Grève à la fin décembre 2019: la fuite en avant de la CGT

Contrairement au discours entièrement triomphalistes des syndicats, la grève de décembre s’enlise en raison des comportements individualistes des grévistes eux-mêmes. Chassez le naturel d’une vie façonnée par le capitalisme, il revient au galop. La CGT a donc décidé de jouer le tout pour le tout avec le blocage des raffineries annoncé pour la semaine prochaine pour trois jours, avec possibilité de grève générale.

La CGT a publié une vidéo à l’occasion d’un petit message pour Noël, le 24. C’est une catastrophe mal ficelée avec un début beauf (le tintement provoqué par des « boules ») et en seconde partie l’insupportable rock festif tant affectionné en France du côté de la ringardise populiste « de gauche ».

Ce qui est révélateur, c’est le nombre de visionnages en une semaine, puisqu’on dépasse à peine les 2 000 vues. C’est une marginalisation typique de la Gauche actuelle dans notre pays malheureusement, mais pour un syndicat se voulant un mouvement de masse, c’est simplement terrible.

 

Cela reflète une situation culturelle catastrophique et, de manière typique du syndicalisme français, il y a une compensation par la fuite en avant. Au lieu de conquérir les mentalités, les esprits, il y a cette idée de forcer les choses.

C’est la raison des coupures d’électricité menées ponctuellement lors de la grève, comme lors des matchs de rugby Agen-Toulouse et Castres-Lyon le 21 décembre. C’est l’idée qu’une intervention volontariste peut apporter suffisamment de nuisance pour forcer le cours des choses.

C’est en ce sens qu’il faut comprendre la déclaration de Thierry Defresne, délégué central de la CGT chez Total, annonçant le blocage de toutes les raffineries de France du 7 au 10 janvier 2020. Jusqu’à présent, seule celle de Grandpuits (Seine-et-Marne) l’était depuis le départ, aux côtés de celle de La Mède et d’une troisième par moment.

Le délégué CGT, qui a fait l’annonce sur France info, a évidemment menacé du « grand soir » :

« Ce sera un blocage total. A l’issue de ces 96 heures de grève on se posera la question de savoir si l’on passe à l’étape de l’arrêt des installations. »

C’est évidemment là un bluff, car pour bloquer les carburants à l’échelle du pays, il faudrait une CGT aussi rude ou solide, selon ce qu’on voudra, que celle du début des années 1950. Qui peut croire que ce syndicat aux mains de bureaucrates au mode de vie relevant littéralement de l’aristocratie ouvrière vont chercher à soulever le pays ?

Mais la question fondamentale n’est en fait pas là. Car en annonçant une bataille du 7 au 9 janvier, alors que la prochaine manifestation a lieu le 9 justement, il y a l’idée d’apporter du sang frais à la grève actuelle – surtout voire seulement des cheminots et à la RATP – qui s’enlise de par le manque de solidité de la base, d’organisation.

Il y a la détermination d’une frange du mouvement, mais rien de galvanisé, rien de structuré, le volontarisme compensant tout pour l’instant, jusqu’au moment justement où cela ne suffira pas. La CGT espère compenser les manques… avec un autre volontarisme. C’est une fuite en avant.

Et à lire la folie furieuse de l’ultra-gauche parlant d’une grève victorieuse pour l’instant, se généralisant, etc. on comprend que concrètement il a toute une vielle Gauche syndicaliste d’un côté, l’ultra-gauche de l’autre, qui cherchent à sauver leur existence dans une France ayant profondément changé.

L’idée est de tenir coûte que coûte pour ne pas disparaître, jusqu’à ce qu’il y ait un mouvement populaire pour permettre de reprendre des forces. Sauf que les gens ne sont pas dupes et ne vont pas se lancer dans la bataille de leur vie pour la CGT et les cheminots.

On assiste donc à une séquence historiquement très importante, puisqu’il y a les élections municipales en mars. On risque donc d’avoir, comme en Italie au début des années 1920, un mouvement social économiste sans débouché politique ni perspective, une Droite aux aguets par peur de la lutte des classes et une extrême-Droite récupérant la déception.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed