Jean-François Cirelli, serviteur du capitalisme promu officier de la Légion d’honneur

La promotion au rang d’officier de la Légion d’honneur de Jean-François Cirelli a crée beaucoup d’émois car il représente la branche française de BlackRock, puissant groupe américain spécialisé dans la gestion d’actifs financiers qui n’a jamais caché son intérêt pour le marché de l’épargne retraite en France, à l’instar de ses concurrents.

Si Jean-François Cirelli a été promu, par le Président Emmanuel Macron sur proposition du Premier ministre Édouard Philippe, c’est parce qu’ils partagent la même vision du monde : le capitalisme est une bonne chose, il faut élargir ses bases et encourager les investissements.

Ce nouvel officier de la Légion d’honneur est loin d’être un inconnu en France. Il est au contraire un des meilleurs représentants de la bourgeoisie et sa promotion est tout à fait légitime de ce point de vue. Il fait partie d’une liste regroupant d’autres membres de la bourgeoisie comme Grégoire Chertok (Rothschild), Serge Weinberg (Sanofi), Christian Dargnat (BNP Paribas Asset Management) ou encore Jean-David Chamboredon (fonds d’investissement Isai).

Ancien de l’ENA (de la même promotion que Patrick Strzoda, le directeur de cabinet du président de la République), Jean-François Cirelli a été conseiller économique du Président Jacques Chirac puis directeur de cabinet du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, époque à laquelle il contribue à la réforme des retraites portée par François Fillon en 2003.

Il a travaillé à la direction du Trésor (chargé en quelque sorte de l’analyse économique pour l’État), il a représenté la France au FMI, il a été coopté au conseil de surveillance de Vallourec (puissant groupe français coté à Wall-Street), il a dirigé Gaz de France puis codirigé GDF Suez, avant de revenir au sein du groupe Engie en 2015. Notons au passage que l’ancien président d’Engie, Gérard Mestrallet, est déjà commandeur de la légion d’honneur, ce qui est un rang supérieur à celui d’officier.

En plus de tout cela, Jean-François Cirelli a été membre du Comité action publique 2022 chargé par le Premier ministre de proposer un certain nombre de réformes, entre autres sur les retraites. Il y a donc ici une convergence idéologique et pratique évidente entre des gens voulant élargir les bases du capitalisme en France.

Les retraites constituent de ce point de vue un secteur important pour les gestionnaires d’actifs financiers comme BlackRock. C’est dans la nature même d’un tel groupe, qui ne s’en est d’ailleurs jamais caché.

Son ancien directeur général pour la France expliquait en 2013 à la télévision que les retraites sont pour lui un « thème clef ». Plus récemment, le groupe a produit une note en juin 2019 expliquant pourquoi la réforme de l’épargne-retraite entrée en vigueur par la loi Pacte était une bonne chose. Il formulait même des recommandations concernant le dispositifs destinées au pouvoir public, ce qui du reste est une habitude pour ce type de groupe.

D’autres société du secteurs, françaises, sont bien plus implantées dans les institutions et milieux politique que BlackRock et formulent elles aussi directement leurs recommandations pour favoriser les systèmes de retraite par capitalisation.

Le deuxième plus gros gestionnaire d’actif français, Natixis, est dirigé par un ancien inspecteur général des finances et conseiller de l’Elysée à la réforme de l’Etat et aux finances publiques et va régulièrement dans ce sens. C’est la même chose pour le numéro un français Amundi dont le PDG Yves Perrier expliquait dans un rapport :

« Sans prétendre régler le problème des retraites, le développement de l’épargne longue peut en partie compenser la baisse anticipée des taux de remplacement. (…) Les produits d’épargne retraite permettent de compléter les régimes de retraite obligatoires.

De nombreux produits existent déjà pour les actifs du secteur public et du secteur privé. Leur développement doit être fortement encouragé pour qu’une partie significative de l’épargne longue des Français puisse être utilisée à la constitution de compléments de retraite. »

En effet, ce genre de produits financiers, amenés à se généraliser, existent déjà en France en complément du régime général par répartition. Que cela soit un plan d’épargne retraite populaire (Perp) ou un contrat Madelin (qui seront bientôt remplacés par un nouveau système), ou encore des contrats spécifiques à certaines profession, ils concernent déjà pas moins de 12,5 millions de personnes en France.

La capitalisation ne représente toutefois pour l’instant qu’une petite partie des sommes versée dans les cadre des retraites, soit 6,6 milliards d’euros contre 325 milliards d’euros pour l’ensemble des pensions en 2018. La Loi Pacte élargit déjà cette base en écartant du régime générale les gros salaires (plus de 10 000 euros par mois, soit 300 000 personnes), les obligeants ainsi à se tourner vers la capitalisation (et privant au passage le régime général de ces grosses cotisations).

Les gestionnaires d’actifs comme BlackRock, Natixis ou Amundi sont ensuite amenés à gérer ces fonds, versés via des banques, assureurs ou fonds de pensions.

Notons au passage que les syndicats eux-mêmes sont liés à la capitalisation, puisqu’ils cogèrent la Préfon, caisse complémentaire (facultative) destinée aux fonctionnaires qui est un régime par point et par capitalisation.

La réforme des retraites proposée par le gouvernement, en affaiblissant le régime actuel, encourage l’élargissement des systèmes de retraites complémentaires par capitalisation.

L’instauration d’un système par point (qui existe déjà pour nombre de complémentaires, même sans capitalisation) est quant à elle une première étape vers un système par capitalisation. Avec ce système, le futur retraité doit en effet se constituer un capital, de manière individuelle et dans une perspective de carrière individuelle.

Si le système par répartition est conservé pour l’instant, les gestionnaires d’actifs et leurs « sous-traitants » proposant les produits financiers sont à l’affût en arrière-plan, car il sauront faire miroitier une capitalisation plus intéressante individuellement que le système actuel.

> Lire également : Le système universel de retraite d’Édouard Philippe en quatre points

Jean-François Cirelli représente précisément cette perspective, en tant que grand bourgeois français impliqué aujourd’hui dans la gestion d’actif et récompensé par le Président, qui représente la même classe sociale et le même intérêt pour l’élargissement du capitalisme.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed