Saccage de BlackRock: l’ultra-gauche se sert de l’écologie pour se sentir exister

Une poignée de militants d’ultra-gauche s’est invitée dans les locaux parisiens du gestionnaire d’actifs financiers BlackRock pour un petit saccage spectaculaire et médiatique ce lundi 10 février 2020. L’action était organisée par « Youth for Climate Paris », qui prend prétexte de l’écologie pour servir un discours « anticapitaliste » radicalisé en mode gilets jaunes.


Des jeunes disent vouloir défendre radicalement la planète. On pourrait imaginer qu’ils aillent démanteler des chantiers détruisant des zones humides. Mieux, on pourrait penser qu’ils s’investissent pour organiser le mouvement démocratique et populaire partout où il faut défendre la planète concrètement.

Cela cependant demande beaucoup de travail et d’abnégation, avec un investissement sur le long terme engageant sa propre personnalité, qui se transforme elle-même en étant au service de la cause. Il est donc bien plus facile de s’imaginer exister en allant taguer les murs du siège d’un groupe financier en direct sur internet. C’est plus conforme à l’attitude consommatrice et passive requise par le capitalisme. Il suffit alors d’un petit communiqué pour dire « BlackRocks sont méchants car ils détruisent la planète », et voilà le tour est joué.

Le gestionnaire d’actif BlackRock est régulièrement la cible de pleurnicheries d’ONG qui lui reprochent son « greenwashing ». En France, il est également la cible symbolique de tout une frange anticapitaliste romantique qui en a fait le responsable de la réforme des retraites. Cela faisait donc deux prétextes pour les activistes de « Youth for Climate Paris » pour organiser leur petite opération coup de poing.

Il faut noter ici la grande prétention de ces gens qui dans le communiqué annonçant leur opération « Avenir en feu, reprenons le contrôle » affirmaient :

« Nous nous attaquerons à une grande entreprise, qui exploite le vivant et les plus démunis, en enrichissant les actionnaires »

En guise d’« attaque », on a donc des tags d’ultra-gauche et des bureaux renversés, avec pour le symbole des « trophées » du groupe qui ont été souillés et mis à la poubelle. Tout cela est tellement radical et subversif que le rendez-vous dans un parc parisien le matin était publiquement annoncé sur les réseaux sociaux. Il faut dire que l’État français se moque bien de ce genre d’action symboliques médiatiques et n’a rien fait pour les empêcher.

L’opération était bien sûr diffusée en direct sur internet, notamment par le fameux Taha Bouhafs de la France insoumise qui a trouvé le filon et est toujours dans les « bons coups » médiatiques. On a donc pu constater sur tout un tas d’images le contenu de leurs tags, typiques de l’ultra-gauche :

« écologie libérale, mensonge du capital », « anticapitaliste, -impérialiste, -patriarcat », « notre planète votre crime », « LGBTQI++ avec nous ! La retraite à 20 ans, pour baiser il faut du temps ! », « black rock meurtriers », « black rock + black blocs = <3 [coeur] », « qui sème le BlackRock récolte le black bloc », « le kerozen c’est pas pour les avions, c’est pour brûler les flics et les patrons » ou encore « les gilets jaunes triompheront ».

D’ailleurs, c’est en scandant l’insupportable gimmick des gilets jaunes (un chant de football détourné) « on est là, même si Macron ne veut pas », que ces gens sont sortis du bâtiment, alors que la police ne se pressait pas pour venir les déloger.

L’écologie ne doit pas être prétexte à un anticapitalisme romantique radicalisé de la part de petits-bourgeois s’imaginant représenter une menace pour le capitalisme. L’écologie est une cause bien trop importante pour être laissées à ces gens-là ; la planète n’a pas besoin d’eux, mais d’une jeunesse véritablement investie pour elle.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed