La photo terrifiante de Jacques Chirac et du petit cochon

C’est une photo banale pour l’époque, celle d’une figure politique mise en scène dans un contexte relevant d’une activité économique concrète. Pourtant, il y a tout dedans de l’horreur d’une époque, de la banalité sordide du mépris de la vie le plus grand qu’il soit. La photographie aujourd’hui encore ne choquera pratiquement personne. Là est le fond du problème.

La mort de Jacques Chirac a été un prétexte pour l’État pour saluer sa vie, ce qui est cohérent. Mais qu’il n’est pratiquement pas été dénoncé comme une figure minable des hommes politiques sans foi ni loi et purement à la solde de la grande bourgeoisie, comme un beauf pavoisant au salon de l’agriculture, cela est fou.

> Lire également : Jacques Chirac : un horrible bonhomme

Il y a même ces tentatives bien orchestrées d’en faire une figure à la fois passée et branchée, une sorte de hipster avant l’heure, comme ces comptes « Fuck Yeah Jacques Chirac » sur Tumblr et Instagram.

L’une des photos qu’on y voit dit à peu près tout. Les mots-clefs de la personne qui ont mis l’image sont pathétiques, mais cela n’est rien en comparaison au caractère terrifiant de ce qu’on lit dans la photographie.

Qui ne voit pas le petit cochon si jeune et tellement apeuré, qui ne voit pas la saleté, le métal, ne saisit pas l’enfermement dans un espace réduit jusqu’à acquérir une dimension relevant de l’enfer – qui ne voit pas cela ne sait pas regarder les choses en face.

La personne aux côtés de Jacques Chirac est évidemment pour beaucoup dans l’impact de l’image. Sa manière nonchalante de tenir le petit cochon, son air de regarder ce qu’on devine un animal en souffrance complète – la mère, ne pouvant sans doute même pas se déplacer ni même remuer, comme c’est la norme aujourd’hui encore… tout cela fait deviner l’entrepreneur sûr de son bon droit et tout à fait satisfait de lui-même.

Ces gens sont un cauchemar, cette photo est un cauchemar, ce monde est un cauchemar. Jacques Chirac est un parfait exemple d’administrateur d’un tel cauchemar, d’un accompagnateur de l’infamie contribuant à présenter les choses comme normales, comme ayant toujours été ainsi, comme vraies.

Dire que même le porte parole du Parti socialiste a salué à la mort de Jacques Chirac, l’homme du « terroir », ce terme dont la dimension pétainiste devrait pourtant sauter aux yeux de quiconque est à Gauche.

Car il n’est pas de neutralité. La seule chose qui soit vraie, authentique, juste sur cette photographie, c’est le petit cochon ayant l’impression d’être en perdition, désorienté, si expressif – comme les animaux le sont toujours pour qui sait le voir.

Cette photographie, de par sa nature, est pratiquement le symbole d’une époque. Et cette époque est toujours la nôtre.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed