campagne est passée. Les camarades sont restés avec leurs questions pendant tout ce temps, quoique certains, dont je suis, ont alerté, à plusieurs reprises, au sujet du fonctionnement – juste le fonctionnement – de la France insoumise. Il avait été dit que des réponses seraient données après les Européennes. C’est ce qui devrait avoir lieu lors et à la suite de l’Assemblée représentative. C’est une bonne chose si ça arrive.

Mais pour ma part, le chemin fléché par la France insoumise s’arrête. J’ai donné tout ce que je pouvais tant que je pensais que l’outil – le mouvement – était conforme au but – la révolution citoyenne. Mais je n’en ai plus la certitude et je n’ai pas la certitude non plus que les efforts qu’il faudrait fournir pour obtenir la refondation interne de l’outil seront au rendez-vous. Que ma défiance ne soit pas un obstacle à l’aspiration au changement et à l’effort de réflexion collective qui aura lieu. De toutes façons il n’y a pas d’autre voie que le collectif. Allons au bout de l’explication.

Ma défiance porte sur l’outil d’abord. La désorganisation que je ne suis pas seule à déplorer produit une telle perte d’énergie que c’en est désespérant. Or les voies pour y remédier demeurent opaques et difficiles à emprunter. Il n’y a pas de mode d’emploi, ni pour utiliser, ni pour réparer. Il est donc aussi usant de faire que de chercher un moyen de faire. Résultat : tant qu’on est d’accord tout va bien. Mais il n’y a pas de moyen de ne pas être d’accord.

Or une dynamique politique – surtout révolutionnaire – dépend de la capacité des militants à s’approprier des raisonnements, c’est-à-dire potentiellement à les contester. Cette option est obstruée pour le moment, d’autant plus que dernièrement, on a eu parfois du mal à identifier avec quoi être d’accord ou pas. Le reproche d’inefficacité se confond finalement avec celui du manque de démocratie. J’en prends ma part. Juste après les législatives, je n’ai pas réussi à convaincre que le chantier de l’organisation était nécessaire et urgent.

Après le début de la campagne des Européennes, les Gilets jaunes ont fait irruption. Hors de tout ce que ce mouvement nous a fait découvrir sur la capacité de mobilisation vivace des gens, il nous a dit beaucoup sur notre organisation, en particulier l’écart que nous n’avons pas comblé entre le monde militant institutionnel et les gens.

C’est la seconde raison qui me conduit à penser que l’outil, trop tourné vers l’exercice institutionnel du pouvoir, en l’occurrence l’exploitation du seul contre-pouvoir parlementaire que nous avons encore, n’a pas permis de travailler à réduire cet écart. Or la révolution citoyenne dépend essentiellement du succès de la jonction entre ce que le mouvement insoumis produit idéologiquement et le peuple. Sur le fond, on a touché du doigt cette rencontre quand on a réalisé que les revendications étaient les mêmes que celles de l’Avenir en commun. Et pourtant la jonction n’a pas eu lieu.

La forme institutionnalisée de notre mouvement ajoutée à son expression électoraliste ont révélé deux handicaps auxquels il n’était pourtant pas possible d’échapper. Un mouvement même gazeux est un groupement politique régi par la constitution et la loi. Et nous présentions une liste aux élections en cours. Il n’est pas question ici de prétendre que nous n’aurions pas dû. Cet état de fait a permis de réaliser le caractère auto-contradictoire de notre situation.
L’exercice du pouvoir dans le cadre stérilisant de la Ve République – serait-ce un contre-pouvoir aussi énergiquement et brillamment investi par le groupe insoumis à l’Assemblée nationale – produit une défiance immédiate du peuple lorsqu’il prend conscience de ce que précisément ce cadre est hostile.

Lorsque la répression atteint un tel niveau de violence, non seulement la démobilisation par l’effroi augmente, mais il n’est plus possible de distinguer un consentement minimal aux règles qui permettent des expressions politiques comme la nôtre et une compromission avec le pouvoir qui menace.

Dans ce contexte de grande violence – et il n’est pas possible qu’un projet aussi alternatif que l’Avenir en commun n’y conduise pas par réaction du pouvoir oligarchique –, l’outil FI identifié à la conquête du pouvoir en Ve République ne peut suffire à produire cette jonction incontournable. J’ajoute qu’il ne faut pas confondre cette jonction avec une approbation électorale. Ce qu’il faut rechercher est un niveau de conscience populaire acquise non seulement à ce qu’il existe une oligarchie bien identifiée qui est dangereuse pour soi socialement et écologiquement, mais aussi à l’idée qu’un rôle politique légitime incombe souverainement à soi en tant que peuple. Rien de nouveau ici ; c’est la stratégie de l’ère du peuple.

Mais c’est l’instrument pour produire ce niveau de conscience menant à la révolution citoyenne qui pose problème et qu’il faut résoudre. Une piste a été suggérée, celle des « cercles constituants », ni un parti, ni une association, sans doute encore un mouvement ; à ceci près qu’ils n’ont pas d’objectif électoraliste et qu’ils ne concurrencent donc pas l’outil FI tourné vers la conquête du pouvoir d’État en Ve République. Et s’il s’agissait au fond de distinguer la perspective constituante et la perspective électorale sans pour autant les opposer ?

C’est ce questionnement qui gît sous les demandes de réflexion sur le fonctionnement ; pas une minable demande de reconnaissance individuelle.
Comme il ne m’apparaît pas qu’on ait bien perçu cet enjeu soit en niant avec constance la dimension centrale de l’objection relative au fonctionnement, soit en persévérant dans une ambition de sauvetage à court-terme de l’outil, je préfère me libérer des préoccupations et projections qui m’éloignent de cette recherche.

En attendant, nos chemins se séparent ici pour les raisons que j’ai dites avec la certitude que rien n’a été vain.

La suggestion poétique est de Manon Le Bretton.

Voici cet extrait de Caminante no hay camino du poète républicain espagnol Antonio Machado.

Caminante, son tus huellas [Toi qui marches, ce sont tes traces] el camino y nada más; [qui font le chemin, rien d’autre ;] caminante, no hay camino, [toi qui marches, il n’existe pas de chemin,] se hace camino al andar. [le chemin se fait en marchant.] Al andar se hace camino [En marchant on fait le chemin] y al volver la vista atrás [et lorsqu’on se retourne] se ve la senda que nunca [on voit le sentier que jamais] se ha de volver a pisar. [on n’empruntera à nouveau.] J’ajouterais le vers qui précède et que Manon ne m’avait pas suggéré :
Nunca perseguí la gloria. [Je n’ai jamais cherché la gloire.]

À vous, camarades de lutte.
Charlotte. »

No Comments Yet

Comments are closed