«La transidentité n’est pas une nouvelle lubie»: et pourtant!

La boîte de Pandore a été ouverte par Marguerite Stern, la fondatrice du mouvement «  Collage féminicides », avec sa critique pourtant mesurée du sectarisme des postmodernes. Ceux-ci mènent une grande offensive et harcèlent toutes les positions relevant de la Gauche historique. Ils ne sont pourtant que le produit du capitalisme ultra-moderne, ultra-agressif, effectivement apparus ces dix dernières années.

Il est évident que la « transidentité » est une lubie nouvelle, apparue ces dix dernières années. Mais il n’y aucune magie à cela. C’est qu’avant, la remise en cause de soi-même s’associait à l’idée de remettre en cause la société. L’idée de changement sociale, de vaste transformation ou même de révolution, existait encore.

Les postmodernes nient cette idée. Produits par le capitalisme, ils ne conçoivent qu’un changement : celui par la consommation. La transidentité est l’idée de consommer son propre corps. Au lieu de changer le monde, on se change soi-même. Mais on ne se change pas soi-même intellectuellement, moralement, car ce n’est pas là consommer. On se change matériellement.

Sans bistouris, sans consommation capitaliste des services de santé, dans le cadre d’un « choix » individuel, pas de transidentité. Il suffit de regarder l’histoire. On s’aperçoit que ce thème émerge dans les facultés américaines, au cœur du capitalisme avancé, dans un milieu à la fois étranger et hostile à la Gauche historique, à la classe ouvrière.

La tribune « Pour un féminisme inclusif envers les femmes transgenres » parue sur Mediapart ment donc sciemment en disant :

« La transidentité n’est pas une nouvelle lubie, un phénomène apparu comme par magie il y a dix ans »

On en a la preuve rien qu’avec les propos suivants de la tribune :

« la science biologique n’existe pas en dehors de la société »

« La réalité biologique est complexe, plurielle, et les deux catégories du genre insuffisantes pour en rendre compte »

Ces deux phrases sont une absurdité pour l’ensemble des gens. Ces deux phases auraient été une absurdité pour toute la société il y a quinze ans. Ces deux phrases ne sont par contre pas une absurdité depuis quelques années pour la bourgeoisie intellectuelle, par définition libérale.

La transidentité s’appuie sur la philosophie existentialiste, séparant le corps et l’esprit. Comme toute décision y est « choix » individuel, le libéralisme libertaire a appuyé la transidentité. Les postmodernes et les macronistes : même combat.

L’État appuie directement toutes les thèses LGBT, tout comme d’ailleurs l’Union Européenne. Les postmodernes n’en sont que l’avant-garde libérale.

Le but est d’ailleurs très clairement anti-féministe, et même anti-homosexuel, car pour les postmodernes, il n’y a au sens strict pas d’hommes, ni de femmes, ni de gays, ni de lesbiennes. Il n’y a que des individus.

> Lire également : Féminisme: Marguerite Stern ouvre la boîte de Pandore

C’est le culte de l’atomisation capitaliste poussée à son extrême. C’est la consommation maximisée qui remplace la croyance en Dieu. C’est le choix du consommateur comme alpha et oméga de l’existence. La transidentité, c’est la loi du marché intériorisée dans sa toute-puissance.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed