Pour en finir avec les ultra-libéraux trans

Le 26 février 2020, une tribune intitulée « Le débat sur la place des femmes trans n’a pas lieu d’être » était publiée sur Libération, avec un site lié. Le 27 février 2020, Marguerite Stern annonçait sur Twitter qu’elle venait de porter plainte pour menaces de mort. On espère que les deux ne sont pas liés, mais l’enchaînement est toutefois révélateur de l’offensive en cours.

John William Waterhouse - Penelope

Le capitalisme essaie désespérément de se maintenir. Pour cela, il a besoin d’élargir son périmètre d’action : le libéralisme doit triompher, chaque moment de la vie quotidienne doit être encadré en dirigé par le mode de production capitaliste ; la réalité naturelle doit être niée, piétinée et ensevelie par l’individu-roi, le consommateur rêvé, celui qui consomme son esprit, son environnement, son corps et ses semblables.

En période de crise, l’avant-garde du libéralisme se trouve chez les postmodernes. Les troupes de chocs des postmodernes se trouvent chez les activistes trans. L’offensive ne date pas d’hier, mais elle s’est intensifiée depuis ce fil Twitter dans lequel Marguerite Stern a très simplement rappelé de vérités biologiques que n’importe quel collégien peut comprendre. Mais c’était trop. Le capitalisme des principales puissances impérialistes occidentales a besoin d’un dernier élan : les ouvriers ont été corrompus en masse, la vie quotidienne est une aliénation perpétuelle, l’urbanisation anarchique est une insulte permanente aux sens et à la beauté… mais il reste encore quelques espaces à conquérir.

Le progrès ? Soutenir quelques personnes délirantes au détriment de la moitié de l’humanité

Les activistes trans soutiennent donc que la nature n’existe pas, tout ne serait qu’une question de choix et de ressentis. Un homme affirme qu’il se sent femme ? C’est une femme. Peu importe qu’il n’a jamais pu, qu’il ne peut pas et ne pourra jamais porter un enfant. Non à cause d’une maladie, d’une malformation, d’un accident… Mais simplement parce qu’il n’y a jamais eu la moindre possibilité biologique pour cette personne de porter un enfant.

N’importe quel homme qui se définit comme femme serait donc une femme. Une « femme » avec un pénis, de la barbe, une ossature, une musculature, des maladies, etc. d’homme. Une « femme » qui, de surcroît, a été socialisée comme un homme. Mais non, tout est normal. Une « femme » qui devrait donc accéder aux toilettes pour femmes, concourir en tant que femme à des compétitions sportives, aller aux dortoirs pour femme, etc. Une « femme » qui pourra côtoyer des femmes victimes de violence masculines… Tout cela parce que cette personne se sent « femme ». Quelle insulte ouverte à la moitié de l’humanité.

La tribune est un pas de plus dans cette offensive ignoble. La proposition est simple : toute personne qui ne considère pas une femme trans comme une femme est au moins conservatrice, au pire d’extrême-droite. N’ayant peur de rien, la tribune en arrive à des dénonciations à peine croyables :

« Aux États-Unis, les projets de loi se multiplient dans les États conservateurs afin d’interdire aux enfants trans toute forme de transition »

Jusqu’à quel point ces transitions devraient aller selon ces personnes ? Il faudrait accepter de mutiler des enfants à coups d’hormones (dans le meilleur des cas ?) sous prétexte que l’enfant se sent différent ? Pour ces dégénérés, un enfant n’est pas un adulte en devenir mais un consommateur à part entière : que le marché et l’individu libre de toute contrainte passent des accords en toute liberté. Peu importe qu’il s’agisse de détruire des vies. Tout le monde est consentent après tout ?

Après la pédophilie dans les années 1970, les transitions dans les années 2010 et 2020 ? Les ultra-libéraux trouvent toujours de beaux arguments pour corrompre et détruire les plus vulnérables. Quelle nobles causes.

