Le système universel de retraite d’Édouard Philippe en quatre points

Le projet de réforme du système des retraites a été présenté pour la première fois hier. Ce qui se joue, ce n’est pas qu’une remise en cause des régimes spéciaux, mais une mise en perspective du système des retraites, pour le mettre en adéquation avec l’individualisme forcené des Français qui acceptent leur atomisation dans le capitalisme.

Regardons quels sont les points essentiels présentés par le Premier ministre Édouard Philippe au « Conseil économique, social et environnemental » au sujet de son plan de réforme du système des retraites.

Le premier point, c’est que le système français des retraites est un puissant levier d’unification sociale et de stabilité. En effet, comme on dépend de ceux d’après pour remplir sa caisse de retraite, on a tout intérêt à prôner la stabilité, la reproduction de ce qui existe, etc. Il faut que la génération d’après soit conformistes, pour qu’elle paie ! Édouard Philippe utilise même une rhétorique anti-capitalisme financier littéralement démagogique.

« Ce système, beaucoup nous l’envient. Avec raison. Surtout dans un monde où le chacun pour soi et les logiques marchandes l’emportent souvent sur le reste. En France, on ne voit pas sa retraite partir en fumée à cause d’une crise financière ou parce qu’un fonds d’investissement a fait de mauvais choix. La retraite par répartition est un trésor national. »

Le second point, c’est que les individus sont atomisés et le capitalisme va à grande vitesse. Il y a de grands changements dans le type d’emploi, dans ce qui est produit et vendu, etc. Aucun corporatisme ne peut avoir de sens.

« Des filières disparaissent. De nouveaux métiers se créent. »

Pour bien comprendre cet aspect, lire également notre article : Le système universel de retraite d’Édouard Philippe et la transformation des institutions.

Troisième point, les individus atomisés circulent tels des marchandises dans toute la société capitaliste. Ils passent d’entreprises en entreprises comme une marchandise de main en main. Il faut donc assumer cette universalisation du capitalisme en accélération.

« Aujourd’hui, les travailleurs français changent plusieurs fois de carrière, voire de statuts durant leur vie active. Beaucoup d’actifs connaissent des périodes de chômage. Certains en sortent en devenant travailleur indépendant pendant un temps. Les parcours sont beaucoup plus fragmentés qu’il y a un demi-siècle. On peut le regretter, mais c’est la réalité et nous devons mieux protéger les Français contre ces aléas. »

Le quatrième point, essentiel, est que les mentalités sont totalement favorables à l’accumulation de richesses personnelles. Les Français ne sont en rien des hippies et ne voient pas de problème à « travailler plus pour gagner plus ».

« Depuis quelques années, l’idée de travailler plus longtemps n’est pourtant plus taboue. Ni pour la droite, ni pour la gauche. Et encore moins pour les Français, qui travaillent d’ores et déjà aujourd’hui plus longtemps que l’âge légal pour bénéficier d’une meilleure pension : au régime général, ils partent en moyenne à 63,5 ans ! En un sens, ils ont déjà un peu tranché le débat. »

Pour résumer :

– le système « la génération d’après paie pour celle d’avant » renforce le conformisme ;

– les métiers se modifient rapidement ;

– les gens changent rapidement d’entreprises ;

– tout le monde est capitaliste.

Il faut donc universaliser le travailleur atomisé et cesser tout corporatisme. Et il y a un levier pour faire travailler davantage, en élevant l’âge de la retraite au nom du fait qu’il faut bien de l’argent pour payer (si on ne fait pas payer la bourgeoisie). Les Français, individualistes, seront tout à fait d’accord s’ils en voient les effets sur le plan financier.

> Lire également : Le sens historique de la réforme des retraites de décembre 2019

C’est une programmatique qui tient la route et qui est tout à fait réaliste quant aux mentalités. Malheureusement ! Ce qui pourrait bloquer cela, c’est de dire : rien du tout ! Lutte des classes, le capital payera les retraites. Mais aucun syndicat n’est en rien prêt à dire cela… Et les travailleurs non plus. Pour l’instant.

>> Retour à l'accueil