La science face aux ressentis de quelques personnes

Le fondement de la vision anti-scientifique du monde défendue par les signatures est exprimée très clairement dans ces quelques lignes :

« Les militant·e·s anti-trans définissent les femmes comme des femelles, des êtres avant tout définis par leurs capacités reproductives. Pourtant l’oppression des femmes n’est pas une conséquence logique de la capacité à enfanter : ni les filles prépubères, ni les femmes ménopausées, ni les femmes stériles n’y échappent. La justification biologique de la différence entre hommes et femmes est une conséquence des modes d’exploitation spécifiques à la division sexuée de la société, pas l’inverse. »

D’abord une division sexuée de la société et ensuite une division biologique. Les premiers êtres humains étaient donc des purs esprits qui ont, à un moment de leur existence, revêtus des corps d’êtres humains : des corps de femmes pour les esprits-femmes et des corps d’hommes pour les esprits-hommes ? Avec parfois des erreurs : des esprits-femmes dans des corps de femmes et inversement ?

La dernières phrase a le mérite d’être un exemple frappant de retournement complet de la vie vision scientifique du monde portée par la Gauche historique.

La première division du travail est sexuée, la biologie arrive avant la société et l’économie : la matière précède l’esprit, pas l’inverse.

Si la capacité à enfanter ne saurait définir une femme, pourquoi cette oppression, si ancienne, envers la moitié de la population qui va avoir, qui a ou qui a eu la capacité de porter un enfant ?

Cette attaque est d’autant plus grave qu’elle participe à effacer les maladies, les douleurs et les problèmes propres aux femmes. Si tout n’est que ressenti, ou presque, s’il n’y plus réellement d’hommes ni de femmes mais des identités multiples et changeantes, comment faire progresser la médecine dans sa compréhension de la santé des femmes ?

Surtout quand la médecine et la société font comprendre aux femmes qu’il est normal d’avoir mal et qu’il ne faut pas se plaindre, pas faire de bruit et rester à sa place. Il faut croire que la réalité biologique n’a que peu d’importance face aux prétendues constructions sociales et aux ressentis, comme le dit très bien le site féministe racine rouge dans son article « Les médias s’éveillent au problème transgenre… plus ou moins » :

« Corroy-Labardens évoque notamment le fait qu’en médecine, ce sont principalement sur des modèles masculins que l’on teste les traitements, alors que le corps des femmes n’y réagit pas nécessairement de la même façon. De même, les hommes et les femmes ne sont pas atteints des mêmes maladies. En cause : les différences comme le poids, la masse musculaire, le métabolisme, la structure osseuse, etc. L’idée selon laquelle le sexe « binaire » ne serait qu’une invention fantasmée par les bigots ne tient donc pas face au réel. »

Quel est donc l’objectif des personnes qui considèrent les hommes qui s’imaginent être des femmes comme des femmes ? Quel est le sens de leur féminisme ? Si la réalité naturelle des femmes et en premier lieu dans leur capacité à porter et mettre au monde un enfant est niée, que défendent ces personnes ? La réponse est simple : le but n’est pas défendre mais de détruire de l’intérieur.

Tout ce qui tend vers l’universel s’oppose au libéralisme qui a besoin de consommateurs toujours plus aliénés pour survivre. Tout combat réellement démocratique, tout combat pour la science s’oppose de fait au particularisme : de la même manière que le libéralisme a détruit la Gauche de l’intérieur, le libéralisme portée par les trans ne vise qu’à détruire le féminisme de l’intérieur.

Les signataires la tribune ne s’opposent pas au patriarcat : ils ne font que le soutenir et le moderniser. Ils participent au mépris envers le corps des femmes et envers leurs vies quotidiennes. Ils ne s’opposent pas non plus au harcèlement ou violences conjugales : quand des hommes violents, atteints de troubles mentaux, agresseront des femmes dans des lieux de non-mixité, où seront ces braves gens ? Ils seront probablement trop occupés à insulter tout le monde de transphobe pour s’intéresser à ces considérations bassement matérielles.

Cette tribune ne peut pas rester de l’ordre du débat ou des échanges entre féministes – échanges extrêmement violents de la part des militants pro-trans rappelons-le (menaces de morts, violences physiques…). La Gauche doit se relever et relever le drapeau de la civilisation face au relativisme d’aujourd’hui et au fascisme qui s’en nourrira demain. C’est une question de survie.

Des femmes qui ont rappelé de simples vérités biologiques mériteraient donc d’être brûlées vives…

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed